Offres d'emploi et annonces illégales à Lyon : Pôle Emploi dément

Quelques jours après la publication de notre article "Chez Pôle Emploi à Lyon, c'est "open bar" pour les annonces bidon", Pôle Emploi a souhaité démentir les résultats de l'étude de la CGT.

Cette dernière indiquait que 61% des offres d'emploi présentes sur le site de Pôle Emploi dans la Métropole de Lyon étaient bidon, illégales. C'est-à-dire qu'elles contenaient de fausses promesses de CDI, des durées de missions non conformes, des emplois situés hors-zone ou des durées de contrats non précisées.

Mais ces chiffres, Pôle Emploi les déments. "Les personnes qui ont réalisé l'étude ne maîtrisaient pas forcément les codes de Pôle Emploi ainsi que les mécanismes qui nous permettent d'écarter les offres illégales", nous confie Thierry Mauduit, responsable Service aux entreprises chez Pôle Emploi Auvergne-Rhône-Alpes. "Nous avons des algorythmes qui vérifient les contenus et les offres peuvent être bloquées en attendant qu'un conseiller ne la consulte. Quant aux offres de nos partenaires comme Viadéo ou Jobijoba, n'importe qui peut les signaler sur Internet si le contenu leur paraissait étrange".

Lire la suite : Offres d'emploi et annonces illégales à Lyon : Pôle Emploi dément

Pôle Emploi, ou comment "la machine infernale" peut "broyer les chômeurs"

Dans son livre La machine infernale, Cécile Hautefeuille, journaliste inscrite pendant deux ans à Pôle Emploi, raconte les affres du chômage et le parcours du combattant pour les demandeurs d'emplois. Incohérences, radiations abusives, offres inadaptées… florilège sur RMC.fr.

Cécile Hautefeuille est journaliste, auteure de La machine infernale. Racontez-moi Pôle Emploi (éd. Du Rocher). Elle a été inscrite à Pôle emploi pendant deux ans. Elle a aussi raconté son expérience et celle des demandeurs d'emploi qu'elle a rencontrés durant cette période dans son blog Minisphère du chômage.

"Face à la machine Pôle Emploi, tu te sens très seul. Il y a une grande solitude, un profond sentiment d'injustice et une grande crainte. Les demandeurs d'emplois ont l'impression que c'est le combat du pot de terre contre le pot de fer. Les gens sont vraiment flippés par rapport à Pôle Emploi. Par exemple, une femme qui avait reçu le compte-rendu d'un entretien qu'elle n'avait pas eu, m'a raconté qu'elle n'avait pas osé en parler à sa conseillère parce qu'elle craignait d'avoir des problèmes. Elle m'a dit: 'je ne veux pas faire de vague parce qu'ils peuvent toujours trouver quelque chose dans ton dossier'. Il y a une vraie crainte.

Lire la suite : Pôle Emploi, ou comment "la machine infernale" peut "broyer les chômeurs"

STÉPHAN JULES, directeur de Pôle emploi : « Le taux de satisfaction des demandeurs d'emploi est de 65% »

Stéphan Jules, le directeur de Pôle emploi, en Guadeloupe, revient sur les dernières données de l'emploi et du chômage dans l'archipel. Un entretien sans langue de bois qui permet également de rappeler le parcours du combattant qui attend parfois les demandeurs d'emploi déposant leur dossier.

Des usagers se plaignent de la durée de traitement de leur dossier. Pouvez-vous nous donner la durée moyenne de celui-ci et comment facilitez-vous la prise en compte de ces individus ?

