"C'était un autre nom que le mien sur la page d'accueil" : le site de Pôle emploi victime d'un bug informatique

Des demandeurs d'emplois voulant se connecter à leur espace personnel sont tombés sur une page qui n'était pas à leur nom, mais au nom d'un autre usager.

Comme à chaque fin de mois, Arthur veut se connecter, lundi 29 octobre, à son espace personnel sur le site internet de Pôle emploi, pour actualiser sa situation. Ce jour-là, le site est très lent et au bout de presqu'une minute d'attente, surprise : "Je n'arrive pas sur mon espace personnel, mais sur l'espace personnel d'un autre demandeur d'emploi. C'était exactement la même page d'accueil que pour moi, mais donc avec un autre nom. Dans les heures qui suivent, Arthur tente de se connecter à deux autres reprises. Il tombe, là encore, sur deux noms de demandeurs d'emplois différents, mais jamais le sien.

Lire la suite : "C'était un autre nom que le mien sur la page d'accueil" : le site de Pôle emploi victime d'un...

Fusions missions locales / Pôle emploi : les oppositions se multiplient

Une pétition contre la disparition du réseau des missions locales a été lancée sur internet il y a quatre semaines, recueillant déjà quelque 25.000 signatures. Après l'UNML, l'ARML et l'AMF, des régions se positionnent aussi pour défendre les missions locales face aux projets d'expérimentations de fusion avec Pôle emploi prévues par le gouvernement.

Une pétition "Ma mission locale, j'y viens, j'y tiens !" contre la disparition des missions locales a recueilli près de 25.000 signatures. La pétition a été lancée il y a quatre semaines par un collectif d'acteurs de missions locales. Elle intervient alors que le Premier ministre a annoncé en juillet 2018 la possibilité pour les collectivités territoriales qui le souhaiteraient de lancer des expérimentations visant à fusionner les structures des missions locales au sein de Pôle emploi. Annonce qui a été confirmée par la diffusion fin septembre d'une note du ministère du Travail détaillant les modalités pour mener à bien ces expérimentations et le discours à tenir auprès des élus locaux.

Lire la suite : Fusions missions locales / Pôle emploi : les oppositions se multiplient

Doit-on s'inquiéter de la dette de l'assurance chômage?

Le gouvernement impose aux partenaires sociaux, réunis le 24 octobre, des économies pour alléger l'endettement de l'Unedic.

35 milliards d'euros à la fin de l'année: la dette de l'Unedic, l'organisme paritaire qui gère l'assurance chômage en France, a de quoi donner le tournis.

La réduire fait partie des objectifs du gouvernement, dans le cadre des négociations qui débutent ce 24 octobre. "Le régime d'assurance chômage doit accélérer son désendettement pour être en mesure d'assumer dans le futur sa fonction assurantielle", a signifié Édouard Philippe aux partenaires sociaux dans sa lettre de cadrage, envoyée il y a un mois.

Pour y parvenir, le Premier ministre les exhorte à réaliser entre 3 et 3,9 milliards d'euros d'économies sur trois ans. Ce programme très ambitieux devrait avoir des conséquences sur les allocations des futurs demandeurs d'emploi. Les partenaires sociaux dénoncent une "logique budgétaire" sans lien avec la réalité.

Lire la suite : Doit-on s'inquiéter de la dette de l'assurance chômage?

Pôle emploi s'inspire de "The Voice" pour ses recrutements... Et ça ne fait pas rire les chômeurs

Au moins 8 agences auraient fait passer des entretiens d’embauche sur le mode du célèbre télé-crochet, révèle StreetPress. Des agents de Pôle emploi s’en sont émus. La direction de l’institution ne voit pas le problème.

Le dispositif ressemble à s’y méprendre au célèbre télé-crochet de TF1. “Assis sur des fauteuils rouges, trois recruteurs tournent le dos à une candidate. La demandeuse d’emploi est debout au milieu de la salle. Elle répond aux questions”, rapporte le magazine en ligne StreetPress ce mercredi 17 octobre. Sauf que la scène se passe dans une agence Pôle emploi, à l’occasion d’entretiens d’embauche bien réels. C’est un salarié, choqué par un post en faisant mention sur l’intranet de Pôle emploi, qui a alerté StreetPress. D’après ses recherches Au moins 8 agences, réparties dans plusieurs départements, auraient bien mis en place des entretiens de ce type.

Lire la suite : Pôle emploi s'inspire de "The Voice" pour ses recrutements... Et ça ne fait pas rire les chômeurs

Assurance-chômage : pourquoi la négociation a peu de chances d'aboutir

Syndicats et patronat se retrouvent le 24 octobre pour analyser la lettre de cadrage du gouvernement. La question des contrats courts empoisonne toujours les débats.

Syndicats et patronat se sont donné rendez-vous mercredi 24 octobre à l'Unédic dans le cadre de leur Groupe politique paritaire (GPP), une instance de dialogue périodique entre deux conventions d'assurance-chômage. La séance sera l'occasion pour chaque organisation de dévoiler sa lecture de la lettre de cadrage que le gouvernement leur a adressée . On pourra alors sentir si la négociation, qui démarrera formellement dans la foulée par une première séance de méthode, a une chance d'aboutir. A ce stade, c'est peu probable.


Personne n'est pressé de négocier


Lire la suite : Assurance-chômage : pourquoi la négociation a peu de chances d'aboutir

Assurance chômage : les exigences démesurées du gouvernement vis-à-vis de l’UNEDIC

Dans une « lettre de cadrage » le gouvernement a enjoint ce lundi 25 septembre 2018 les partenaires sociaux (organisations syndicales et patronales, gestionnaires de l’assurance chômage) à réduire les dépenses de l’UNEDIC de 3 à 3,9 milliards en trois ans. Cette lettre de cadrage a provoqué de vives réactions de la part de la plupart des organisations syndicales, certaines refusant même d’engager la discussion sur ces bases. Il y a de quoi.

Lors de sa campagne présidentielle, le candidat Macron avait bien annoncé une baisse des dépenses de l’assurance chômage (de l’ordre de 2 milliards d’euros par an sur le quinquennat), de ce point de vue donc la volonté de réduire les dépenses de l’UNEDIC n’est pas une surprise. Mais cet objectif était explicitement appuyé à l’engagement de réduire fortement le chômage pour atteindre 7% en 2022. Or, depuis l’élection présidentielle, le chômage se réduit beaucoup moins vite que prévu (le taux de chômage est à 9,1% au second trimestre 2018) et l’objectif de 7% paraît désormais bien loin. Aussi lorsque le gouvernement exige une réduction des dépenses de l’assurance chômage, alors que le chômage persiste, c’est peu dire qu’il n’a pas rempli sa part du contrat par rapport au programme présidentiel.

Lire la suite : Assurance chômage : les exigences démesurées du gouvernement vis-à-vis de l’UNEDIC