Pôle Emploi : Brazil sur Seine

Vous ne connaissez probablement pas Jérôme Vigliano. Sa vie s’étale pourtant sur l’internet. Une vie subie (père absent, employeurs irrespectueux, frictions avec la police, etc.) jusqu’a ce que son protagoniste décide d’utiliser le système exactement comme les lois l’y autorisent, en jusqu-au-boutiste, jusqu’à reprendre entièrement le contrôle de son destin… ou en mourir.

Or, dans l’incroyable marigot dans lequel surnage Monsieur Vigliano, il a vu apparaître un nouveau dragon : la radiation du Pôle Emploi. Si des milliers de Français chaque année subissent cette avanie, l’expérience de Jérôme Vigliano est un horrible exemple de l’incapacité de notre administration à faire face à cette France qui coule.

Chronologie :

 

Étape 1 :

7 juillet 2014

Pôle Emploi écrit à Monsieur Vigliano pour lui dire qu’il a « raté un entretien programmé » le 2 juillet. Il a dix jours pour s’expliquer.

Problème : la convocation, prétendumment envoyée le 13 juin, n’est jamais arrivée. Nous sommes forcés de croire Monsieur Vigliano sur ce point, et nous avons trois bonnes raisons de lui donner 100% crédit :

1. Personne n’a envie d’être radié du Pôle Emploi.
2. La Poste est un autre service supposé public dans un état poussé de délabrement, cassé. Si vous avez des amis travaillant à La Poste, interrogez-les. Vous risquez d’être horrifiés par ce que vous allez découvrir.
3. La suite des événements confirme l’énorme gabegie au Pôle Emploi.

Etape 2 :

11 juillet 2014

Jérôme Vigliano envoie par souci d’efficacié une réponse en lettre recommandée, bien avant l’expiration des 10 jours fatidiques, pour expliquer qu’il n’a pas reçu de convocation, mais qu’il attend bien évidemment un nouveau rendez-vous.

Seulement voila… chez Pôle Emploi, le croirez vous, il n’y a personne pour accepter son Recommandé ! Résultat : sa lettre, probablement jamais ouverte, n’obtient aucun effet !

Etape 3 :

7 août 2014

Pôle Emploi envoie une lettre à Jérôme Vigliano pour l’informer de… sa radiation de Pôle Emploi ! Mais attention, le cauchemar ne s’arrête pas là.

Constatant que Pôle Emploi n’ouvre pas ses lettres recommandés, M. Vigliano envoie un courriel. Et là, c’est le drame ! Il reçoit une réponse automatique :


La boîte aux lettres du destinataire est pleine et ne peut pas accepter de messages pour l’instant. Essayez de renvoyer ce message ultérieurement ou contactez directement le destinataire.

Vous voyez le topo ?

Résultat : le 13 août, poursuivant sa méthode d’utiliser les moyens légaux et prévus à sa disposition, le citoyen Vigliano rédige sa plainte au Tribunal administratif contre Pôle Emploi.

On imagine bien facilement que son « référent Pôle Emploi » est en vacances. Elle ne peut donc pas ouvrir les recommandés… Et dans une administration française qui utilise des système d’emails datant du précambrien de l’informatique, une boite mail peut être « pleine » en quelques jours. Du grand n’importe quoi !

L’économie française est en panne. La politique française est en panne. L’administration française est en panne. Il est plus que temps de donner un très grand coup de pied dans cette fourmilière moribonde. Un coup de pied d’une violence telle qu’on sera forcé de reconstruire, en partant de rien.





A LIRE AUSSI :

>> Recours contre la radiation de Pôle Emploi pour absence à un rendez-vous | sur MédiaPôle | 13 Aôut 2014






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir