Un Robin des bois au Pôle emploi

On pourrait le présenter comme un « Robin des bois », lui se dit « lanceur d’alerte ». Un conseiller Pôle emploi de Rennes se rebelle contre sa direction. Yann Gaudin, 43 ans, en poste à l’agence du Blosne, dénonce, notamment sur son blog hébergé par Médiapart des irrégularités dans le paiement des indemnités chômage. Ronan Le Mouhaër l'a rencontré pour Hit West.
Ce militant écologiste, engagé dans la campagne des municipales à Rennes avec EELV, a donc entrepris un travail de fourmi depuis 6 ans. Résultat : près de 115 000 euros auraient été reversés à des allocataires.

D’où viennent ces manquements ? Yann Gaudin nous répond

Écouter le podcast

"Parmi les pratiques frauduleuses, il y a l'absence d'envoi d'un dossier aux intermittents du spectacle. C’est un dossier envoyé automatiquement aux allocataires du régime général qui peut permettre de percevoir une aide de 300 euros. Mais les intermittents n'avaient pas accès à cette aide puisqu'ils n'avaient pas reçu le dossier au préalable. Il y a aussi le problème du CIF, le congé individuel de formation. Pendant leur CIF, les personnes pouvaient percevoir un éventuel complément d'allocations. Là encore, pour les intermittents du spectacle, c'est plusieurs milliers d'euros de préjudice".

Le blog de Yann Gaudin : https://blogs.mediapart.fr/yann-gaudin/blog

Il faut être vigilant
Pour Yann Gaudin, il ne faut pas hésiter à examiner de près la législation pour ne pas être lésé.

Écouter le podcast

"J’ai notamment été sollicité par quelqu'un qui a 44 000 euros à éventuellement récupérer mais il y a de fortes chances que ce soit trop tard. Vue l'importance de la somme, je lui ai conseillé de se renseigner auprès d'un avocat. J'invite le public, s'il a un doute sur une réponse qui lui est faite, notamment si cela concerne les allocations, à demander plus d'explications et des références juridiques. Il ne faut pas avoir peur, cela permet de vérifier si le droit a bien été appliqué".

Le Pôle Emploi ne souhaite pas répondre
Un zèle loin d’être apprécié par sa direction selon Yann Gaudin

Écouter le podcast

"Les anomalies, je les signalais d'abord en interne. Puis, j’attendais naïvement un retour (…) Il n’y avait soit pas de retour du tout, soit « c'est comme ça c'est la hiérarchie qui demande de faire comme ça donc on continue ». Et puis moi, parallèlement, j'ai subi plus d'une vingtaine de faits de harcèlement jusqu'à une mise à pied de cinq jours en 2019. Il y avait une manoeuvre pour, soit me licencier, soit m’intimider et faire en sorte que je ne dise plus rien sur ces anomalies".

Et dans un communiqué, la direction de Pôle emploi Bretagne, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions, indique qu’une enquête a été menée au sujet de cette suspicion de harcèlement et qu’aucun fait n’a été constaté. Pôle emploi qui indique aussi n’avoir jamais organisé de système visant à priver les demandeurs d’emploi de leurs droits financiers.

Communiqué de Pôle Emploi Bretagne :
« Jamais Pôle emploi n’a organisé de système visant à priver les demandeurs d’emploi de leurs droits financiers. Au contraire, les conseillers de Pôle emploi aident au quotidien les demandeurs d’emploi dans leurs démarches. C'est le rôle normal d’un conseiller d’indiquer à des demandeurs d’emploi les démarches nécessaires à effectuer afin de bénéficier pleinement de leurs droits. Il s’agit là de faire simplement son métier de conseiller au service des usagers de Pôle emploi. M. Gaudin a signalé une suspicion de harcèlement à son encontre. Une enquête a immédiatement été menée. Aucun fait de harcèlement n’a été constaté. A l’écoute de la situation exprimée par M. Gaudin, nous lui avons proposé différentes solutions auxquelles il n’a pas donné suite. »



ALEXANDRA BRUNOIS



Le chômage a baissé de 3,3 % en 2019 en France

Le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a de nouveau diminué, sur l’ensemble du territoire, pour atteindre 3,553 millions de personnes.


Sur le marché du travail, le millésime 2019 aura été l’un des meilleurs de la décennie écoulée. Le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a, en effet, reculé de près de 121 000 (soit – 3,3 %) pour atteindre 3,553 millions sur l’ensemble du territoire (outre-mer compris, sauf Mayotte), selon les données diffusées, lundi, par le ministère du travail. Une diminution nettement plus forte que celle qui avait été enregistrée en 2018 (– 1,4 %).

Lire la suite : Le chômage a baissé de 3,3 % en 2019 en France

Le projet stratégique "Pôle emploi 2022"

Le projet stratégique "Pôle emploi 2022" décline les orientations de la nouvelle convention tripartite État-Unédic-Pôle emploi 2019-2022 signée le 20 décembre 2019. Il constitue notre feuille de route pour les 3 ans à venir.

