Pôle Emploi veut faire du sur-mesure pour les métiers en tension

Dans la région, le taux de chômage reste élevé à 10,8 % mais il s’inscrit dans une tendance baissière avec -0,2 % depuis le début de l’année 2018. « Et paradoxalement, certains métiers n’arrivent pas à recruter », regrette Thierry Lemerle, le directeur régional de Pôle Emploi PACA. Ce constat n’est pas nouveau et les profils recherchés sont les mêmes depuis une quinzaine d’années : personnel de cuisine, service à la personne, études et développement informatique… Mardi 2 octobre 2018, l’agence régionale a présenté ses nouveaux dispositifs qui visent à rapprocher les demandeurs d’emplois et les entreprises en quête de compétences.

Une opération ciblée par semaine dans chaque agence

Avec « Vers un métier », Pôle Emploi lance désormais chaque semaine dans ses agences une opération ciblée sur un secteur en tension. Il utilise par exemple la méthode de recrutement par simulation pour repérer des capacités nécessaires au poste de travail proposé plutôt que l’expérience ou le diplôme. Au besoin, les candidats reçoivent une formation sur mesure pour coller à l’offre. Par exemple, Pôle emploi a mené une opération sur l’agence de Pont-de-Vivaux dans le 10e arrondissement de Marseille qui a permis le recrutement d’une dizaine de personnes dans des entreprises de services à domicile.

Lire la suite : Pôle Emploi veut faire du sur-mesure pour les métiers en tension

Pôle emploi attaque une cheffe d'entreprise pour ses moqueries

Une cheffe d’entreprise comparaît aujourd’hui devant la justice, accusée de diffamation par Pôle emploi pour un tract diffusé en 2016.

“Pôle emploi ne vous aide pas ? Confiez votre recherche à un spécialiste” : c’est pour cette phrase, inscrite sur des tracts distribués à 50 exemplaires, que Karine Vasseur, entrepreneuse à la tête d’une société d’accompagnement à la recherche d’emploi, comparaît ce jeudi 4 octobre devant le tribunal correctionnel de Nice pour diffamation, rapporte 20 Minutes. Pôle emploi reproche à la cheffe d’entreprise d’avoir dégradé son image.

Pour se défendre, Karine Vasseur explique que le tract, diffusé au mois de décembre 2016, n’avait pas pour but de nuire à l’institution publique. “Je m’adresse à des gens qui ont besoin d’une aide complémentaire à celle proposée par Pôle emploi. Je ne rends pas le même service. C’est complémentaire”, explique-t-elle notamment à 20 Minutes. Le tract avait été créé à l’occasion de l’ouverture, depuis avortée, d’une nouvelle succursale de sa société, Un nouveau Job, à Nice, après deux implantations à Fontainebleau et à Paris.

Lire la suite : Pôle emploi attaque une cheffe d'entreprise pour ses moqueries

Un médiateur entre Pôle Emploi et les demandeurs d’emploi, les employeurs et ses autres partenaires.

Un médiateur de Pôle emploi Guadeloupe et Iles du Nord qui a pour mission de faciliter les relations avec tous les utilisateurs de ses services : demandeurs d’emploi, employeurs et partenaires.

Pour le saisir, il est nécessaire d’avoir déposé une réclamation auprès de votre agence Pôle emploi. Toute personne qui estime ne pas avoir obtenu une réponse satisfaisante à la suite d’une réclamation peut saisir le médiateur. Si vous n’avez pas de réponse de votre agence ou si la réponse qui vous est faite ne règle pas le différend, vous pouvez alors saisir le Médiateur.

Les réclamations peuvent être adressées au médiateur directement par les intéressés, mais aussi par l’intermédiaire de tiers habilités (élus, associations, délégués du défenseur des droits, …)

Comment saisir le médiateur de Pôle emploi ?

Vous pouvez saisir le Médiateur, de préférence par courrier électronique, ou par voie postale. Il est important de joindre à votre demande toutes les pièces utiles à l'examen de votre réclamation.

Lire la suite : Un médiateur entre Pôle Emploi et les demandeurs d’emploi, les employeurs et ses autres partenaires.

