Fusion missions locales et Pôle emploi : une note de la DGEFP et de Pôle emploi précise la marche à suivre

Le 18 juillet 2018, un communiqué de presse du Premier ministre annonçait le lancement d'expérimentations de fusion entre les missions locales et Pôle emploi. Dans une note rédigée fin septembre 2018, la DGEFP et Pôle emploi détaillent aux Direccte et aux directeurs régionaux de Pôle emploi l'organisation à mettre en place pour mener à bien ces expérimentations et le discours à porter auprès des élus locaux. Pour l'UNML, cette démarche correspond à une "tentative d'OPA hostile".

Le projet d'expérimenter la fusion des structures de missions locales au sein de Pôle emploi fait son chemin. "L'idée n'est pas de procéder à des ajustements à la marge des relations entre Pôle emploi et les missions locales", indiquent la DGEFP et Pôle emploi dans une note adressée fin septembre aux Direccte et aux directeurs régionaux de Pôle emploi. Il s'agit "d'essayer de transformer en profondeur, là où les élus le souhaitent, l'articulation entre Pôle emploi et les missions locales, en partant des besoins des usagers et de la pratique des conseillers dans les agences de Pôle emploi et les missions locales". L'idée de ces expérimentations avait été annoncée dans un communiqué de presse du Premier ministre diffusé le 18 juillet, à l'issue d'un atelier "Action publique 2022" consacré au service public de l'emploi. Si la note de la DGEFP explique qu'elles ne consisteront pas nécessairement en des fusions (ce à quoi s'oppose l'Union nationale des missions locales), elle n'écarte pas cette possibilité.

Lire la suite : Fusion missions locales et Pôle emploi : une note de la DGEFP et de Pôle emploi précise la marche...

Quand Pôle Emploi & les banques s'engraissent mesquinement sur le compte des chômeurs

Un calendrier d'actualisation précisant diverses modalités des dates et obligations des demandeurs d'emploi paraît chaque 1er janvier. Celui de 2018 semble privilégier quelques mesquineries.

Un demandeur d'emploi se doit, en ligne, de s'actualiser à la fin de chaque mois: il y précise son statut: a-t-il suivi une session de formation? est-il en arrêt maladie? congé maternité? est-il toujours à la recherche d'un emploi?

Moyennant ce rituel informatique mensuel, Pôle Emploi déclenche alors le paiement à venir des indemnités dues pour le mois précédant ladite déclaration.

Gare aux étourdis, gare aux fraudeurs qui se verront alors retoquer voire réprimander et mis à l'amende en cas de fausses déclarations ou de déclarations lacunaires. Ce qui reste, somme toute, logique.

Pas un seul média, sauf erreur ou omission, ne s'est jamais intéressé au système sensé inspirer honte ou vergogne (selon le degré d'amour propre que chacun revendique pour son propre sort et aux regards parfois soupçonneux d'autrui) à celle ou celui qui doit se contenter de ces seules ressources pour passer le gué d'un mois l'autre.

Lire la suite : Quand Pôle Emploi & les banques s'engraissent mesquinement sur le compte des chômeurs

Pôle emploi. Le numérique, un plus pour les usagers ? pas sûr !

Surréaliste ! Pôle emploi devrait être amputé de près 4 000 postes. Pour ce faire, la direction veut aller encore plus loin dans la dématérialisation. Un « progrès » censé faciliter les démarches des usagers qui se mue en véritable galère pour nombre d’entre eux. Explications.

Près de 4 000 postes devraient être supprimés à Pôle emploi. La ministre du Travail justifie cette saignée par la « baisse du chômage », mais aussi par les évolutions technologiques. « La direction de Pôle emploi explique que numériser et automatiser les tâches à faible valeur ajoutée vont permettre de libérer du temps pour l’accompagnement des demandeurs d’emploi », explique Philippe Barriol, délégué syndical SNU-Pôle emploi. En région parisienne, un conseiller suit 300 demandeurs d’emploi et peut être contacté par mail par 250 autres, considérés comme autonomes dans leur recherche. Le moins qu’on puisse dire est que cet accompagnement est limité. Les postes les plus menacés par la digitalisation sont ceux liés à l’indemnisation. « Du fait de la mise en place de la déclaration sociale nominative, les attestations d’employeurs vont, de plus en plus, être transmises et gérées automatiquement. Le problème est que, à la différence d’un conseiller, un algorithme n’est pas capable de repérer les erreurs, notamment sur le motif du licenciement. »

Lire la suite : Pôle emploi. Le numérique, un plus pour les usagers ? pas sûr !

L'Unedic doit économiser 4 milliards d'euros

Le gouvernement veut que l'Unedic économise près de 4 milliards d'euros en trois ans car il faut rembourser une dette de 35 milliards d'euros. Alexandra Bensaid, notre journaliste présente en plateau, fait le point sur la situation.



Lire la suite : L'Unedic doit économiser 4 milliards d'euros

Documentaire : Paul Duan, le chômage et les algorithmes

À voir sur France 2, un documentaire sur cet ingénieur qui rêve de mettre la technologie au service du bien commun. Portrait sensible de cet utopiste 2.0 qui est aussi un as de la communication.

C'est le portrait d'un petit génie, à voir mardi soir sur France 2, dans "Infrarouge", l'émission présentée par Marie Drucker : "Le rêve de Paul Duan". Peut-être vous souvenez vous de ce nom : Paul Duan a été très médiatisé il y a deux ans. Ce type de moins de 25 ans promettait de baisser le chômage de 10% grâce aux algorithmes et à la science des données. Aujourd'hui, son dispositif d'accompagnement des demandeurs d'emploi existe bel et bien - il s'appelle Bob Emploi et a été créé en partenariat avec Pôle Emploi - mais on est loin, très loin des ambitions de départ : 140.000 chômeurs ont été accompagnés, 42% d'entre eux disent avoir retrouvé du travail grâce à Bob Emploi. Minuscule goutte d'eau sur les 6 millions de chômeurs. Mais l'application est toujours en cours de développement.

Lire la suite : Documentaire : Paul Duan, le chômage et les algorithmes

Assurance chômage : les instructions du gouvernement aux partenaires sociaux

« Le Point » a pu consulter le document dans lequel le gouvernement fixe les objectifs d'une possible renégociation des règles d'indemnisation.

Les organisations patronales et syndicales accepteront-elles de renégocier les règles de l'assurance chômage dans les conditions fixées par le gouvernement ? Ils viennent, en tout cas, de recevoir la lettre de cadrage qui bornera leurs discussions, s'ils décident de négocier.

Le gouvernement demande bien entre 1 milliard d'euros et 1,3 milliard d'euros d'économies par an pendant les trois prochaines années pour accélérer le désendettement du régime en période de reprise économique. Et ce, en plus des économies qui sont attendues du renforcement – déjà acté dans la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel – du contrôle des chômeurs. Il revient donc sur la promesse d'Emmanuel Macron de ne pas faire d'économies sur l'assurance chômage autres que celles liées à la baisse du nombre de demandeurs d'emploi. Il faut dire qu'il faut financer la création d'une indemnité pour les indépendants en liquidation judiciaire et pour les démissionnaires qui auront un projet professionnel, une fois tous les cinq ans.

Lire la suite : Assurance chômage : les instructions du gouvernement aux partenaires sociaux