Pourquoi viens-tu si tard ?


DIVINE surprise !
avec trois ans de retard "Hollande avait initialement annoncé que cela aurait lieu à la fin 2013", la courbe du chômage s'est enfin inversée. En tout cas selon Pôle emploi, qui a enregistré trois mois successifs de baisse du nombre des chômeurs complets (catégorie A) : du jamais vu depuis la crise des subprimes, en 2008.

Au-delà des astuces statistiques (exploitation des contrats aidés et des mises en formation, notamment), il reste une réalité : si le chômage a régressé en France, il l'a fait beaucoup moins vite que partout en Europe. Selon les chiffres de l'Insee "Les seuls à permettre une comparaison internationale", au printemps 2012, le taux moyen de chômage dans l'Union européenne était de 10,4 % de la population active, contre 9,3 % en metropole. Le chômage français était donc alors de 1,1% inférieur au chômage européen. Au troisième trimestre 2016, c'est tout le contraire : le taux métropolitain est supérieur de 1,4 point au taux moyen européen (9,7 %, contre 8,3 %).

Lire la suite : Pourquoi viens-tu si tard ?

Pourquoi il faut réformer l'assurance-chômage

Aujourd’hui, l’Etat n’a pas la main sur l’une des principales composantes de la politique de lutte contre le chômage : l’UNEDIC.

Voici une proposition majeure portée par Emmanuel Macron en faveur de l'emploi, et sur laquelle je souhaiterais revenir.

Je veux d'abord en expliquer la logique.

Notre pays connaît un niveau de chômage inédit : actuellement, près d'un actif sur dix est sans emploi et, dans certains quartiers, cette situation concerne parfois une personne sur deux.

Face à cela, qui est le garant de l'intérêt général ? L'Etat. Qui dispose des principaux leviers pour enrayer le chômage ? L'Etat. Qui assume chaque mois la responsabilité face à la hausse ou à la baisse du chômage ? L'Etat.

Lire la suite : Pourquoi il faut réformer l'assurance-chômage

Assurance chômage : "Il faut réformer la France et on n'a pas des années" d'après Pierre Gattaz

Invité sur BFM Business ce mardi 20 décembre, Pierre Gattaz, le patron du Medef n'a pas exclu mardi de laisser l’État reprendre la main, éventuellement temporairement, sur l'assurance chômage, un débat ouvert depuis juin, si les partenaires sociaux, syndicats de patrons et de salariés, ne parvenaient pas à s'entendre sur le sujet.

"Si nous ne sommes pas capables en tant que partenaires sociaux, de prendre nos responsabilités pour améliorer ce problème de l'assurance chômage, je ne suis pas contre (le fait) que quelqu'un reprenne la main", a-t-il déclaré au micro de la radio BFM Business. "Ce n'est pas ma priorité, ce n'est pas ce que je préfère, mais je dirais qu'à un moment il faut savoir ce qu'on veut. Il faut réformer la France et on n'a pas des années pour réformer la France", a-t-il ajouté.

Lire la suite : Assurance chômage : "Il faut réformer la France et on n'a pas des années" d'après Pierre Gattaz

Pôle Emploi : gare aux arnaques

Les chômeurs pris pour des pigeons. Des centaines de demandeurs d'emploi au moins sont tombés dans le piège de fausses annonces, mais de vraies arnaques sur le site de Pôle Emploi.

Escroquer et voler des personnes sans emploi, voilà le but de ces annonces qui se multiplient sur le web. Et malgré le sérieux et la vigilance de ses agents, le site officiel du Pôle Emploi n'est pas à l'abri. À ce jour, de nombreux chômeurs sont tombés dans le piège tendu par les escrocs. Pour parvenir à leurs fins, ceux-ci contactent directement les chercheurs d'emploi pour leur faire croire que leur candidature a été retenue.

Trois arnaques possibles

Lire la suite : Pôle Emploi : gare aux arnaques

Fausses annonces d'emploi... mais vraies arnaques

Internet Malgré les efforts de Pôle emploi, des offres bidon visant à soutirer de l'argent aux chômeurs sont publiées sur son site. Un phénomène difficile à chiffrer mais qui appelle à la vigilance.

Faire les poches des chômeurs serait-il en train de devenir un sport national ? Des centaines, peut-être des milliers de demandeurs d'emploi -- aucun chiffre officiel ne permet de mesurer exactement le phénomène -- sont tombés dans les pièges tendus par de faux employeurs mal intentionnés. De vrais escrocs n'hésitant pas à tirer profit de la pression à retrouver un emploi et de la précarité que subissent bon nombre de chômeurs pour leur soutirer quelques centaines d'euros, voire plus !

Lire la suite : Fausses annonces d'emploi... mais vraies arnaques

Quand Pôle Emploi se met à l’heure start-up

Inventer les services de l'emploi de demain, c'est ce qui pousse la direction régionale à accueillir les startup du territoire via un lab, installé dès janvier prochain à Marseille.

Il existe déjà au niveau national et en janvier il sera dupliqué dans la cité phocéenne. A Paris, il "abrite un réseau de 270 startup, lesquelles travaillent avec nous pour produire les services numériques de demain. Nous les hébergeons et fonctionnons comme un incubateur... Nous avons toutefois décidé de dupliquer à l'échelle régionale, car parmi toutes les idées qui remontent au national, plus de 1 800 d'entre elles sont portées par PACA", annonce Thierry Lemerle, le directeur régional. "Le principe est que l'on confronte nos idées avec les demandeurs d'emploi et les entreprises". En région, une collaboration a déjà été impulsée avec la start-up provençale Go Job, proposant une plateforme de l'emploi qui digitalise le bouche-à-oreille. Ces partenariats à titre expérimental permettent aux solutions portées par ces jeunes pousses de trouver de l'écho. L'interpénétration entre le monde de l'innovation et l'établissement public a donc bien lieu, d'autant que comme le dit Thierry Lemerle, "nous ne sommes pas en concurrence avec les start-up. Pôle Emploi reste le 1er site de l'emploi en Europe avec 600 000 offres disponibles".

Lire la suite : Quand Pôle Emploi se met à l’heure start-up