Pôle emploi : fin de conflit entre le STC et la direction régionale

Le STC et la direction régionale de Pôle emploi ont trouvé un accord après quinze jours de conflit. Les deux parties sont restées évasives quant au contenu de cette entente.

Après 15 jours de blocage, un accord a été signé entre le syndicat des travailleurs corses (STC) et la direction régionale. Il prévoit la retenue de sept jours de salaires pour les grévistes.

Lire la suite : Pôle emploi : fin de conflit entre le STC et la direction régionale

Les syndicats organisent la riposte face à "l'étatisation" de l'Unédic

Face à la volonté d'Emmanuel Macron de reprendre la main sur l'assurance chômage, les partenaires sociaux, qui gèrent l'Unédic, affûtent leurs arguments pour défendre ce bastion du paritarisme.

Mieux vaut prévenir que guérir. Tel est l'état d'esprit des partenaires sociaux pour défendre l'un des derniers bastions du paritarisme français, l'Unédic, gestionnaire de l'assurance chômage. Le " groupe paritaire politique " de cet organisme (négociateurs mandatés par les partenaires sociaux pour négocier les conventions chômage) doit se réunir le 12 juillet prochain pour évoquer l'avenir de l'institution. Il devrait passer en revue, d'après nos informations, toutes les mesures du nouvel hôte de l'Elysée: extension des droits de l'assurance chômage aux démissionnaires et aux indépendants, instauration d'un bonus-malus pour limiter les contrats précaires… Le but est de faire le point et de peaufiner les arguments pour défendre le statut de l'Unédic lors des réunions bilatérales avec le gouvernement qui auront lieu à partir de septembre prochain. Le président a parlé à plusieurs reprises durant sa campagne " d'étatiser " l'organisme afin de mettre en place son " assurance chômage universelle ". Enfin, pourraient être divulgués aux partenaires sociaux des chiffrages sur les mesures Macron réalisés en interne comme nous l'avions publié en début de semaine. Selon nos informations, l'institution a calculé le surcoût lié à l'ouverture aux démissionnaires (tous les cinq ans) des droits de l'assurance chômage qui s'élèverait entre 2,5 milliards et 4 milliards d'euros. L'Unédic dément formellement l'existence d'un tel chiffrage.

Lire la suite : Les syndicats organisent la riposte face à "l'étatisation" de l'Unédic

Pôle Emploi : la mobilisation s'intensifie dans la rue

Négociations interrompues lundi soir. Locaux de la Direccte occupés la nuit suivante. Puis barrage filtrant aux abords du port de commerce d'Ajaccio hier matin dès 7 heures.

Pour l'occasion, les grévistes STC de Pôle Emploi avaient déployé des banderoles : "Nous sommes restés sages et polis. Notre direction nous méprise. Avà basta !" ; "On ne voulait pas en arriver là. On nous y contraint."

Au quatorzième jour de grève, ils ont décidé de se "faire entendre autrement, sans trop pénaliser la population et ceux qui travaillent" mais espérant ainsi rétablir un dialogue "constructif".

"Rien n'avance. Il est temps que le préfet se réveille un peu", insiste-t-on, tandis que la file des voitures à peine sorties des navires de la Méridionale et de la Corsica Ferries s'allonge. Les automobilistes se montrent compréhensifs pour la plupart.

Lire la suite : Pôle Emploi : la mobilisation s'intensifie dans la rue

Grève et portes closes à Pôle Emploi

Le syndicat des travailleurs corses (STC) occupe les locaux de la direction de Pôle Emploi à Ajaccio depuis le 15 juin pour protester contre des procédures disciplinaires à l’encontre de cinq salariés de l’entreprise.

Deux salariés ont été mis à pied avec maintien de salaires et trois autres ont fait l’objet d’avertissement. Ces procédures doivent être examinées le 11 juillet. En attendant, le syndicat ne compte pas cesser son occupation et réclame la suppression de ces mesures disciplinaires.

Le STC a demandé à ce que ces procédures soit examinées plus rapidement, dénoncant "l'état difficile" des salariés concernés. La réponse devrait intervenir lundi après-midi.

"Il nous semble que ce sont des procédures bien brutales et bien violentes et que surtout si on laisse passer ce genre de chose, ça va être une chasse aux sorcières de partout", indique Marie-Françoise Casinelli, déléguée syndicale.

Lire la suite : Grève et portes closes à Pôle Emploi

Formations "bidons" : deux chômeurs vont déposer un recours contre Pôle emploi

Les deux demandeurs d'emploi décrivent des "conditions matérielles ahurissantes" de formation et estiment avoir été sanctionnés pour les avoir dénoncées au moment des faits.

Deux demandeurs d'emploi, soutenus par la CGT-Chômeurs qui dénonce des "formations bidons", vont déposer un recours mardi contre Pôle emploi à la suite de leur exclusion d'un stage, après en avoir dénoncé les conditions et le contenu.

Des "conditions matérielles ahurissantes". Les deux plaignants souhaitaient suivre un cursus en cuisine et avaient été envoyés en juin 2016 auprès de l'organisme ISP par Pôle emploi, "de manière très précipitée", a expliqué leur avocate, Me Emilie Videcoq. "Conditions matérielles ahurissantes", "locaux quasiment insalubres", intervenant "formé pour dispenser des cours à des serveurs" et non à des cuisiniers : plusieurs stagiaires avaient dénoncé publiquement à l'automne leurs conditions de stage.

Lire la suite : Formations "bidons" : deux chômeurs vont déposer un recours contre Pôle emploi

Pôle Emploi : le conflit se durcit et... occupation de la Direcct

Huit jours de blocage total. À Ajaccio, le dialogue entre le STC et la direction de Pôle Emploi est toujours au point mort. Et la situation se durcit.

Hier, face à la volonté de la direction de Pôle Emploi de ne pas vouloir entamer des négociations, les grévistes STC ont décidé de gravir une marche supplémentaire en occupant les locaux de la Direcct (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi).

On le voit, le mouvement est loin de s’apaiser. Bien au contraire.

Hier dans la matinée les grévistes se sont rendus à l’assemblée de Corse où ils ont pu rencontrer les membres du cabinet du président du conseil Exécutif, Gilles Simeoni. L’après-midi, même démarche auprès du cabinet de Jean-Guy Talamoni.

Dans les deux cas, acceptation de participer à une médiation afin de débloquer la situation.

Lire la suite : Pôle Emploi : le conflit se durcit et... occupation de la Direcct