TEMOIGNAGES FRANCEINFO. Harcèlement, surmenage, management à la dure... Des agents de Pôle emploi nous ont confié leur malaise

En une semaine, plus de 110 agents de Pôle emploi ont répondu à l’appel à témoignages lancé par franceinfo.

"Si je vous écris aujourd’hui, c’est parce que je ressens un grand vide et que j’estime ma mission en perte de sens", nous confie une conseillère. "J’ai combattu le cancer, je n’ai pas pu combattre Pôle emploi", va même jusqu’à écrire une autre. Les témoignages tombent les uns après les autres, la souffrance pointe à chaque ligne. "Je me sens tellement à bout, je suis oppressé par ma hiérarchie", "j’ai l’impression d’aller au bagne", "j’ai eu des idées noires", abondent d’autres agents. Tous ont répondu à l’appel à témoignages lancé par franceinfo, mardi 4 septembre.

Ce jour-là, franceinfo levait le voile sur le mal-être des agents de Pôle emploi. Burn-out, pressions managériales, placardisation… Plusieurs conseillers nous ont raconté leur expérience au sein du service public de l’emploi, tandis que les syndicats s’alarmaient du climat de travail dégradé au sein de l’entreprise. Depuis 2014, Pôle emploi est d’ailleurs visé par une information judiciaire, notamment pour harcèlement moral et homicide involontaire. Interrogée de nouveau à ce sujet, la direction maintient sa position : elle promet que le sujet de la qualité de vie au travail de ses quelque 50 000 agents est "un sujet d’attention". La politique mise en place dans ce domaine serait "sans commune mesure avec ce qui peut se faire ailleurs", assure auprès de franceinfo une responsable de la communication de l’établissement public.

Lire la suite : TEMOIGNAGES FRANCEINFO. Harcèlement, surmenage, management à la dure... Des agents de Pôle emploi...

"Ils se sont retrouvés complètement désorientés" : comment la fusion de l'ANPE et l'Assedic a déstabilisé les agents de Pôle emploi

Hervé Chapron, ex-directeur général adjoint de Pôle emploi, détaille les mécanismes mis en œuvre lors de la fusion des identités qui ont abouti à la création de Pôle emploi en 2008.

Qu'est-ce qui coince à Pôle emploi ? Née en 2008, la structure publique est le fruit d'une fusion entre l'Agence nationale pour l'emploi (ANPE) et l'Assedic (association pour l'emploi dans l'industrie et le commerce). Inefficace, coûteux, mal organisé... Près de dix ans après sa création, Pôle emploi est toujours la cible de critiques.

Mardi 4 septembre, franceinfo révèle que l'opérateur public est visé par une information judiciaire depuis 2014, pour harcèlement moral, mise en danger délibérée de la personne d’autrui, non-assistance à personne en danger, homicide involontaire et conditions de travail contraires à la dignité de la personne. L'enquête porte notamment sur le suicide d'une salariée en 2012. Mais pas seulement. Les conditions de travail à Pôle emploi sont au cœur de la plainte déposée par la famille de cette jeune femme et par le syndicat CFTC. Elles sont également dénoncées par de nombreux salariés qui témoignent de leur mal-être sur franceinfo.

Lire la suite : "Ils se sont retrouvés complètement désorientés" : comment la fusion de l'ANPE et l'Assedic a...

Une information judiciaire vise Pôle emploi depuis 2014 pour homicide involontaire et harcèlement moral

Une plainte avec constitution de partie civile, déposée en 2014 par la CFTC Emploi et les parents d’une conseillère ayant mis fin à ses jours, a conduit à l’ouverture de cette information judiciaire. L’enquête est toujours en cours.

Pôle emploi est dans le viseur de la justice. Depuis le 15 juillet 2014, l'opérateur public est visé par une information judiciaire pour harcèlement moral, mise en danger délibérée de la personne d'autrui, non-assistance à personne en danger, homicide involontaire et conditions de travail contraires à la dignité de la personne, a appris franceinfo de source judiciaire. L'enquête, toujours en cours selon cette même source, a été confiée à l'Office central pour la répression des violences aux personnes.

