Pôle emploi peu regardant sur le contrôle de ses salariés seniors ?

Le ministre du Travail, François Rebsamen, réclame davantage de contrôle des demandeurs d'emplois, à l'heure où le chômage bat des records en France... Cette petite phrase a fait beaucoup de vagues, et 'Le Monde' révèle vendredi que Pôle emploi ne serait de son côté pas très pointilleux avec ses ex-salariés seniors, évoquant l'existence de "préretraites déguisées".

Moins de contrôles ?

"Licenciés par le biais d'une rupture conventionnelle à 58, 59 ou 60 ans, ces anciens de Pôle emploi bénéficient tous d'un suivi et de contrôles très allégés, ce qui leur permet d'attendre la retraite sans avoir à rechercher d'emploi", écrit le quotidien. Le journal évoque ainsi le cas d'un cadre "parti début 2013 avec plus de 170.000 euros d'indemnités de rupture conventionnelle et immédiatement inscrit au chômage, avec 5.000 euros d'allocation par mois". Autre exemple : celui d'un ex-cadre pour qui les contrôles sont très légers, avec un seul rendez-vous chez Pôle emploi, pour s'inscrire, puis rien en trois ans...

Réponse de Pôle emploi

'Le Monde', qui a pu consulter des dizaines de dossiers de ce type, rappelle que jusqu'à 2008, les chômeurs les plus âgés étaient exemptés de recherche d'emploi. Interrogé par le journal, le directeur des ressources humaines de Pôle emploi conteste l'existence "d'arrangements" pour ses ex-salariés. "Si ces cas sont avérés, je suis prêt à les corriger", a-t-il répondu au 'Monde'...

 Claire Lemaitre



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir