Chômage longue durée : le Sénat freine le gouvernement

Le gouvernement souhaitait confier aux partenaires sociaux les négociations d'une nouvelle convention d'assurance chômage avant l'échéance de l'actuelle.

Le Sénat a rejeté dans la nuit de jeudi à vendredi la proposition du gouvernement de confier aux partenaires sociaux le soin de négocier une nouvelle convention d'assurance chômage prenant en compte le chômage de longue durée. Seuls les 21 membres du groupe LREM ont soutenu l'amendement en ce sens déposé par le gouvernement dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi réformant l'apprentissage et la formation professionnelle. En revanche, les autres sénateurs s'y sont opposés, soit 303 voix contre.

Il s'agit de négocier une nouvelle convention d'assurance chômage « sans attendre l'échéance de l'actuelle convention en septembre 2020 », a précisé la ministre du Travail Muriel Pénicaud. « Nous voulons une réforme rapide de l'assurance chômage, notamment concernant la lutte contre la précarité et la permittence et la prise en compte du chômage de longue durée dans l'indemnisation », a-t-elle ajouté. « Cet amendement tire enfin les conséquences des récents changements à la tête des organisations syndicales et patronales. »

Lire la suite : Chômage longue durée : le Sénat freine le gouvernement

L’Effet Bahamas ou l’Assurance chômage devenue une machine à cash pour les marchés

Alors que le projet de loi « choisir son avenir professionnel » est en examen au Sénat, la réalisatrice Louise Ferrand propose « L’Effet Bahamas » un projet de film documentaire (en court de financement) sur l’Assurance chômage qui explore les zones d'ombres de la caisse mutualisée.

Un jour, je suis tombée dans un trou, le trou de la protection sociale. Je venais de donner naissance à un enfant et à un film (sur la mort et la disparition des migrants) et les réglementations de la Sécurité sociale comme celle de Pôle emploi, désarticulées entre elles, ne voulaient considérer mes périodes de travail cotisées et m'ouvrir des droits.

Stupeur.

Se retrouver face à une machine qui vous dit : « ton travail ne vaut rien, tu n’as pas tes heures ».
Se retrouver sans aucun droit, du jour au lendemain, plus aucun revenu.

Lire la suite : L’Effet Bahamas ou l’Assurance chômage devenue une machine à cash pour les marchés

Syndicats et patronat invités à renégocier sur l'assurance-chômage

Le chef de l'Etat demande aux partenaires sociaux de revoir les règles de l'Unédic, en se conformant à un document de cadrage qui sera fixé par le gouvernement.

« Je demande aux partenaires sociaux de réviser les règles d'assurance-chômage. » D'une phrase anodine pour les non initiées lâchée lundi devant le Congrès , Emmanuel Macron a remisé au placard une partie importante du projet de loi « Avenir professionnel » dont l'examen n'est même pas achevé au Parlement : celle sur la gouvernance de l'Unédic et les règles d'indemnisation des chômeurs. Deux sujets clivants entre les partenaires sociaux et le gouvernement d'une part, entre les partenaires sociaux d'autre part.

Pour Emmanuel Macron, les règles de l'Unédic « ont pu involontairement encourager le développement de la précarité ». Un tiers des CDD ne durent qu'une journée , a récemment relevé une étude du ministère du Travail. En cette période de reprise, il faut que leur révision « incite » à la création d'emplois de qualité. Le projet de loi va être modifié en ce sens, pour une mise en vigueur des règles modifiées au printemps 2019, a indiqué le chef de l'Etat.

Lire la suite : Syndicats et patronat invités à renégocier sur l'assurance-chômage

Avec sa transformation numérique, Pôle emploi enfin dédié à ses usagers

La profonde mue entamée il y a six ans permet à l’opérateur public de l’emploi de personnaliser ses services pour fluidifier le marché du travail.

Vitrine du virage numérique de Pôle emploi, le Lab, installé dans un quartier du nord de Paris, accueille régulièrement start-uppers et conseillers Pôle emploi, entreprises et demandeurs d’emploi pour des ateliers créatifs et collaboratifs. Ambiance à la Google pour ce lieu d’innovation, avec des meubles en bois clair et des couleurs gaies, où les acteurs de l’emploi co-construisent des services pour les demandeurs d’emploi.

Lire la suite : Avec sa transformation numérique, Pôle emploi enfin dédié à ses usagers

Ils gagnent aux prud’hommes et doivent rembourser Pôle emploi

Le cas est peu connu, mais concerne chaque année plusieurs centaines de personnes : les salariés dont le licenciement est jugé illégal aux prud’hommes peuvent être obligés de rembourser une partie de leur allocations chômage. La situation est souvent ressentie comme une injustice.

Pour eux, la victoire a un goût amer. Certains salariés licenciés illégalement, s’ils gagnent aux prud’hommes, peuvent se voir réclamer par Pôle emploi une partie des allocations qu’ils ont touchées au début de leur période de chômage. Selon Pôle emploi, cette très désagréable surprise concerne chaque année plusieurs centaines de personnes, et c’est le second versant des « trop-perçus » réclamés par Pôle emploi.

Mediapart a raconté en détail le casse-tête qui touche des milliers de demandeurs d’emploi, pour la plupart en « activité réduite » (ils cumulent chômage et petits boulots) : à la suite d’un nouveau calcul de leurs droits, Pôle emploi leur demande de rembourser des sommes déjà perçues, qui peuvent aller jusqu’à plusieurs milliers d’euros. En un an, ces sommes à verser ont égalé au total un milliard d’euros.

Lire la suite : Ils gagnent aux prud’hommes et doivent rembourser Pôle emploi

Harcèlement à Pôle emploi: le «Donald Trump de la CFTC» mis en cause

Plusieurs salariés de Pôle emploi ont porté plainte contre des agissements de l’ancien président de la CFTC Emploi, qui a démissionné de ses mandats à la mi-juin. Les syndicats et la direction de Pôle emploi se déchirent sur le sort de ce responsable, accusé de harcèlement moral et sexuel, ainsi que d’agression sexuelle.

Il s’agit de l’histoire d’une double emprise, racontent ceux qui l’ont vécue. Pendant plusieurs mois – certains pendant des années –, des salariés de Pôle emploi disent avoir subi une forme de harcèlement moral ou sexuel de la part du directeur adjoint de la plateforme téléphonique d’Île-de-France de l’organisme. L'homme était également président de la CFTC Emploi (le syndicat qui regroupe les salariés de Pôle emploi, de l’Afpa et de l’Apec) et vice-président de l'échelon supérieur, la fédération Protection sociale et Emploi de la CFTC. Un syndicat qui, comme les autres, a pourtant officiellement pris position contre le harcèlement, le sexisme et les violences faites aux femmes.

Lire la suite : Harcèlement à Pôle emploi: le «Donald Trump de la CFTC» mis en cause