Fusion missions locales et Pôle emploi : une note de la DGEFP et de Pôle emploi précise la marche à suivre

Le 18 juillet 2018, un communiqué de presse du Premier ministre annonçait le lancement d'expérimentations de fusion entre les missions locales et Pôle emploi. Dans une note rédigée fin septembre 2018, la DGEFP et Pôle emploi détaillent aux Direccte et aux directeurs régionaux de Pôle emploi l'organisation à mettre en place pour mener à bien ces expérimentations et le discours à porter auprès des élus locaux. Pour l'UNML, cette démarche correspond à une "tentative d'OPA hostile".

Le projet d'expérimenter la fusion des structures de missions locales au sein de Pôle emploi fait son chemin. "L'idée n'est pas de procéder à des ajustements à la marge des relations entre Pôle emploi et les missions locales", indiquent la DGEFP et Pôle emploi dans une note adressée fin septembre aux Direccte et aux directeurs régionaux de Pôle emploi. Il s'agit "d'essayer de transformer en profondeur, là où les élus le souhaitent, l'articulation entre Pôle emploi et les missions locales, en partant des besoins des usagers et de la pratique des conseillers dans les agences de Pôle emploi et les missions locales". L'idée de ces expérimentations avait été annoncée dans un communiqué de presse du Premier ministre diffusé le 18 juillet, à l'issue d'un atelier "Action publique 2022" consacré au service public de l'emploi. Si la note de la DGEFP explique qu'elles ne consisteront pas nécessairement en des fusions (ce à quoi s'oppose l'Union nationale des missions locales), elle n'écarte pas cette possibilité.

Lire la suite : Fusion missions locales et Pôle emploi : une note de la DGEFP et de Pôle emploi précise la marche...

Quand Pôle Emploi & les banques s'engraissent mesquinement sur le compte des chômeurs

Un calendrier d'actualisation précisant diverses modalités des dates et obligations des demandeurs d'emploi paraît chaque 1er janvier. Celui de 2018 semble privilégier quelques mesquineries.

Un demandeur d'emploi se doit, en ligne, de s'actualiser à la fin de chaque mois: il y précise son statut: a-t-il suivi une session de formation? est-il en arrêt maladie? congé maternité? est-il toujours à la recherche d'un emploi?

Moyennant ce rituel informatique mensuel, Pôle Emploi déclenche alors le paiement à venir des indemnités dues pour le mois précédant ladite déclaration.

Gare aux étourdis, gare aux fraudeurs qui se verront alors retoquer voire réprimander et mis à l'amende en cas de fausses déclarations ou de déclarations lacunaires. Ce qui reste, somme toute, logique.

Pas un seul média, sauf erreur ou omission, ne s'est jamais intéressé au système sensé inspirer honte ou vergogne (selon le degré d'amour propre que chacun revendique pour son propre sort et aux regards parfois soupçonneux d'autrui) à celle ou celui qui doit se contenter de ces seules ressources pour passer le gué d'un mois l'autre.

Lire la suite : Quand Pôle Emploi & les banques s'engraissent mesquinement sur le compte des chômeurs

Pôle emploi. Le numérique, un plus pour les usagers ? pas sûr !

Surréaliste ! Pôle emploi devrait être amputé de près 4 000 postes. Pour ce faire, la direction veut aller encore plus loin dans la dématérialisation. Un « progrès » censé faciliter les démarches des usagers qui se mue en véritable galère pour nombre d’entre eux. Explications.

Près de 4 000 postes devraient être supprimés à Pôle emploi. La ministre du Travail justifie cette saignée par la « baisse du chômage », mais aussi par les évolutions technologiques. « La direction de Pôle emploi explique que numériser et automatiser les tâches à faible valeur ajoutée vont permettre de libérer du temps pour l’accompagnement des demandeurs d’emploi », explique Philippe Barriol, délégué syndical SNU-Pôle emploi. En région parisienne, un conseiller suit 300 demandeurs d’emploi et peut être contacté par mail par 250 autres, considérés comme autonomes dans leur recherche. Le moins qu’on puisse dire est que cet accompagnement est limité. Les postes les plus menacés par la digitalisation sont ceux liés à l’indemnisation. « Du fait de la mise en place de la déclaration sociale nominative, les attestations d’employeurs vont, de plus en plus, être transmises et gérées automatiquement. Le problème est que, à la différence d’un conseiller, un algorithme n’est pas capable de repérer les erreurs, notamment sur le motif du licenciement. »

Lire la suite : Pôle emploi. Le numérique, un plus pour les usagers ? pas sûr !