Indemnisation et suivi : Pôle emploi change tout

Des équipes dédiées suivront l'accompagnement des chômeurs, d'autres démarcheront les offres des entreprises.

Ce n'est pas un détricotage de la fusion ANPE-Assedic, menée tambour battant par Nicolas Sarkozy, mais cela y ressemble fort. Chez Pôle emploi, qui est né en 2008 du rapprochement des deux opérateurs, l'heure est désormais à la séparation des métiers. Soit tout le contraire de la logique ayant présidé à ce mariage, où il s'agissait de fondre les spécialités de l'ANPE - l'accompagnement - et des Assedic - l'indemnisation - afin de faciliter la vie des chômeurs.

Le conseiller unique, en charge de ces deux volets, devait symboliser cette stratégie. «Mais ce système n'a jamais fonctionné et a été assez vite amendé. Dans pratiquement toutes les agences, il y a une équipe dédiée au calcul des allocations-chômage», explique Fabien Milon, délégué syndical central FO. Désormais, cette séparation est assumée par la direction. Jean Bassères, qui a vu son mandat à la tête de Pôle emploi reconduit pour trois ans par l'Élysée, veut même aller plus loin.

Dans le cadre de la renégociation de la convention tripartite entre l'État, l'Unedic et Pôle emploi qui fixera les orientations de l'opérateur pour la période 2015-2017 et qui devrait être signée le 10 décembre, il va demander que soit remanié en profondeur l'entretien d'inscription et de diagnostic (IED). Instauré mi-2011, c'était un autre marqueur de la fusion. Lors de cette entrevue de 50 minutes, le conseiller boucle, avec le demandeur d'emploi, son inscription, instruit son dossier d'indemnisation, voit quel type d'accompagnement mettre en place et lui signale des offres de poste. Un «tout en un» jugé peu efficace par l'actuelle direction, arrivée fin 2011. Motif: faute de connaître à ce moment-là le montant de son indemnisation, la personne reçue serait peu attentive à la partie de l'entretien consacrée à son accompagnement.

La direction souhaite donc que l'IED ait lieu plus tard, une fois le chômeur au fait de ce qu'il va toucher, et qu'il soit uniquement consacré à l'accompagnement. Soit peu ou prou un retour à la solution prévalant avant 2011…

Offre 100 % Web

Toujours en partant du principe que le travail est plus efficace lorsqu'il est effectué par des spécialistes, la direction souhaite que certains conseillers se concentrent, à 70 % de leur temps, dans la prospection et l'accompagnement des entreprises, pourvoyeuses d'offres de travail, tandis que d'autres se dédieraient au suivi des chômeurs. Une expérimentation a été lancée en juillet 2013. Là encore, cela signe un retour à une organisation en vigueur du temps de l'ANPE…

Tout ne se résumant pas à une redite, Pôle emploi travaille aussi à développer le numérique: suivi des chômeurs 100 % Web pour les plus autonomes d'entre eux, inscription et dépôt du dossier d'indemnisation en ligne, etc. Au programme également: une réorganisation de l'accueil, avec l'idée de développer les rendez-vous et de changer les horaires d'ouverture. Enfin, Pôle emploi continuera à miser sur un accompagnement différencié des chômeurs, en fonction de leurs difficultés. Autant de réorganisations rendues nécessaires par une situation implacable: les effectifs ne devraient pas augmenter d'ici à 2017, alors que le chômage ne semble pas vouloir reculer.


Cécile Crouzel


A LIRE AUSSI :

>> Pôle emploi cherche la bonne recette | Europe 1 - Gabriel Vedrenne | 05 décembre 2014



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir