Quelles sont les formations financées par Pôle emploi Midi-Pyrénées ?

En 2013, les demandeurs d’emploi ont bénéficié de 7.000 actions de formations en Midi-Pyrénées. Un nombre croissant sous l’effet du « Plan 100.000 », mais aussi de l’implication de nombreux acteurs. Le point sur les formations "prioritaires" en Midi-Pyrénées.

Frédéric Toubeau, vous êtes le directeur de Pôle emploi Midi-Pyrénées, pouvez-vous nous rappeler quels sont les différents dispositifs de formation accessibles aux demandeurs d’emploi ?

Il en existe plusieurs qui s’inscrivent dans le cadre d’actions collectives ou individuelles. Aide individuelle à la formation (AIF), Action de formation préalable au recrutement (AFPR), Préparation opérationnelles à l’emploi (POE)… chaque dispositif est finalement fonction du projet et du profil du demandeur d’emploi. Leur point commun est de viser le retour à l’emploi via des parcours certifiants, voire qualifiants. Avec succès, le taux de sortie positive étant de l’ordre de 70 à 80% dans le cas des AFPR et des POE.

Lire la suite : Quelles sont les formations financées par Pôle emploi Midi-Pyrénées ?

Assurance-chômage: les "droits rechargeables" repoussés au 1er octobre

Les partenaires sociaux ont finalisé la nouvelle convention Unédic qui régit les règles d'indemnisation des chômeurs. Les droits rechargeables, mesure phare de ce nouveau texte entreront en vigueur en octobre prochain et non en juillet.

La nouvelle convention Unedic, qui régit les règles d'indemnisation des chômeurs, est désormais achevée. Sa rédaction a été achevée mardi 13 mai, soit presque deux mois après l'accord trouvée sur son contenu. Cette nouvelle convention doit, en principe, entrer en vigueur dès le 1er juillet.

Mais sa mesure phare, la mise en place de droits au chômage dits "rechargeables", elle, n'entrera en vigueur qu'au 1er octobre prochain. Ce délai est nécessaire pour laisser le temps à Pôle emploi de former ses agents à ces nouvelles règles.

Lire la suite : Assurance-chômage: les "droits rechargeables" repoussés au 1er octobre

Une salariée de Pôle emploi avait encaissé 13 000 euros de chèques

À peine embauchée à l’agence de Saint-Genis-Pouilly, cette femme de 44 ans avait détourné les chèques de trop-perçu envoyés par des usagers, pour un total de 12 920 euros.

C’est la plainte d’un usager, en mars 2012, qui avait permis de mettre fin aux détournements. Il avait perçu trop d’argent de Pôle emploi et avait envoyé un chèque pour rembourser les sommes indûment perçues. Son chèque avait été encaissé, mais il continuait malgré tout de recevoir des relances avec sommation de payer. En demandant à sa banque la copie du chèque, il avait constaté qu’il avait été falsifié.

Lire la suite : Une salariée de Pôle emploi avait encaissé 13 000 euros de chèques

Les ordinateurs d'allocataires de Pôle emploi piratés par des escrocs à l'allocation chômage

Les cybercriminels ne manquent pas d'imagination. Il y a longtemps déjà qu'ils ont compris qu'ils pouvaient se faire de l'argent facile sur Internet. Des demandeurs d'emploi ne sont même pas épargnés par ces escrocs qui ont trouvé une combine assez astucieuse pour s'accaparer de leurs allocations chômage. Une histoire incroyable mais bien vraie qu'est en mesure de révéler infoNormandie.com.

Le lièvre aurait été levé début mai lorsque les services de Pôle emploi ont détecté des anomalies sur les comptes de certains allocataires. Une vérification en interne a alors permis de constater que les informations personnelles, bancaires et adresse mail, d'un même individu en cours d'identification, apparaissaient sous plusieurs noms d'allocataires.

Un même RIB pour dix allocataires !

Lire la suite : Les ordinateurs d'allocataires de Pôle emploi piratés par des escrocs à l'allocation chômage

Une mère se bat contre Pôle emploi

Meryem, 29 ans, mère de jumeaux autistes, a du batailler pour être inscrite et prise en charge par Pôle emploi, révèle Le Parisien. Travaillant dans la restauration - un secteur très prenant - elle a démissionné pour s'occuper de ses deux enfants Yanis et Sami, tous deux autistes.

La mère se souvient des premiers moments douloureux... "On avait bien remarqué qu'ils ne parlaients presque pas, ne répondaient pas bien à leurs prénoms, et on s'en était inquiété auprès de la PMI (Protection maternelle infantile.)"

"La restauration, c'est plus de 39 heures par semaine", souligne-t-elle. Difficile, donc, de concilier cela avec le temps que nécessite la prise en charge de ses deux enfants. Pôle emploi est du même avis. "Vous ne pouvez accepter un travail au vu de la situation de vos deux enfants", lui rétorque Pôle emploi lorsqu'elle veut retrouver du travail.

Lire la suite : Une mère se bat contre Pôle emploi

Jean Bassères, l'homme qui bouscule Pôle Emploi

A la tête de l'opérateur public depuis deux ans, ce haut fonctionnaire impose sa ligne musclée : partenariats avec les privés, réduction des coûts, etc...

Devant l'association des journalistes sociaux, vendredi, l’homme a été fidèle à sa réputation : incisif, direct, contre-attaquant sur les sujets sensibles. Tout sauf langue de bois, alors qu’il est à mi-chemin de son plan stratégique 2012-2015, en phase « de consolidation » précise-t-il. C’est sans doute cette capacité à trancher dans le vif qui l’a propulsé fin 2011 à la tête de Pôle Emploi. Un poste stratégique pour cet ex-chef de l’inspection des finances de 53 ans, qui a passé l’essentiel de sa carrière à Bercy, aux ministères des Finances et du Budget.

Lire la suite : Jean Bassères, l'homme qui bouscule Pôle Emploi