Pôle Emploi formera les demandeurs d'emplois au "savoir-être"

Six recruteurs sur dix estiment que le savoir-être des candidats, comme la ponctualité ou la capacité à s'organiser, est une compétence bien plus recherchée. A l'inverse, ils jugent que le critère du diplôme n'est "pas essentiel".

Pour la majorité des employeurs, le critère du diplôme n'est "pas essentiel" et ceux-ci regardent de plus en plus les compétences dites "comportementales", selon une étude réalisée par Pôle Emploi et publiée mercredi.

Pour 59% des employeurs, "le diplôme n'est pas un critère essentiel", selon cette étude Pôle emploi présentée à l'occasion des "rencontres de l'emploi" organisée par l'opérateur public. Cette enquête relève aussi l'importance des "compétences comportementales", dites "soft skills" dans le langage des ressources humaines.

Lire la suite : Pôle Emploi formera les demandeurs d'emplois au "savoir-être"

Pour les employeurs, le diplôme "pas un critère essentiel" (étude Pôle Emploi)

Pour la majorité des employeurs le critère du diplôme n'est "pas essentiel" et ceux-ci regardent de plus en plus les compétences dites "comportementales", selon une étude réalisée par Pôle Emploi et publiée mercredi.

Pour 59% des employeurs, "le diplôme n'est pas un critère essentiel", selon cette étude Pôle emploi présentée à l'occasion des "rencontres de l'emploi" organisée par l'opérateur public.

Cette enquête pointe aussi l'importance des "compétences comportementales", dites "soft skills", dans le langage des ressources humaines.

Pour 60% des employeurs, ces compétences comportementales sont jugées "plus importantes que les compétences techniques". Il s'agit par exemple de la "capacité d'adaptation", de la "capacité à s'organiser" ou encore de "l'autonomie".

Lire la suite : Pour les employeurs, le diplôme "pas un critère essentiel" (étude Pôle Emploi)

Pôle emploi : à Saint-Denis, un conseiller pour 500 chômeurs

L’agence Pôle Emploi de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis est débordée. Chaque conseiller doit gérer plus de 500 chômeurs contre 350 en moyenne. Reportage auprès des demandeurs d’emploi.

Cela se passe rue du Colonel Fabien à Saint-Denis, dans l’agence Pôle emploi la plus chargée d’Ile de France et l’une des plus débordée du pays. Ici les conseillers doivent aider, orienter et accueillir dix mille demandeurs d’emploi et certains conseillers doivent s’occuper de plus de cinq cent personnes.

Alors, au lieu de faire des entretiens individuels et personnalisés, les conseillers sont souvent contraints de recevoir plusieurs demandeurs d’emploi à la fois et de faire des réunions de groupe allant parfois jusqu’à trente personnes. Sur la porte de l’agence un panneau prie les demandeurs d’emploi de « conserver leur calme », mais les altercations continuent de se produire chaque jour entre les conseillers débordés et des chômeurs découragés et excédés.

Ils m'ont demandé d'enlever des diplômes, j'étais sur-diplômé à leurs yeux. J'ai refusé, j'ai trouvé ça immoral. Après, ils m'ont conseillé d'ajouter un prénom occidental.

Lire la suite : Pôle emploi : à Saint-Denis, un conseiller pour 500 chômeurs

Pole emploi: 70% des radiations sanctionnent une absence à convocation

En 2017, 582.930 radiations ont été prononcées par Pôle emploi, dont plus de 70% pour absence à un entretien, selon des chiffres de l'opérateur.

En 2017, 582.930 radiations ont été prononcées par Pôle emploi, dont plus de 70% pour absence à un entretien, selon des chiffres de l'opérateur.

L'année dernière, 416.840 radiations étaient consécutives à une "non réponse à convocation" de Pôle emploi. Ce motif représente 71,5% des radiations totales. Ces absences sont aujourd'hui sanctionnées d'une radiation de deux mois. Le gouvernement compte, à partir de 2019, réduire la sanction à 15 jours. Le deuxième motif de radiation est le refus d'une "action d'aide à la recherche d'emploi", par exemple un atelier organisé par Pôle emploi: 129.180 radiations, 22,2% du total.

Viennent ensuite les radiations pour "insuffisance de recherche d'emploi", avec 26.480 radiations (4,5%). Expérimentées à partir de 2013, des équipes de contrôle de la recherche d'emploi ont été généralisées en 2015 à Pôle emploi pour déceler ce type de manquements. Résultat: les radiations pour ce motif ont doublé depuis 2013 (environ 13.000 à l'époque). Le gouvernement compte quintupler les effectifs de contrôleurs, de 200 à 1.000 à horizon 2020.

Lire la suite : Pole emploi: 70% des radiations sanctionnent une absence à convocation

Pôle emploi : vers un avenir plus radié pour les chômeurs ?

Le gouvernement a présenté aux partenaires sociaux ce lundi 19 mars ses propositions de refonte de l'assurance chômage. Un projet concentré sur une nouvelle échelle de sanctions et une refonte de la définition de "l'offre raisonnable d'emploi".

Les inscrits à Pôle emploi n'auront qu'à bien se tenir. Le ministère du Travail a présenté ce lundi 19 mars aux partenaires sociaux, syndicats et patronat, les propositions du gouvernement pour remodeler les règles de l'assurance chômage. Emmanuel Macron avait promis un durcissement des contrôles, avec à la clef un projet concentré sur une nouvelle échelle de sanctions et une refonte de la définition de la fameuse "offre raisonnable d'emploi".

Selon les grandes lignes du projet rapportées par les syndicats, les demandeurs d'emploi qui ne respectent pas leurs obligations pourront voir leurs allocations supprimées jusqu'à quatre mois. Certaines sanctions devraient disparaître, par exemple en cas de refus de formation, d'autres devraient être allégées comme en cas d'absence à un entretien, qui serait puni de quinze jours de radiation.

Lire la suite : Pôle emploi : vers un avenir plus radié pour les chômeurs ?

Combien gagne un chômeur: les chiffres de Pôle emploi

Le gouvernement souhaite proposer une nouvelle série de mesures pour mieux contrôler (et sanctionner) les chômeurs tenus de rechercher un emploi. Une population dont les revenus sont sans surprise assez faibles, mais avec malgré tout des écarts importants.

C'est un nouvel arsenal de sanctions que vient de dévoiler le gouvernement ce lundi 19. Le but? Mieux encadrer les chômeurs et surtout sanctionner ceux qui ne respectent pas leurs obligations alors qu'ils sont indemnisés. Ces allocations ne sont en effet pas un revenu social universel mais bel et bien une indemnité d'assurance couvrant le risque d'une perte d'emploi.

Selon les derniers chiffres de Pôle emploi (voir ici) datant de mars 2018, en se basant sur la situation au 30 juin 2017, l'allocation chômage versée aux demandeurs d'emploi indemnisé s'élevait à 1.185 euros mensuels pour ceux qui ont cumulé des périodes de temps partiel et de temps complet. elle est de 1.321 euros brut pour ceux qui ont travaillé uniquement à temps complet.

Lire la suite : Combien gagne un chômeur: les chiffres de Pôle emploi