Pôle Emploi: un avenir radié

Le nombre de radiations à Pôle Emploi augmente régulièrement et parfois de façon abusive. De son côté, l’établissement public se défend de courir après les chiffres.

C’est arrivé par la Poste : radié. Je n’ai pas compris. » Antoine, Amiénois de 23 ans, a vécu une situation que beaucoup de demandeurs d’emploi connaissent : la radiation.

D’après les chiffres communiqués par l’agence, les radiations administratives ont augmenté de 14,4 % entre mai et juin sur le plan national. En Picardie, les raisons de sorties sont à 42 % pour un défaut d’actualisation/absence à un contrôle et 13 % pour radiation administrative. Seuls 17 % le sont pour une reprise d’emploi et 10 % pour un stage.

« Ils disaient que je ne m’étais pas présenté à un rendez-vous. Mais je n’étais pas au courant. » Dès la réception de son avis de radiation, Antoine revérifie. Son portable, d’abord. D’habitude Pôle Emploi lui envoie un SMS de rappel, rien. Son adresse mail, rien. Son courrier, rien. Il n’y a que sur son espace personnel, sur le site internet de l’agence, qu’il avait reçu un message. « C’est la première fois, d’habitude j’ai un SMS et un mail. Mon espace Pôle Emploi, j’y vais à chaque début de mois pour m’actualiser mais autrement je n’y vais pas. »

Il a reçu un message sur cet espace, deux jours avant son rendez-vous (la loi oblige de prévenir un minimum de sept jours en amont). « Je ne l’avais pas vu. Par contre ma radiation je l’ai bien reçue par courrier, pas de problème. »

Une conseillère Pôle Emploi, dans l’Aisne, nous explique : « On a des consignes pour favoriser la dématérialisation. Si lors de l’inscription vous acceptez d’avoir des informations par internet, plus rien ne passera par courrier. C’est vicieux. »

Antoine ne touchait pas d’allocations, mais pour beaucoup une radiation signifie une suspension des aides. Deux mois sans allocations, pour des personnes en difficulté et pour des motifs parfois excessifs, ça peut paraître sévère.

Une contestation difficile

Pour la conseillère de l’Aisne : « On veut rationaliser. Personnellement je devais gérer 460 dossiers en même temps. Alors on passe par internet, par téléphone. » Si vous ne répondez pas au téléphone pour un entretien avec votre conseiller, « la procédure de radiation est automatiquement lancée par le logiciel ».

Car dorénavant le conseiller remplit un compte rendu dans un logiciel après tout entretien, y compris téléphonique. S’il oublie de le faire ou si l’entretien n’a pas lieu, la procédure est lancée.

Il est possible de contester. Il faut interpeller le directeur d’agence dans les deux semaines suivant la réception de l’avis de radiation. En parallèle, il est possible de saisir le médiateur régional. Salarié de Pôle Emploi, il n’a qu’un rôle consultatif mais peut influer sur l’avis auprès du directeur régional. L’étape suivante reste le tribunal administratif. Mais pendant les démarches, les allocations restent suspendues.

« On ne sait pas quels sont les motifs légitimes pour louper un rendez-vous ou un appel. Une panne de voiture ? L’impossibilité de faire garder ses enfants ? Il semblerait que ça ne soit pas suffisant », se désole la conseillère axonaise. « Le directeur juge au cas par cas, mais du coup, selon qui on a en face, les motifs ne se valent pas forcément. »

Un autre conseiller, dans la Somme, est amer : « J’aimerais exercer mon vrai métier : accompagner des demandeurs d’emploi et non devenir une machine à radier. Pôle Emploi est souvent dans l’illégalité. Les convocations devraient être envoyées par recommandé par exemple, ce n’est jamais le cas et bien souvent les délais ne sont pas respectés. »

Antoine n’a pas contesté. « Comme je ne touchais rien et qu’ils ne me trouvaient pas de boulot, j’ai laissé tomber Pôle Emploi. Je me débrouille par moi-même. »

Courrier picard - VINCENT BERNARDET

>> Pour s’informer sur les recours contre une radiation, une ancienne conseillère a fondé un site internet : www.recours-radiation.fr




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir