Pôle emploi: hausse des plaintes au médiateur en 2016

Le médiateur de Pôle emploi a invité les partenaires sociaux à appliquer des règles d'indemnisation "simples" et compréhensibles pour les allocataires et agents, alors que les réclamations ont augmenté en 2016.

Le médiateur a reçu 31.278 réclamations l'an dernier, en hausse de 6% par rapport à l'année précédente, selon des chiffres publiés mercredi.

"Faites simple, pour que les gens comprennent la réglementation, pour que les agents puissent l'appliquer facilement", a dit le médiateur Jean-Louis Walter à destination des partenaires sociaux.

Les organisations patronales et syndicales, qui gèrent l'Unédic, l'organisation en charge de l'assurance chômage, "pensent toujours faire en sorte qu'on ne puisse pas truander, qu'il n'y ait pas de passe-droit, et donc font des choses compliquées", a-t-il regretté, interrogé par l'AFP.

Lire la suite : Pôle emploi: hausse des plaintes au médiateur en 2016

Patronat et syndicats arrachent un large accord sur l’assurance-chômage

Ce mardi en fin de soirée, le patronat et quatre syndicats sur cinq ont abouti à un accord sur l’assurance-chômage qui prévoit près de 1,2 milliard d’euros d’économies et de recettes nouvelles.

Le chef de la délégation patronale, Alexandre Saubot, vice-président du Medef en charge du social ne cachait pas son plaisir lorsqu'il l'a annoncé à la presse, peu après 22 heures ce mardi. « Nous nous réjouissons que le dialogue social ait montré son efficacité », a-t-il déclaré tout sourire, se félicitant que les partenaires sociaux aient « su prendre leurs responsabilités en faisant preuve de courage ».

A l'issue d'une journée de discussion marathon au siège du Medef, patronat et syndicats sont parvenus à un accord sur l'assurance-chômage. 9 mois quasiment jour pour jour après l'échec d'une première négociation qui avait conduit l'Etat à se substituer aux partenaires sociaux, le Medef, la CPME et l'U2P ont réussi à s'accorder avec quatre des cinq confédérations. La CFDT, Force ouvrière, la CFTC et la CGC devraient en effet parapher l'accord.

Lire la suite : Patronat et syndicats arrachent un large accord sur l’assurance-chômage

Assurance-chômage: Le Medef se dit prêt à augmenter les cotisations patronales

Le conseil exécutif du Medef a donné, ce lundi, son aval pour proposer, lors de l’ultime séance de négociation sur l’assurance chômage de mardi, d’augmenter la cotisation chômage des employeurs de 0,05 point, rapporte l’organisation patronale.

En contrepartie, le Medef demande la suppression de la surtaxation des CDD courts (sauf CDD d’usage), décidée en 2013, et une baisse de 0,05 point de la cotisation des entreprises à l’AGS, le régime de garantie des salaires.

Le Medef demande à l’Etat de « prendre ses responsabilités »

« On essaye de trouver une solution qui permette de continuer la baisse du coût du travail qui est absolument fondamentale », explique le Medef. « L’idée, c’est d’avoir quelque chose de stable, qu’il n’y ait pas de hausse du coût du travail et qu’on puisse sortir de la logique mortifère où on dit que le problème ce sont les contrats courts ».
« Tout cela sera conditionné à la participation de l’Etat aux efforts ». L’organisation patronale va demander à l’Etat de « prendre ses responsabilités sur tout ce qui concerne les frontaliers, les intermittents » et de reprendre « à sa charge ce qui dépend de ses décisions ».

Lire la suite : Assurance-chômage: Le Medef se dit prêt à augmenter les cotisations patronales

Assurance chômage: dernière séance de négociation sous pression

Les partenaires sociaux ont rendez-vous mardi pour une ultime séance de négociation sur l'assurance chômage, dont les chances d'aboutir sont suspendues à la décision du patronat sur l'épineuse question des contrats courts, à un mois de la présidentielle.

Après l'échec des négociations de juin 2016, syndicats et patronat vont tenter d'obtenir un accord sur les nouvelles règles du régime d'indemnisation des chômeurs, qui perd environ 4 milliards d'euros par an et affiche une dette de 30 milliards d'euros.

Outre l'avenir du régime, c'est aussi la crédibilité du paritarisme qui est en jeu, à un mois de la présidentielle. Le candidat d'En Marche! Emmanuel Macron dit vouloir reprendre en main le pilotage du régime, et François Fillon, candidat de LR, menace que l'Etat impose ses propres règles si les négociations n'aboutissent pas à suffisamment d'économies.

"On se prépare à une séance un peu compliquée", s'est inquiété Michel Beaugas (FO), avertissant qu'il n'était "pas question de signer le fusil sur la tempe pour sauver le paritarisme".

Lire la suite : Assurance chômage: dernière séance de négociation sous pression

UNEDIC: Toujours pas d'accord en vue sur les contrats courts

Le Medef a transmis mercredi aux syndicats, à la veille d'une nouvelle session de discussions sur l'assurance chômage, un projet d'accord révisé à la marge, sans les avancées attendues par les syndicats sur les contrats de travail de courte durée.

Selon des sources patronales et syndicales, la séance plénière de jeudi, qui a d'ailleurs été raccourcie, ne permettra pas d'avancer vraiment et la conclusion d'un éventuel accord est reportée au 28 mars, date de la dernière session programmée.

"C'est mardi prochain que tout se décidera, ça passe ou ça casse. Ou on trouve le point d'équilibre le 28 ou on ne le trouvera jamais", a ainsi dit à Reuters le négociateur de la CPME, Jean-Michel Pottier. "Je ne désespère absolument pas de trouver la bonne solution mais ce n'est pas pour demain."

Le conseil exécutif du Medef tiendra le 27 mars une réunion sans doute décisive, précise-t-on de mêmes sources.

Lire la suite : UNEDIC: Toujours pas d'accord en vue sur les contrats courts

Assurance-chômage: le patronat prêt à abandonner la garantie de l’Etat sur la dette de l’Unedic

A la veille de l’avant-dernière séance de négociation, le Medef propose aux syndicats une mesure choc

L’Opinion s’est procuré le texte que le Medef a adressé mercredi aux syndicats.

Le projet de protocole d'accord que le patronat vient d’envoyer mercredi aux syndicats contient une mesure choc, écrite noir sur blanc en page 11 : « Les organisations gestionnaires de l’Unédic s’engagent à ne plus demander la garantie de l’Etat sur le financement de la dette de l’assurance-chômage ».

C’est une proposition inédite qui s’inscrit dans le contexte électoral dans lequel se situe cette négociation. Aux yeux de beaucoup de politiques, d’économistes et même d’acteurs du monde social, la garantie de l’Etat sur la dette de l’Unédic constitue un filet de sécurité qui fait que les partenaires sociaux, cogestionnaires du régime d’assurance-chômage, se montrent laxistes. Cette garantie de l’Etat permet en effet à l’Unédic d’emprunter des sommes élevées à des taux d’intérêt très bas ; du coup, la lutte contre les déficits est loin d’être leur priorité et ceux-ci se sont accumulés ces dernières années. Résultat : la dette de l’Unédic s’élève à 30 milliards d’euros au 31 décembre 2016 ; elle pourrait atteindre 41 milliards en 2019 selon les propres les estimations de l’organisme.

Lire la suite : Assurance-chômage: le patronat prêt à abandonner la garantie de l’Etat sur la dette de l’Unedic