Ce projet est le résultat de la concertation mise en œuvre en 2018, qui a permis à l’ensemble des collaborateurs, ainsi qu’à plus de 5 000 demandeurs d’emploi, employeurs et partenaires, d’exprimer leurs attentes et de formuler des propositions pour améliorer nos services.

Notre ambition pour les trois prochaines années est très claire : accélérer, au bénéfice de tous, les recrutements et les retours à l’emploi durable. Chacun d’entre nous, quelle que soit sa fonction ou sa mission, peut et doit y contribuer.

Pour être à la hauteur de cette ambition, nous allons agir à la fois sur nos services, mais également sur nos modes de fonctionnement.

Agir sur nos services :

en proposant des solutions plus lisibles, un accompagnement plus réactif et des candidats parfaitement adaptés aux entreprises ;
en offrant à chaque demandeur d’emploi indemnisé un conseil personnalisé qui anticipe les événements de son parcours et les conséquences sur ses allocations ;
en proposant à chaque demandeur d’emploi un diagnostic en profondeur, actualisé régulièrement, et un accompagnement adapté pour faire plus au moment où chacun en a le plus besoin.

Agir sur nos modes de fonctionnement :

en allant vers davantage de responsabilisation, de coopération et d’attention portée au développement des compétences de chacun d’entre vous,
pour que chacune et chacun d’entre vous puisse progressivement saisir ses marges de manœuvres, prendre des initiatives, innover et s’engager pleinement au service d’une performance opérationnelle et sociale durable.

Dans cette perspective, les ateliers découverte qui vous sont proposés depuis le mois d’octobre dernier visent à ce que chacun puisse s’approprier le contenu de ce projet stratégique, s’interroger sur la façon dont chacun peut y contribuer, et exprimer ses interrogations.

Pour que ce projet stratégique soit une réussite, nous nous appuierons sur ce qui fait notre force, l’engagement de chacune et chacun d’entre nous !





 Pôle emploi 2022. Accélérer, au bénéfice de tous, les recrutements et les retours à l’emploi durable | Format PDF | 820 Ko (839 680 octets)

 Pôle emploi 2022. L’essentiel à retenir Accélérer, au bénéfice de tous, les recrutements et les retours à l’emploi durable | Format PDF | 396 Ko (405 504 octets)




 

Si Jean-Paul Delevoye avait été inscrit à Pôle Emploi…

… il aurait été passible d’une peine d’emprisonnement et d’une amende de 30 000 euros.

Imaginons que M. Delevoye ait été demandeur d’emploi et n’ait pas informé Pôle Emploi de l’activité rémunérée qu’il exerçait alors qu’il percevait une indemnité de retour à l’emploi. Cette fausse déclaration lui aurait valu une radiation immédiate et des conséquences plus graves (voir Instruction Pôle Emploi n° 2019-1 du 3 janvier 2019) :

- « la fausse déclaration ou l’absence de déclaration ayant conduit à percevoir indument une allocation ou à majorer son montant sont qualifiées de fraude au revenu de remplacement. »

- « Le demandeur d’emploi fautif peut également faire l’objet de poursuites pénales, risquant ainsi une peine d’emprisonnement et une amende de 30 000 euros. »

Fort heureusement, M. Delevoye n’est pas demandeur d’emploi ; il n'est que ministre. Il n’a pas failli à ses obligations de demandeur d’emploi ; il a seulement violé la Constitution dont l’article 23-1 dispose : « Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l'exercice de tout mandat parlementaire, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle. »

Lire la suite : Si Jean-Paul Delevoye avait été inscrit à Pôle Emploi…

Pôle emploi, la face cachée, un livre qui met en évidence la perte de sens du travail des salariés


Parait ce 17 octobre 2019 un live de Margaux Duguet, Catherine Fournier et Valentine Pasquesoone intitulé Pôle emploi, la face cachée, sous titre Enquête sur la souffrance des agents

Les trois journalistes de France Info regroupent dans cet ouvrage nombre de témoignages sur les conditions de travail dans l'institution, en nous replongeant dans la période de tension d'une fusion pensée en période de baisse de chômage et réalisée en période de forte hausse de celui-ci, et de surcroit mal conduite sous la pression du politique voulant à tous prix afficher des résultats

Lire la suite : Pôle emploi, la face cachée, un livre qui met en évidence la perte de sens du travail des salariés

Réforme de l'assurance-chômage : 4,5 milliards d'économie d'ici à 2022


Les perspectives financières que l'Unédic présentera ce mardi tablent sur une montée en charge des économies tirées de la réforme imposée par le gouvernement.

La baisse des déficits publics ? Elle dépendra pour beaucoup de la réforme de l'assurance-chômage, si l'on en croit l'Unédic. Toutes mesures prises en compte, les perspectives financières à moyen terme du régime établies par l'association paritaire qui le gère tablent sur 4,5 milliards d'euros d'économies en cumulé de 2020 à 2022, peut-on lire dans le document auquel « Les Echos » ont eu accès et qui doit être avalisé par le bureau ce mardi.

Lire la suite : Réforme de l'assurance-chômage : 4,5 milliards d'économie d'ici à 2022