Agression d'un agent du Pôle Emploi

Le travail doit en principe reprendre ce lundi dans l'agence Pôle Emploi de Kerlys après l'agression d'un agent la semaine dernière.

Les agents du Pôle Emploi de Kerlys doivent reprendre le travail ce lundi après avoir débrayé vendredi matin en solidarité avec leur collègue agressé.

Ce dernier a été lourdement menacé par un demandeur d'emploi qui la veille s'était déjà montré agressif.

Cette fois, l'individu aurait haussé le ton avant de s'armer de son casque de moto et s'apprêtait à asséné des coups à l'agent.

Lire la suite : Agression d'un agent du Pôle Emploi

«Pôle Emploi a énormément durci son contrôle sur les usagers»

L'avocat Florent Hennequin revient sur les litiges opposant les demandeurs d'emploi à l'institution.

Si les chiffres du chômage viennent de connaître une baisse sensible (mais controversée) les contentieux opposant Pôle Emploi à ses usagers ne connaissent pas de répit. Avocat, Florent Hennequin anime la commission «droits des chômeurs» au sein du syndicat des avocats de France (SAF), créée cet été avec Emilie Videcoq. Les radiations jugées abusives sont souvent au cœur des conflits, mais le contentieux se diversifie.

Pourquoi avoir créé une telle commission?

Aujourd’hui, beaucoup de chômeurs n’osent pas affronter l’institution, d’où notre volonté d’accompagner l’émergence de ce contentieux. Il y a quelques temps, le dialogue était plus facile avec Pôle Emploi. L’envoi d’une lettre permettait de régler des situations litigieuses. Aujourd’hui, les courriers ne suffisent plus. Pôle emploi a tendance à se réfugier dans le silence et à développer une stratégie de l’inertie. C’est devenu un paquebot difficile à faire virer. A terme, nous voulons que Pôle emploi renoue avec des pratiques plus conformes au droit et qu’il joue pleinement son rôle d’accompagnement vers l’emploi.

Lire la suite : «Pôle Emploi a énormément durci son contrôle sur les usagers»

La baisse du chômage en août amplifiée par un bug informatique ?

Pour la première fois depuis avril 2011, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi a chuté en août. 50 000 de moins pour la seule catégorie A.Ce reflux s'explique notamment par une explosion des "cessations d'inscriptions pour défaut d'actualisation" dont une partie serait due à un bug informatique.

La bonne nouvelle : en août, pour la première fois depuis avril 2011, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi a chuté. 50 000 de moins pour la seule catégorie A (personnes n'ayant pas du tout travaillé au cours du mois) en métropole. La mauvaise nouvelle : cela ne signifie pas que cela ne va pas augmenter en octobre, selon les mots du Ministre du Travail, Michel Sapin qui refuse d'affirmer que c'est le signe d'une inversion de la courbe du chômage.

Lire la suite : La baisse du chômage en août amplifiée par un bug informatique ?

Nicolas Doze : le gros bug des chiffres du chômage

Lire la suite : Nicolas Doze : le gros bug des chiffres du chômage

Comment un ministre bulgare a touché les Assedic en France

Chargé des investissements dans le gouvernement de Sofia, Ivan Danov aurait perçu, en 2004-2005, près de 15 000 euros d'allocations de la part de l'Assedic. Problème: il n'y avait pas droit. En France comme en Bulgarie, il semble pourtant que tout le monde s'en fiche...

S'inscrire comme demandeur d'emploi après un licenciement économique, recevoir une allocation de chômage pendant plusieurs mois, chercher de nouveau un travail... Peu de ministres, en Europe, se targueraient d'avoir vécu de telles expériences. Membre du gouvernement bulgare,Ivan Danova longtemps gommé cet épisode de sa vie, entre 2004 et 2005, à l'époque où il séjournait en France. Mais d'autres causes expliquent la discrétion remarquable du personnage. Chargé depuis juin dernier du ministère de la Programmation des investissements, il aurait perçu indûment quelque 15 000 euros de l'Assedic.

Lire la suite : Comment un ministre bulgare a touché les Assedic en France

Pôle emploi: sept syndicats demandent une expertise générale des conditions de travail

Sept des neuf syndicats de Pôle emploi ont réclamé mardi, sans succès, une "expertise" générale des conditions de travail pour prendre la mesure, après trois suicides récents de cadres, de la souffrance générale, selon eux, des agents.

A la suite du suicide début septembre de l'ancien directeur du Rhône, la direction avait proposé vendredi d'engager un "diagnostic national" des conditions de travail des cadres supérieurs, sans exclure de l'élargir à d'autres catégories.

Dans une motion commune présentée mardi après-midi au comité central d'entreprise (CCE), FO, SNU, CGT, CFTC, SUD, Snap et Unsa ont demandé une "expertise nationale" sur "la nature et les conséquences sur les conditions de travail de l'organisation générale du travail" auxquelles l'ensemble des "personnels de Pôle emploi sont exposés". Ils réclamaient aussi la tenue d'un CCE extraordinaire en présence du directeur général Jean Bassères.

Lire la suite : Pôle emploi: sept syndicats demandent une expertise générale des conditions de travail