L'information judicaire a été ouverte après une plainte avec constitution de partie civile déposée le 21 mai 2014 par le syndicat national CFTC Emploi et deux particuliers. Ces derniers sont les parents d'Aurore Moësan, une conseillère CSP (contrat de sécurisation professionnel) qui s'est pendue à son domicile, le 27 octobre 2012, à 32 ans. Travaillant dans plusieurs agences Pôle emploi de Seine-Saint-Denis, elle avait fait part à ses proches et ses collègues de "moments très difficiles" dans son travail, confie sa mère, Nelly Moësan, à franceinfo. Pressions des chiffres, surmenage, conflits avec sa hiérarchie… Celle-ci est persuadée que Pôle emploi a sa part de responsabilité dans le décès de sa fille.

Lire la suite : Une information judiciaire vise Pôle emploi depuis 2014 pour homicide involontaire et harcèlement...

Pôle emploi : une offre sur deux ne serait pas valable

Selon une enquête de la CGT relayée par RTL, une grande quantité d'offres d'emploi, contrôlées par un algorithme, sont illégales ou inexistantes.

Cinquante pour cent des offres de Pôle emploi seraient illégales. C'est le sombre bilan dressé par la CGT dans un rapport publié par RTL. Le syndicat dénonce des horaires non affichés ou encore des CDI qui se transforment en CDD.

Pour parvenir à ce résultat, 1 800 annonces ont été analysées pendant deux jours. Tenessee Garcia, secrétaire général CGT des travailleurs privés d'emploi et précaires, explique : « On parle d'une offre qui n'est pas conforme au contrat de travail que vous pourriez signer [...] On parle de CDI renouvelables, des CDD qui sont évolutifs vers des CDI et ça ce sont des mentions qui sont interdites dans le Code de travail. D'autres offres sont mal classées, les temps partiels où il n'y a pas le nombre d'heures. » D'autres offres à peine publiées sur la plateforme mènent à des pages qui n'existent plus.

Lire la suite : Pôle emploi : une offre sur deux ne serait pas valable

Muriel Pénicaud sur RTL : "Le nombre d'agents Pôle Emploi va diminuer"

INVITÉE RTL - La ministre du Travail a confirmé qu'avec la baisse du chômage, le nombre d'agents de Pôle Emploi allait diminuer.

Lire la suite : Muriel Pénicaud sur RTL : "Le nombre d'agents Pôle Emploi va diminuer"

Assurance-chômage : patronat et syndicats tracent leurs lignes rouges

Le Premier ministre poursuit ses entretiens avec les partenaires sociaux sur la réforme de l'assurance-chômage jusqu'en début de semaine prochaine. Tous se disent partants pour une négociation mais chacun avec ses conditions.

Après la CGT et la CFTC mercredi , le Premier ministre a poursuivi ce jeudi ses bilatérales avec FO, le Medef, la CGC, l'U2P et la FNSEA. Au terme de ces entretiens, le gouvernement adressera une feuille de route aux partenaires sociaux fin septembre, pour une nouvelle négociation sur l'assurance-chômage. Si patronat et syndicats veulent bien rouvrir le dossier Unedic, le compromis sera difficile à trouver tant les positions semblent éloignées.

« Irréductible Gaulois »

Le leader de Force ouvrière, Pascal Pavageau, a donné le ton dès jeudi matin à sa sortie de Matignon. Adressant une boutade au chef de l'Etat, il s'est défini comme un « irréductible Gaulois » : « Toute la Gaule a-t-elle été envahie par les Jupitériens ? Non. Il existe beaucoup d'irréductibles Gaulois attachés au modèle social, au progrès social, qui encore et toujours luttent contre les régressions organisées ».

Lire la suite : Assurance-chômage : patronat et syndicats tracent leurs lignes rouges