Il existe plusieurs situations. Tout d'abord, il convient de rappeler que l'inscription se fait aujourd'hui automatiquement sur Internet et cela est immédiat. Ensuite vient le traitement des demandes d'allocations. S'il s'agit d'un dossier simple, traité automatique avec une notification dans les 48 heures sur l'espace personnel du demandeur d'emploi. Dans le cas d'un dossier plus complexe, nous avons un engagement de service d'informer dans les 10 jours ouvrés qui suivent la réception du dossier complet de droits à l'indemnisation éventuelle et du montant de l'allocation. Précisons que dans ce dernier cas de figure, deux possibilités existent. Soit le dossier nécessite une expertise soit une demande de pièces complémentaires est sollicitée. Et dans ces cas-là, les « experts indemnisations » interviennent. Quoi qu'il arrive nous avons un indicateur de résultat qui est d'indemniser les demandeurs d'emploi dans les délais. C'est-à-dire avant le 7 du mois d'après. Nous sommes à 94% dans cette situation en Guadeloupe, autrement dit 94% de la population indemnisée dans les délais.

Lire la suite : STÉPHAN JULES, directeur de Pôle emploi : « Le taux de satisfaction des demandeurs d'emploi est...

Assurance chômage: l'Unédic affine le chiffrage de la future convention

La future convention d'assurance chômage, dont l'agrément par le gouvernement est imminent, devrait réduire le déficit du régime d'environ 900 millions d'euros en année de croisière, selon une note de l'Unédic consultée mardi par l'AFP.

Le document, transmis fin avril aux partenaires sociaux, recense 885 millions d'euros d'économies nouvelles et 6 millions d'euros de recettes supplémentaires. Au total, la convention devrait "améliorer la trésorerie de l'Unédic" de 891 millions d'euros par an, un "régime de croisière" qui "serait quasiment atteint en 2022".

Dans l'intervalle, "le gain total pour la trésorerie de l'Unédic" serait d'environ 600 millions d'euros en 2018 et autour de 700 millions en 2019, 2020 et 2021.

Les deux principales sources d'économies de la nouvelle convention sont le changement de formule des allocations (448 millions d'euros en année de croisière) et le durcissement des règles pour les seniors (400 millions d'euros).

Lire la suite : Assurance chômage: l'Unédic affine le chiffrage de la future convention

Présidentielle: quel rôle pour les partenaires sociaux?

Entre 2012 et 2017, la concertation avec les partenaires sociaux n'est plus un thème de campagne. Emmanuel Macron veut leur retirer la gestion de l'assurance chômage, et Marine Le Pen met en doute leur représentativité.

On les appelle "partenaires" depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Partenaires sociaux car ils gèrent ensemble les organismes de sécurité sociale qui ont vu le jour à la libération.

Syndicats de salariés d'un côté, d'employeur de l'autre, opposés sur les idées, ils le sont aussi à la table des négociations dans les entreprises, mais c'est ensemble qu'ils gèrent notamment

Lire la suite : Présidentielle: quel rôle pour les partenaires sociaux?

Chez Pôle Emploi à Lyon, c’est "open bar" pour les annonces bidon

La CGT dénonce 61% d’offres d’emploi non conformes dans la métropole lyonnaise.

Le 18 avril dernier, la CGT a présenté au directeur territorial de Pôle Emploi Philippe Hillarion les résultats d’une étude. Selon le syndicat, 61% des offres d’emploi présentes sur le site de l’agence nationale dans la métropole lyonnaise seraient illégales. Ce chiffre est supérieur de plus de dix points à la moyenne nationale : 50,3 %.

Durée de contrats non précisées, emplois situés hors zone, faux CDI transformés en CDD, durée de missions non conforme aux annonces et, pire encore, de fausses propositions d’emploi qui sont en fait de vraies annonces pour racheter des fonds de commerce, à des prix sans rapport avec les indemnités de chômage : de 400 à 900 000 euros. Les secteurs les plus touchés sont le commerce avec 96,67 % de carambouilles ; suivi de près par l’aide à la personne 88,89 % ; puis l’hôtellerie-restauration 87,04 % et l’industrie 78,57 %. Puis joli tir groupé de l’industrie, le secrétariat et divers commerces non alimentaires.

Lire la suite : Chez Pôle Emploi à Lyon, c’est "open bar" pour les annonces bidon