Pôle emploi. Le bureau des plaintes, une usine à broyer

Mi-mars, le Médiateur a rendu un bilan en forme de satisfecit, soulignant tout de même « une culture de négation de l’erreur ». Sur le terrain, le manque de personnel aggrave encore les difficultés.

Avec les premiers beaux jours fleurissent les rapports de bilan de l’année écoulée. Mi-mars, est ainsi paru celui du Médiateur de Pôle emploi. Cette instance fête cette année son dixième anniversaire. Le Médiateur national est à la tête d’un réseau de 19 médiateurs régionaux qui reçoivent les réclamations concernant l’activité de Pôle emploi. En 2017, le Médiateur a ainsi reçu 30 472 réclamations (un chiffre en baisse de 2,5 % par rapport à 2016), dont sans surprise la très grande majorité (88 %) émane de demandeurs d’emploi. L’indemnisation reste le grand sujet de réclamations : le droit à l’indemnisation concentre 29 % des réclamations, tandis que le calcul des indemnisations provoque, lui, 10 % des saisines de la médiation. « Il est important de rappeler que Pôle emploi est un opérateur. Il se contente d’appliquer les réglementations élaborées par l’Unedic ou par l’État », rappelle Élisabeth Gueguen, directrice de l’indemnisation et de la réglementation à Pôle emploi.

Lire la suite : Pôle emploi. Le bureau des plaintes, une usine à broyer

Pôle emploi lance La Bonne alternance

Lundi 16 avril, Pôle emploi lance La Bonne Alternance, un service en ligne dédié à la recherche d’entreprises recrutant en contrat d’alternance.

Vous cherchez à décrocher un contrat en alternance ? Lancée par Pôle emploi, La Bonne Alternance permet aux candidats de plus de 16 ans en recherche d’alternance de trouver des entreprises qui recrutent dans ce contexte contractuel sans déposer d’offres d’emploi.

Un conseiller à l’origine de l’initiative

Dans le cadre de la démarche intrapreneuriale initiée par la structure, La Bonne Alternance a donc été créée par un conseiller Pôle emploi, et s’appuie sur un algorithme qui exploite les données de Pôle emploi, la Dares et la DGEFP, afin d’apporter des prédictions de recrutement en alternance. Toutes les entreprises qui recrutent sont répertoriées sur une carte dont la lecture fonctionne via un outil de géolocalisation. Les coordonnées des recruteurs sont aussi indiquées afin de permettre aux candidats de postuler directement.

Lire la suite : Pôle emploi lance La Bonne alternance

Pôle Emploi : trouver les «bons candidats»

Une année inédite, «même historique». Dans le Lot-et-Garonne, la courbe des intentions d'embauche est en nette progression, là où le véritable challenge va être de trouver les bons candidats aux entreprises qui recrutent.

Si les intentions d'embauche laissent penser à une baisse du chômage, certaines entreprises ont de plus en plus de mal à recruter. Un constat qui transparaît notamment dans les filières du bâtiment, de l'agriculture et de l'agroalimentaire ainsi que dans les métiers de l'animation et de la restauration. Une observation qui fait écho à la même problématique rapportée dans l‘ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine. «Notre rôle va être de valoriser ces secteurs et de trouver les bons candidats parmi les demandeurs d'emploi», explique Daniel Dartigolles, le directeur territorial Pôle Emploi.

Lire la suite : Pôle Emploi : trouver les «bons candidats»

Pôle Emploi: chômeurs en grande difficulté, passez votre tour

Pourquoi l'ex-ANPE débloque

Pôle Emploi est une institution au carrefour des politiques publiques. On peut considérer l’ex-ANPE comme l’outil politique par excellence, à la fois thermomètre social et agence au rôle théoriquement crucial pour résorber le chômage. Au-delà des clichés, deux conseillers Pôle emploi employés dans le centre de la France racontent à Causeur leur expérience au sein de cette institution dont le fonctionnement reste assez méconnu des Français. Si leurs prénoms ont été changés, leur expérience est authentique.

Alice vient d’achever son CDD d’un an au sein de Pôle emploi sans chercher à y prolonger son expérience. Première surprise, le grand dévouement des employés de l’agence, compétents, disponibles et capables d’abattre une énorme quantité de travail. Mais, hélas, l’agence dispose de marges de manœuvre limitées pour accomplir sa mission première : trouver des emplois. Plutôt que de se consacrer pleinement à cette tâche, l’institution évalue la satisfaction des demandeurs d’emploi par des enquêtes régulières. Objectif : adapter ses services aux souhaits des usagers, quitte à ne pas faire de vagues. Un chercheur d’emploi peut ainsi annuler deux fois un rendez-vous avec un conseiller sans la moindre justification, obtenir l’adresse mail de son conseiller-référent pour communiquer directement avec lui, utiliser les bornes informatiques, commettre des incivilités, voire des violences, sans être inquiété…

Lire la suite : Pôle Emploi: chômeurs en grande difficulté, passez votre tour

L'organisation de la répression et du racket des chômeurs indemnisés est en marche

Le contrôle des chômeurs va s'intensifier et se durcir. Les sanctions qui tomberont sur ceux qui seront contrôlés ne laisseront plus la place aux demi-mesures : ni suspension, ni réduction des indemnités, mais des suppressions systématiques du revenu de remplacement, quelque soit le motif de sanction, seule la durée différera d'une sanction à l'autre.

SOUS LE TITRE "UNE INDEMNISATION DU CHÔMAGE PLUS UNIVERSELLE ET PLUS JUSTE"*,

LE GOUVERNEMENT ORGANISE LA RÉPRESSION ENVERS LES CHÔMEURS,

LE RACKET DE CEUX QUI SONT INDEMNISÉS, ET LE HOLD UP DE L'UNEDIC


SANCTIONS D'AUJOURD'HUI ET DE DEMAIN :

Le Service du Contrôle de la Recherche d'Emploi disparaît de la DIRECCTE, Pôle Emploi sera seul aux commandes pour déployer tout l'arsenal annoncé.

Lire la suite : L'organisation de la répression et du racket des chômeurs indemnisés est en marche

Forte hausse des perspectives d'embauche en 2018 (Pôle Emploi)

Les perspectives d'embauche sont en forte augmentation (+18,7%) pour l'année 2018 selon l'enquête annuelle "besoins en main d'oeuvre" de Pôle emploi publiée mardi, notamment dans le secteur de la construction et de l'industrie.

Cette hausse de 18,7%, après 8,2% en 2017 -- déjà une année record -- représente 370.000 projets de recrutement supplémentaires, soit 2,35 millions d'embauches potentielles au total.

"Cela est porté par des projets non saisonniers et de recrutements durables, CDI ou CDD de plus de six mois", a expliqué le directeur général de Pôle Emploi, Jean Bassères, en présentant l'étude. 63,9% des projets envisagés sont des recrutements durables contre 57,5% en 2017.

En 2018, les taux de progression sont importants aussi pour les grandes entreprises.

Lire la suite : Forte hausse des perspectives d'embauche en 2018 (Pôle Emploi)