Recherche d’emploi. « Il ne faut pas faire du surplace ! »

Pôle emploi multiplie les actions en Bretagne pour inciter les demandeurs d’emploi à répondre à des offres toujours plus nombreuses dans la région, mais ne trouvant pas preneurs.

« Je ne sais pas s’il faut traverser la rue ou changer de trottoir. Mais ce que je sais, c’est qu’il ne faut pas faire du surplace ». Si Frédéric Sévignon n’a pas fait sienne la sortie d’Emmanuel Macron face à un demandeur d’emploi il y a une semaine - « Je traverse la rue et je vous en trouve » - le directeur régional de pôle emploi Bretagne confirme, alors qu’il tenait une conférence de presse ce lundi matin à Rennes : « Oui il y a des offres ! »

90 postes chez Bigard et les sociétés du groupe, 100 postes dont 50 en CDI à la conserverie Chancerelle de Douarnenez, 30 CDI à l’Hôtel Miramar d’Arzon, 218 emplois de commerciaux partout en France pour Virage Conseil (siège à Lorient), 200 postes disponibles dans plusieurs entreprises affichées à l’agence pôle emploi de Morlaix. Au total, 36 000 offres sont ainsi aujourd’hui en ligne sur le site web de pôle emploi. Des jobs qui ne trouvent pas toujours preneurs. Comme le révélait déjà la dernière étude annuelle de pôle emploi sur les besoins en main-d’œuvre, plusieurs métiers restent en tension. On pense à l’agroalimentaire, la plomberie, l’aide à domicile, l’hôtellerie, le nettoyage, le transport, mais on peut aussi citer d’autres métiers moins souvent mis sur le devant de la scène, comme les charpentiers. Rien que dans la région, on en cherche actuellement plus de 750. Un recrutement sur deux est ainsi jugé difficile par les chefs d’entreprise bretons. Une donnée en progression.

Lire la suite : Recherche d’emploi. « Il ne faut pas faire du surplace ! »

Un nouveau directeur régional pour Pôle Emploi Guadeloupe et Îles du Nord

Depuis le début de la semaine, le Pole Emploi de la Guadeloupe et des Ile-du-Nord a un nouveau directeur régional.
Olivier Pelvoizin. Il arrive avec une envie d’insuffler une nouvelle énergie pour tenter de réduire au maximum le taux de chômage.

La Guadeloupe n'est pas une terre inconnue pour Olivier Pelvoizin. Il connaît déjà le territoire puisqu’il a été chargé de l’offre de service du réseau entre 2012 et 2015. L'homme avait alors mis toute son énergie pour mettre Pôle Emploi au service des demandeurs d'emploi et des entreprises.
L'homme succède à une longue lignée de directeur puisque, en moins de dix ans, c'est le 5ème directeur qui prend les rennes de l'institution (Patrick Dumirier jusqu'en 2011, Michel Sweton jusqu'en 2013, Jean-Jacques Gustave jusqu'en 2016 et Stéphan Jules, le prédécesseur d'Olivier Pelvoizin qui avait voulu secouer les habitudes de Pôle Emploi, allant souvent jusqu'à la provocation pour instaurer une nouvelle manière d'être et de travailler à Pôle Emploi et mettre en place "des mesures radicales pour faire baisser le chômage".

Lire la suite : Un nouveau directeur régional pour Pôle Emploi Guadeloupe et Îles du Nord

Assurance chômage: l'exécutif hérisse les partenaires sociaux en réclamant de nouvelles économies

Le gouvernement a réclamé vendredi que la future négociation sur l'assurance chômage permette de réaliser de 3 à 3,9 milliards d'euros d'économies en trois ans, ce que les partenaires sociaux ont dénoncé comme une "logique uniquement budgétaire".

Les négociateurs des huit organisations syndicales et patronales ont été reçus vendredi par Antoine Foucher, directeur de cabinet de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui leur a donné les grandes lignes du document de cadrage de la négociation.

Cette feuille de route doit leur être envoyée mardi ou mercredi.

