Contrôle des chômeurs: dépôt d'un recours devant le Conseil d'Etat lundi

Des associations et syndicats de chômeurs et travailleurs précaires prévoient de déposer lundi un recours devant le Conseil d'Etat pour contester un décret sur le contrôle des chômeurs paru fin 2018, ont-ils annoncé dimanche.

Ce "décret détruit les missions du personnel de Pôle emploi, sommé de se transformer en agent actif d'une politique de contrôle et de répression des populations les plus précaires", considèrent AC!, Apeis, MNCP, CIP-IDF, Solidaires, des syndicats Solidaires et un syndicat CGT (CNTPEP-CGT).

Ils prévoient d'attaquer ensemble lundi matin devant la plus haute juridiction administrative ce "texte inadmissible et destructeur".

Paru le 30 décembre dans le cadre de la loi "avenir professionnel", il avait été vivement critiqué par tous les syndicats, qui ont découvert un durcissement bien plus important qu'annoncé par le gouvernement.

Lire la suite : Contrôle des chômeurs: dépôt d'un recours devant le Conseil d'Etat lundi

Viviane Tabe-Ebob, une conseillère Pôle emploi derrière les murs de la prison de Saran

Interview

Parce que les détenus sont des demandeurs d'emploi - presque - comme les autres, une conseillère Pôle emploi se rend toutes les semaines au centre pénitentiaire de Saran pour aider des prisonniers à préparer leur réinsertion professionnelle.
 

Viviane Tabe-Ebob est conseillère Pôle emploi. Mais elle a une mission spécifique. Chaque semaine, elle se rend au centre pénitentiaire de Saran, où elle aide des détenus en fin de peine à préparer leur réinsertion dans le monde du travail. Elle est ce qu'on appelle une "conseillère justice" (*). Un poste qu'elle occupe depuis neuf ans et qu'elle a choisi par engagement.

Nous avons rencontré Viviane Tabe-Ebob dans l'agence Orléans Loire, où elle est basée. Elle évoque son action, qui s'inscrit dans le cadre d'une convention nationale avec l'administration pénitentiaire (**).

Lire la suite : Viviane Tabe-Ebob, une conseillère Pôle emploi derrière les murs de la prison de Saran

La réforme de l'assurance chômage pourrait pénaliser plus de 1,2 million de personnes

D'après un document de travail de l'Unédic, le nombre de personnes touchées par la réforme de l'assurance chômage serait bien plus important que prévu.

Combien de demandeurs d'emploi vont être pénalisés par la réforme de l'assurance chômage ? Selon un document de travail de l'Unédic que s'est procuré RTL, le nombre de personnes impactées serait bien plus important qu'envisagé initialement.

Le 18 juin dernier, le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud ont annoncé plusieurs nouvelles règles pour bénéficier de l'assurance chômage. Déjà, il sera nécessaire de travailler plus longtemps pour commencer à toucher une allocation : de quatre mois au cours des 28 derniers mois actuellement, il faudra avoir travaillé 6 mois sur les 24 mois précédents, pour avoir droit au chômage.

Lire la suite : La réforme de l'assurance chômage pourrait pénaliser plus de 1,2 million de personnes

Ruptures conventionnelles : Alerte sur les finances de l'UNEDIC

Ce dispositif miracle, qui permet de négocier directement son départ avec son employeur et de toucher les allocations de chômage, connaît un succès retentissant. Au point de mettre en péril Pôle emploi.

La rupture conventionnelle ? Avec Didier Briot, c’était toujours «Niet !». «Chaque fois qu’un candidat au départ venait me demander d’en négocier une, je lui répondais que la direction ne voulait pas et qu’il n’avait qu’à démissionner.» Dur. En revanche, lorsqu’à son tour ce responsable d’un centre d’accueil de handicapés situé en Haute-Garonne a voulu quitter la société, il ne s’est pas dit non à lui-même. Comme il était cadre et avait dépassé la cinquantaine, ses supérieurs lui ont en effet proposé, par exception, d’avoir recours à cette formule. «J’ai tout de suite accepté», avoue-t-il. Pas fou, le senior. Après une courte négociation, il est parti avec un chèque en poche et un sourire aux lèvres, heureux comme un gamin d’avoir pu profiter de ce régime de faveur.

Qui l’aurait cru ? Onze ans après son lancement, la rupture conventionnelle individuelle (RCI) est devenue un must de la gestion des ressources humaines et une avancée sociale majeure. Il faut dire que, en quelques années à peine, cet ovni juridique, à mi-chemin entre la démission et le licenciement, a réussi la prouesse de conquérir à la fois les travailleurs et les patrons. Au point que plus personne ne peut s’en passer dans les entreprises. Selon le ministère du Travail, 437.700 arrangements de ce type ont été signés en 2018, 30% de plus qu’en 2014 et… 100% de mieux qu’en 2009. Les concepteurs de ce dispositif, mis en place en 2008 du temps de Nicolas Sarkozy, ne s’attendaient pas à un tel succès.

Lire la suite : Ruptures conventionnelles : Alerte sur les finances de l'UNEDIC

Assurance chômage : La grande escroquerie de Macron




Médiapôle

Assurance-chômage : face à Pénicaud, la majorité remise ses critiques

La ministre du Travail était auditionnée ce mardi à l'Assemblée nationale sur la réforme de l'assurance-chômage. Les quelques remises en cause qu'on pouvait entendre dans la majorité sitôt les arbitrages rendus n'avaient plus cours.

Invitée par la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale à venir débattre ce mardi de la réforme de l'assurance-chômage , Muriel Pénicaud n'a pas eu à croiser le fer, loin de là. Les velléités de remises en cause entendues dans les rangs de la majorité sitôt les arbitrages rendus par le gouvernement, sur le curseur des 57 ans pour la dégressivité par exemple ? Disparues. L'extension du bonus-malus sur les cotisations chômage employeurs au-delà des sept secteurs retenus ? Evoquée, sans plus.

Aucun des députés LREM ou Modem ne s'est hasardé à la moindre critique, la plupart se contentant de demandes de précisions sur quelques sujets revenus en boucle, comme l'accompagnement des seniors, l'organisation de Pôle emploi ou l'avenir du paritarisme de gestion.

Lire la suite : Assurance-chômage : face à Pénicaud, la majorité remise ses critiques