Assurance chômage : Le drôle de document envoyé par le patronat aux syndicats

Le trio patronal U2P-Medef-CPME a envoyé aux syndicats, ce lundi 21 janvier, un document de cinq pages détaillant les différentes raisons de leur opposition à la taxation des contrats courts, alors que les négociations reprennent demain. Mais sans faire de propositions en échange.

À la veille d’une réunion de la dernière chance dans le cadre de la négociation portant sur l’assurance chômage, c’est un drôle de document qu’a adressé le trio patronal Medef-CPME-U2P aux syndicats, dans la matinée de ce lundi 21 janvier. En cinq pages, les organisations patronales exposent les différentes raisons qui les poussent à rejeter en bloc l’idée d’une taxation des contrats courts (autrement appelés bonus-malus)…. sans avancer une seule contre-proposition en échange.

Lorsqu’on connaît l’attachement des syndicats pour cette taxation des contrats courts, l'envoi d'un telle lettre de quoi questionner sur les possibilités de déboucher sur un compromis. D’autant qu’on le sait, si cette réunion du mardi 22 janvier venait à échouer, le fin des négociations sur l’assurance chômage pourrait s’en retrouver précipitée. Et le gouvernement être amené à reprendre la main…

Lire la suite : Assurance chômage : Le drôle de document envoyé par le patronat aux syndicats

Synthèse du Bureau de l'Unédic du 20 décembre 2018

Chaque Bureau de l’Unédic fait l’objet d’une synthèse publique, qui rend compte des travaux des gestionnaires de l’Assurance chômage. Lors de sa réunion de décembre 2018, le Bureau a abordé : le financement de l'Assurance chômage en 2019, la convention de trésorerie 2019 avec Pôle emploi, les travaux d'audit, et les dernières analyses statistiques sur les travailleurs frontaliers et les intermittents du spectacle.


Financement de l'Assurance chômage en 2019

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 supprime les contributions salariales à l’Assurance chômage à compter du 1er janvier 2019, qui sont remplacées par une fraction de la « CSG activité » afin de garantir les recettes de l’Assurance chômage en 2019. De plus, le CICE devient une réduction dégressive des contributions patronales pour les salaires inférieurs à 1,6 Smic à compter d’octobre 2019 (allègements généraux). L’État compensera également les contributions patronales qui feront l’objet d’allègements généraux, pour la part qui concerne l’Unédic. L’Acoss est chargée de centraliser ces deux mécanismes de compensation.

Les services de l’Unédic préparent 3 conventions permettant d’encadrer et sécuriser dès début 2019 ces flux financiers et le suivi de l’information :

Lire la suite : Synthèse du Bureau de l'Unédic du 20 décembre 2018

Pour une vraie réforme de l'assurance chômage

OLIVIER BABEAU / président de l’Institut Sapiens ERWANN TISON / économiste et directeur des études de l'institut Sapiens

LE CERCLE/POINT DE VUE - Créons une nouvelle assurance chômage dans laquelle l'acquisition de compétences agira comme un bouclier face au choc du numérique.

Le taux de chômage stagne en France au-delà de 9 % depuis plus de 10 ans. La future réforme de l'assurance chômage doit être bien plus qu'un simple ajustement marginal de paramètres. Bien au-delà d'un contrôle accru de quelques passagers clandestins d'un système caractérisé par de nombreux effets de seuil, c'est d'un changement de logique dont nous avons besoin.

Face à une révolution technologique qui pourrait potentiellement transformer plus de 40 % des métiers existants, la réforme est une occasion de créer une nouvelle assurance dans laquelle l'acquisition de compétences agira comme un bouclier face au choc du numérique.

Lire la suite : Pour une vraie réforme de l'assurance chômage

Trouvez un job sans CV (et rapidement) grâce à Pôle emploi

Baptisée “maintenant”, une plateforme en ligne de Pôle emploi permet de chercher du boulot en quelques minutes, sans lettre de motivation ni CV. On vous explique, étape par étape, comment ça marche.

Quand on répond à une offre d’emploi, c’est quasiment automatique, on prépare une lettre de motivation et on met à jour notre CV. Il faut ensuite, au minimum, rédiger un mail où l’on résume les raisons qui nous poussent à postuler à ce poste, nos disponibilités, ainsi que ces fameux CV et lettre de motivation préalablement préparés en pièce jointe. Le site “Maintenant” vient tordre le cou à ce schéma : mis en place par Pôle emploi, il vise à “recruter des gens, pas des CV”, comme son slogan le résume.

Concrètement, le site est très simple d’utilisation. Un moteur de recherche vous permet de sélectionner le métier qui vous intéresse. Ensuite, il vous est demandé de sélectionner quatre qualités qui peuvent vous définir. Par exemple, si vous êtes commercial, vous pouvez choisir “relever des défis”, “avoir la soif d’apprendre”, tenir des engagements”, ou encore “anticiper les besoins des clients”. Une fois ces qualités sélectionnées, vous devez préciser si vous avez déjà exercé le job qui vous intéresse.

Lire la suite : Trouvez un job sans CV (et rapidement) grâce à Pôle emploi

Le point sur les sources de financement de l'Assurance chômage en 2019

Le mode de financement de l’Assurance chômage connaîtra plusieurs évolutions au cours de cette année avec, dès le 1er janvier 2019, la suppression des contributions salariales et l’extension des exonérations spécifiques et de la réduction générale aux contributions patronales d’assurance chômage.

Les contributions salariales disparaissent pour la plupart des salariés

Après une année d’exonération progressive en 2018, les contributions salariales à destination de l’Assurance chômage sont supprimées à compter du 1er janvier 2019, conformément à la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Les salariés monégasques, certains salariés expatriés et les intermittents du spectacle (pour la part spécifique) restent redevables d’une contribution salariale d’assurance chômage.

L’Assurance chômage financée par les contributions patronales et une part de la CSG sur les revenus d’activité

Lire la suite : Le point sur les sources de financement de l'Assurance chômage en 2019

« Cela va vraiment être très violent » : des agents de Pôle emploi réagissent aux sanctions contre les chômeurs

La loi sur « la liberté du choix de son avenir professionnel » (sic), votée en septembre dernier, avait prévenu : les contrôles sur les chômeurs allaient se durcir. Mais personne ne s’attendait à ce que les sanctions prévues contre les demandeurs d’emplois soient si rudes, y compris les agents de Pôle emploi. Annoncées fin décembre par un décret publié au journal officiel, ces sanctions prévoient de rogner, voire de supprimer les indemnités chômage pour des rendez-vous manqués, des offres d’emploi refusées, ou des connexions sur son espace personnel pas suffisamment fréquentes. Du côté des conseillers, c’est la consternation, teintée de colère et de stress.

Les nouvelles instructions sont tombées sur les bureaux des agents de Pôle emploi le 3 janvier dernier. Une dizaine de pages qui décrivent par le menu les obligations des demandeurs d’emploi et les sanctions auxquelles ils s’exposent s’ils n’y répondent pas. Et ce, dès le premier manquement. Une première absence à un rendez-vous entraîne une radiation d’une durée d’un mois. À la seconde absence, la radiation est étendue à deux mois et les indemnités sont supprimées pour une durée équivalente. À la troisième absence, on passe à quatre mois.

Lire la suite : « Cela va vraiment être très violent » : des agents de Pôle emploi réagissent aux sanctions...