CGI aide Pôle emploi à transformer son informatique

Le groupe CGI a été retenu par Pôle emploi dans le cadre de l’adaptation de son système d’information. L’accord cadre porte sur une période de 4 ans (dont deux ans reconductibles). Il vise notamment à contribuer à un meilleur accompagnement des demandeurs d’emploi et au développement de l’offre de services de Pôle emploi aux entreprises.

« Partenaire historique de Pôle emploi que nous accompagnons depuis plus de 12 ans, nous nous fixons pour objectif de soutenir efficacement l’évolution informatique de l’institution à un moment particulièrement sensible.», déclare Jean-Marc Baticle, Président de CGI en France.

Lire la suite : CGI aide Pôle emploi à transformer son informatique

Le site Internet de Pôle Emploi ne trouve pas plus de 50 postes à pourvoir dans le Nord - Pas-de-Calais!

Il y a plus réjouissant que de chercher du boulot, mais le site Internet de Pôle Emploi a le don de plomber encore davantage le moral des chômeurs. Depuis quelque temps – au moins deux mois selon certains témoignages – le portail du service public de l’emploi aurait la fâcheuse manie de se mettre en carafe, voire de minorer le nombre de postes disponibles. La région n’est pas épargnée.

Combien y a-t-il d’emplois à pourvoir dans le Nord – Pas-de-Calais ? Pour le savoir, il suffit d’aller sur le site www.pole-emploi.fr. Pas besoin de créer un identifiant. Juste d’entrer ses critères de recherche. Donc on sélectionne la région (pas seulement le département : quand on cherche du travail, on peut se déplacer un peu). Puis, vu le contexte économique, on choisit le type de contrat : tous. Enfin, on lance la recherche. Et là, stupeur. Le site ne propose que 50 offres. Désespérant ! À tel point que, pour en avoir le cœur net, on renouvelle la requête : 48 postes à pourvoir ! Mieux, en regardant le détail des offres dans un secteur, l’industrie par exemple, on tombe d’une fois sur l’autre sur des annonces différentes.

Lire la suite : Le site Internet de Pôle Emploi ne trouve pas plus de 50 postes à pourvoir dans le Nord -...

L’informatique mise en cause dans les trop-perçus des demandeurs d’emploi

Pôle emploi a versé près de 812 millions d’euros par erreur en 2012.

Un rapport du Médiateur de Pôle emploi pointe les dysfonctionnements du système d’information de l’agence publique dans cette indemnisation défaillante des ayants-droits.
Le fait pour un demandeur d’emploi de signaler qu’il a retrouvé un travail enclenche une actualisation automatique. Ce qui crée un décalage.Tous les jours du mois en cours lui sont payés même si pendant cette période il a travaillé ou a été malade.
Inversement, le système informatique ne détecte pas les indus prescrits et aucune alerte n’en avertit les conseillers. « Pôle emploi envoie donc des notifications de trop-perçu pour des indus prescrits. »

Lire la suite : L’informatique mise en cause dans les trop-perçus des demandeurs d’emploi

Pôle emploi frise vraiment la faillite

La France compte 5 millions de chômeurs, dont 3,2 millions totalement sans activité. Malgré le ralentissement de la hausse (+11 % sur un an), le drame humain et le gâchis sont énormes. En versant 33 milliards d'euros d'allocations, notre pays se flatte d'amoindrir le choc. Avant de découvrir 812 millions « d'indus » et que certains demandeurs d'emploi ont touché trop. Sans fraude volontaire, mais souvent parce que Pôle emploi fait des erreurs, comme il oublie aussi des versements.

Cette somme astronomique se divise entre de multiples petites opérations. Et soudain, déjà soumises à un revenu très amaigri, les victimes se voient imposer des « retenues » qui les enfoncent encore plus.

Lire la suite : Pôle emploi frise vraiment la faillite

Comment indemniser les chômeurs est devenu un casse-tête pour Pôle emploi

Le fait est rare. Lundi 8 juillet, le directeur de Pôle emploi en personne est venu assister au comité central d'entreprise (CCE) de l'organisme. D'habitude, Jean Bassères, plus partisan des rencontres bilatérales que des grandes réunions avec tous les syndicats de Pôle emploi, préfère déléguer un de ses adjoints. Mais lundi, il était question de l'indemnisation des chômeurs, un dossier devenu hypersensible. Mercredi 10 juillet, le médiateur de Pôle emploi a ainsi révélé que plus de 800 millions d'euros avaient été versés à tort aux chômeurs en 2012.

Depuis la vague de menaces de suicide qui a suivi l'immolation d'un chômeur à Nantes, mi-février, l'institution est en effet ébranlée par ses difficultés à réaliser une de ses missions les plus fondamentales : indemniser correctement et à temps les demandeurs d'emploi. "La première chose qui préoccupe un chômeur quand il s'inscrit à Pôle emploi est de savoir quand et combien il va être indemnisé", a-t-on l'habitude de dire au sein de l'institution, en rappelant que plus de 90 % des chômeurs sont indemnisés "dans les temps", soit avant le 7 du mois suivant leur inscription. Mais, pour au moins trois raisons, cette mission est devenue un véritable casse-tête pour l'institution.

Lire la suite : Comment indemniser les chômeurs est devenu un casse-tête pour Pôle emploi

Pôle Emploi: 812 millions d'euros versés par erreur

Selon un rapport du médiateur de Pôle emploi...

Près de 812 millions d'euros ont été versés par erreur en 2012 à des demandeurs d'emploi, selon un rapport du médiateur de Pôle emploi qui préconise une simplification des règles de l'assurance chômage afin de limiter ces «indus».

Dans ce rapport discuté mercredi au Conseil d'administration de Pôle emploi, auquel l'AFP a eu accès, Jean-Louis Walter plaide en particulier pour une refonte des règles de calcul de l'indemnisation dans le cas du cumul autorisé de l'allocation chômage avec un travail.

Ce dispositif pour les demandeurs d'emploi en activité réduite bénéficie aujourd'hui à près de la moitié des chômeurs indemnisés. Il est «de nature à générer des indus par sa complexité» et «est arrivé à saturation», estime M. Walter.

Lire la suite : Pôle Emploi: 812 millions d'euros versés par erreur