Comment l'État va généraliser le contrôle renforcé des chômeurs

L'objectif est de «remobiliser les chômeurs découragés», non «à des fins de sanctions», se défend Pole Emploi. D'après une première expérimentation à Toulon, 20% des chômeurs ne cherchent pas d'emploi.

Pour lutter contre le chômage en France, le gouvernement veut rendre Pôle Emploi plus efficace. Après le ministre du Travail François Rebsamen qui avait fait part de sa volonté de «renforcer les contrôles des chômeurs pour vérifier qu'ils cherchent bien un emploi», le premier ministre a récemment déclaré que «la question des devoirs des chômeurs (...) fait partie de l'assurance-chômage».

Et pour cause, les conclusions d'une expérimentation menée par Pole Emploi sont sans appel: un chômeur sur cinq à Toulon et à Manosque ne recherche pas activement un emploi, selon les résultats d'une expérimentation menée par Pôle Emploi, dévoilés par Les Echos .

Le découragement explique l'absence de recherche d'emploi

Les raisons de cette absence de recherche d'emploi des 20% des 2600 chômeurs contrôlés sont essentiellement liées au découragement. La dépression et le manque de savoir-faire plus que la volonté d'abuser du système, conduisent les chômeurs à ne pas chercher d'emploi, souligne la direction de Pôle Emploi. Au total, 6,5% des chômeurs ont été radiés, selon le document.

Depuis 2013, Pôle Emploi expérimente dans quatre régions (Haute-Normandie, Poitou-Charentes, Paca et Franche-Comté) des «équipes de contrôle de la recherche d'emploi». Selon Les Echos, un bilan d'étape régional a été présenté en interne au printemps au Conseil d'administration de Pôle Emploi.

Toujours d'après le journal, Pôle Emploi se prépare à généraliser le dispositif de contrôle. La direction de Pôle Emploi se défend de vouloir stigmatiser une catégorie de population son objectif est de «remobiliser les chômeurs découragés», non «à des fins de sanctions». Mais l'initiative devrait provoquer un tollé auprès des syndicats. Lorsque le gouvernement avait fait part de sa volonté de contrôler plus les chômeurs en septembre, Stéphane Lardy (FO) s'était dit «abasourdi» par une annonce «pathétique». Et Eric Aubin (CGT) avait déploré que «la seule solution qu'il trouve pour faire baisser la courbe du chômage soit de sanctionner» les chômeurs.


ECONOMIE | EMPLOI

A LIRE AUSSI:

>> Contrôle des chômeurs: un 1er bilan explosif



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir