Pôle Emploi taclé sur les blocs de béton du centre-ville de Caen

Une nouvelle oeuvre sauvage a été réalisée sur l'un des blocs de béton anti-attentats du centre-ville de Caen. Pôle Emploi est dans le collimateur de l'artiste.

Lire la suite : Pôle Emploi taclé sur les blocs de béton du centre-ville de Caen

Facebook France crée un partenariat avec Pôle Emploi

Facebook va lancer en France deux programmes visant à former au numérique 65.000 personnes d’ici la fin de l’année prochaine, et investir 10 millions d’euros dans l’intelligence artificielle, a annoncé lundi le réseau social.

Facebook fait ces annonces à l’occasion du déplacement en France, ce lundi, de sa directrice générale, Sheryl Sandberg. Elle devait participer dans l’après-midi à un sommet sur l’attractivité économique de la France, qui réunira 140 dirigeants de multinationales au château de Versailles. Puis elle s’entretiendra avec le président Emmanuel Macron, avant d’inaugurer dans la soirée « Connexions », la première « exposition interactive » de Facebook dans l’Hexagone.

Tout d’abord, le groupe américain va mettre en place, dans le cadre d’un partenariat avec Pôle Emploi, un programme pour former 50.000 personnes « éloignées de l’emploi » aux compétences numériques d’ici la fin 2019, et les aider ainsi à s’insérer dans le marché du travail, selon un communiqué.

Lire la suite : Facebook France crée un partenariat avec Pôle Emploi

Pôle Emploi, toujours un peu plus dépassé, n’arrive plus à rattraper ses erreurs

Une note de l’Unédic affirme que Pôle Emploi a de plus en plus de mal à récupérer les allocations chômage versées à tort. Un document de plus qui vient questionner une nouvelle fois la volonté de garder une institution qui perd de l’argent et dont les résultats sont moindres.

Avec la réforme sur l’indemnisation des chômeurs mais aussi quelques polémiques, Pôle Emploi revient régulièrement sur le devant de la scène. A tel point que l’on en viendrait presque à se demander si cette agence complètement dépassée ne devrait pas céder sa place.

Récemment, nous apprenions que les conseillers des Hauts-de-France étaient invités à faire preuve d’un peu de générosité en participant à l’effort commun en donnant de vieux habits et quelques téléphones en état de marche afin d’équiper correctement les demandeurs d’emplois dans le besoin et qu’ils ne soient pas discriminés dès leurs entretiens d’embauche. Une proposition qui n’a pas fait l’unanimité.

Lire la suite : Pôle Emploi, toujours un peu plus dépassé, n’arrive plus à rattraper ses erreurs

Assurance-chômage : ce que veut le gouvernement, ce que disent patrons et syndicats

Revue des points d’accords et de désaccords sur la réforme sensible de l’assurance-chômage.

Les partenaires sociaux planchent chaque jeudi jusqu’au 15 février sur la réforme sensible de l’assurance-chômage. Revue des points d’accords et de désaccords entre eux et le gouvernement.

Élargir l’indemnisation des démissionnaires

– Le gouvernement : pendant sa campagne, Emmanuel Macron avait promis d’indemniser les démissionnaires. Environ 70 000 d’entre eux sont déjà indemnisés chaque année, dans des cas bien précis. A l’automne, le président de la République a mis des conditions à sa promesse, notamment l’existence d’un projet professionnel. Avec un million de démissions enregistrées par an, la mesure fait craindre des effets d’aubaine et une facture élevée. Le gouvernement souhaite donc que l’allocation soit plafonnée et réduite dans le temps.

– Les partenaires sociaux : plafonner et réduire dans le temps l’allocation ? Pas question, ont répondu de concert syndicats et patronat le 11 janvier, refusant des "droits dégradés". "Il y a des solutions pour qu’on indemnise les démissionnaires avec les mêmes droits", assure FO. Syndicats et patronat vont s’atteler à définir ce qu’est un projet professionnel. "Ça peut être un projet de création d’entreprise, un projet de reconversion professionnelle …", a fait valoir le président du pôle social du Medef, Alexandre Saubot.

Lire la suite : Assurance-chômage : ce que veut le gouvernement, ce que disent patrons et syndicats

Pôle emploi incite ses agents à donner leur cravate aux chômeurs

Le Pôle emploi des Hauts-de-France demande à ses agents de donner leurs anciennes chaussures, costumes, montres ou téléphones aux demandeurs d’emploi, par l’intermédiaire de l’association La Cravate solidaire. Une « opération de charité » qui rappelle les initiatives controversées autour de l’injonction faite aux chômeurs de soigner leur « savoir-être ».

Fin décembre, les agents de la direction régionale de Pôle emploi des Hauts-de-France, ainsi que ceux de l’agence de Villeneuve-d’Ascq, ont reçu un courriel de leur hiérarchie. Dans ce message, Pôle emploi propose à son personnel de participer à la collecte de l’association La Cravate solidaire, dont le slogan est limpide : « L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue. » Les agents de Pôle emploi sont ainsi incités à se séparer d’accessoires tels que des « ceintures, cravates, sacs, mallettes », mais aussi des chaussures, des montres ou des téléphones portables, encore en bon état, pour les donner aux chômeurs.

Lire la suite : Pôle emploi incite ses agents à donner leur cravate aux chômeurs

Pôle emploi peine à récupérer les allocations versées à tort

Pôle emploi a des difficultés à récupérer les allocations chômage versées à tort, notamment en raison d'évolutions réglementaires, selon une note de l'Unédic consultée mercredi par l'AFP.

En septembre dernier, l'opérateur public affichait un taux de recouvrement des indus "hors fraude" de 57,1%, contre 58,7% en septembre 2016, bien loin de la cible fixée à 66%, selon des données mises en ligne par le gestionnaire de l'assurance chômage. Si cette cible était atteinte, le gain dépasserait plus de 80 millions d'euros sur un an. Le taux dépassait 66% jusqu'à juin 2014. Il a commencé à baisser en juillet 2014, avant de chuter véritablement entre octobre 2015 et décembre 2016. Il s'est finalement stabilisé en 2017.

La dégradation du recouvrement coïncide avec la censure en octobre 2015 par le Conseil d'Etat d'une mesure de la convention d'assurance chômage qui permettait à Pôle emploi d'effectuer des retenues sur les allocations. La nouvelle procédure, sécurisée à partir d'octobre 2016, a "allongé significativement le délai de recouvrement". Dans l'intervalle, le stock d'indus non recouvrés a augmenté. "Pôle emploi a une pile particulièrement importante de dossiers de recouvrement à gérer", selon l'Unédic. Interrogé par l'AFP, Pôle emploi a également justifié cette "chute" du taux de recouvrement par "la décision du Conseil d'Etat". L'opérateur a également émis "l'hypothèse" d'une "insolvabilité croissante des demandeurs d'emploi" qui "fait qu'on a du mal à recouvrer les trop-perçus".

Lire la suite : Pôle emploi peine à récupérer les allocations versées à tort