L'exécutif a fixé comme objectif des économies comprises entre 1 et 1,3 milliard d'euros par an, soit jusqu'à 3,9 milliards sur trois ans. Un objectif qui comprend un coût estimé sur trois ans lié aux nouvelles mesures destinées aux démissionnaires et indépendants, prévues dans le cadre de la loi "avenir professionnel".

Lire la suite : Assurance chômage: l'exécutif hérisse les partenaires sociaux en réclamant de nouvelles économies

Y a-t-il vraiment 50% d'offres illégales sur Pôle emploi, comme le dit la CGT ?

Réfutant les chiffres du syndicat, l'opérateur public évalue à moins de 10% la part des annonces problématiques sur son site.

Question posée par phil 1789 le 18/09/2018 via Twitter

Bonjour,

Vous faites référence à une étude réalisée les 30 et 31 août 2018 par le comité national des travailleurs privés d’emploi et précaires de la CGT (CNTPEP-CGT) sur un échantillon d’offres disponibles sur le site de Pôle emploi. Sur les 1708 annonces étudiées, 50% d’entre elles comporteraient «des mentions illégales», dont 62% pour celles provenant de plateformes privées de diffusion.

Ces irrégularités sont de différents ordres, selon la CGT:

-Pour 4% d’entre elles, l’offre n’existe pas. Soit elle n’est plus d’actualité quand les auteurs de l’étude appellent, soit le lien internet est "mort" quand on clique dessus.

Lire la suite : Y a-t-il vraiment 50% d'offres illégales sur Pôle emploi, comme le dit la CGT ?

Chômeurs, attention aux offres d’emplois frauduleuses ou illégales

VIGILANCE Pôle emploi publie des recommandations pour éviter les problèmes…

Si le principal défi du demandeur d’emploi est de trouver un job, il doit aussi relever celui de repérer les arnaques, comme les numéros surtaxés ou les faux entretiens, de même que les annonces illégales, où le recruteur réclame par exemple une limite d’âge ou impose le permis de conduire. Parmi les recommandations listées par Pôle emploi : ne pas verser d’argent à l’employeur ; ne pas communiquer d’informations personnelles ; n’accepter aucune contribution sans contrat ou de se méfier d’une offre « trop attractive ».

L'« encaissement de chèque » apparaît comme l’arnaque la plus courante : un faux employeur dépose une offre sur le site de Pôle emploi, annonce au candidat qu’il a été retenu, lui propose d’encaisser un chèque (faux ou volé) et dans la foulée, prétextant une erreur dans le montant inscrit sur le chèque, réclame que le candidat restitue une partie de la somme par virement bancaire. Existent aussi des appels téléphoniques avec renvoi vers des lignes surtaxées ou différents procédés d’usurpation d’identité du demandeur d’emploi.

Lire la suite : Chômeurs, attention aux offres d’emplois frauduleuses ou illégales

le combat de l’agent de Pôle emploi accusé à tort d’apologie de terrorisme continue

Auteur d’une « blague » interprétée par sa direction comme un éloge de la cause terroriste, Yann Djail poursuit l’agence pour « dénonciations calomnieuses ». L’audience, qui devait avoir lieu ce lundi, a été renvoyée.

Dix minutes après l’heure prévue de l’audience, Yann Djail est ressorti dépité du tribunal correctionnel de Versailles. L’agent de Pôle emploi comptait y solder ce lundi un conflit avec son employeur qui s’enlise depuis plus de deux ans, rythmé par le traitement de leurs plaintes successives. La première a été déposée par l’établissement public après l’envoi d’un mail de Yann Djail à ses collègues, le 29 août 2016 : « Daech revendique le tremblement de terre en Italie ». « Simple blague » pour son auteur, le message n’a pas fait rire les responsables de l’antenne de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Après un passage en garde à vue et la perquisition de son domicile, la plainte pour « apologie du terrorisme » est rapidement classée sans suite. Blanchi judiciairement, le salarié, handicapé et diagnostiqué « anxio-dépressif », n’a depuis plus jamais retrouvé un rythme ordinaire de travail, entre « mutation-sanction » et congés maladie.

Lire la suite : le combat de l’agent de Pôle emploi accusé à tort d’apologie de terrorisme continue