En France, un agent de Pôle Emploi accompagne 100 à 150 chômeurs

Entretien avec Jean Bassères, directeur général de Pôle Emploi

"En 2013, 2,4 millions de recrutements ont été réalisés avec l’aide de Pôle emploi donc il y a des perspectives de retour à l’emploi", affirme Jean Bassères, directeur général de Pôle Emploi, dans un entretien accordé à un groupe de journaux, dont les DNA.

Pourquoi de tels écarts régionaux dans le nombre de chômeurs suivis par un agent ?

Jean Bassères : Les écarts sont beaucoup moins élevés qu’on ne l’a dit. Les situations locales sont contrastées aussi bien sur les besoins des demandeurs d’emploi que des entreprises. Il faut aussi tenir compte des effets conjoncturels, par exemple de la saison touristique dans certaines régions. Mais l’objectif reste bien de réduire les disparités régionales, ce que nous avons fait par la répartition des renforts.

Jean Bassères : Avec en moyenne plus d’une centaine de dossiers, un agent peut-il bien s’occuper de chaque chômeur ?

Derrière cette moyenne, il y a des modes différents de traitements : le « suivi » pour les personnes les plus proches de l’emploi, le « guidé » pour le mode intermédiaire, avec une moyenne de 100 à 150 personnes par conseiller, et le « renforcé », avec 70 personnes par conseiller. Cela permet de faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin, d’assurer un accompagnement vraiment personnalisé.

Jean Bassères : Mais que peut dire un agent de Pôle Emploi à un chômeur qui n’a pas travaillé depuis trois ans et plus ?

Le conseiller analyse son parcours, ses compétences et son expérience professionnelles, regarde avec lui les emplois qu’il souhaite, vérifie si c’est compatible avec la réalité locale du marché du travail… On peut aussi proposer au demandeur d’emploi des formations ou des ateliers qui lui permettront de découvrir des métiers auxquels il n’avait pas pensé.

"Nous faisons tout pour lutter contre le sentiment de désespérance"

Jean Bassères : Le chômeur doit penser : « ça ne sert à rien, il n’y a pas de travail »…

En 2013, 2,4 millions de recrutements ont été réalisés avec l’aide de Pôle emploi donc il y a des perspectives de retour à l’emploi. Nous faisons tout pour lutter contre ce sentiment de désespérance. Pour les personnes en chômage de très longue durée, il y a les contrats aidés, des formations et, il y aura bientôt, des immersions en milieu professionnel, pour reprendre contact avec le monde du travail et éviter la « désocialisation ». Le ministre du Travail a de plus souhaité que Pôle emploi prenne en charge 80.000 demandeurs d’emploi de longue durée en plus en accompagnement renforcé d’ici à la fin de l’année.

Jean Bassères : Pour différencier, il faut sélectionner : c’est le moment de l’inscription à Pôle Emploi, qui est terriblement administratif…

C’est un reproche justifié. Moins sur l’inscription, qui est bien maitrisée, que sur le diagnostic : lors du premier entretien trop de temps est consacré aux tâches administratives. Améliorer ce diagnostic, décisif pour la suite, est un enjeu majeur de Pôle Emploi.

Jean Bassères : Côté offre, les entreprises disent souvent : pas la peine de demander à Pôle Emploi, ils n’ont rien…

Les entreprises qui s’adressent à nous sont plutôt satisfaites, mais il est vrai que nous avons à rétablir de la confiance et de l’image. Pole-emploi.fr est le principal site de l’emploi en ligne, et cela est conforté par nos partenariats : sur les 230.000 offres du site, un tiers viennent de sites partenaires. Pour mieux répondre aux attentes des recruteurs, nous expérimentons des conseillers spécialisés dans la relation avec les entreprises.

Jean Bassères :Puisque nous parlons de votre image, les trop-perçus réclamés aux chômeurs ne l’ont pas arrangée...

L’évolution des règles de l’assurance chômage devrait permettre de simplifier les conditions de cumul d'une activité et d’une indemnisation chômage, à l’origine de la plus grande partie des trop-perçus. Ensuite, nous devons prendre plus rapidement en compte les changements de situation des demandeurs d’emploi. Et quand il y a un trop perçu, nous essayons de le gérer de la manière la plus humaine possible.

Jean Bassères : Un mot sur la fraude : elle est importante ?

Non… En 2013, elle était de l’ordre de cent millions d’euros, par rapport à 31,2 milliards d’euros de versements.

Propos recueillis par Francis Brochet, publiée le 28/07/2014


 Retrouvez les chiffres détaillés de toutes les agences Pôle emploi, sur ce lien.

A LIRE AUSSI :

>> Pôle emploi affirme avoir réduit les disparités territoriales dans le suivi des chômeurs | L'Express.fr | 28/07/2014

>> En France, un agent de Pôle Emploi pour 100 à 150 chômeurs | estrepublicain.fr  | 28/07/2014

>> En France, un agent de Pôle Emploi pour 100 à 150 chômeurs | leprogres.fr | 28/07/2014

>> En France, un agent de Pôle Emploi accompagne 100 à 150 chômeurs | ledauphine.com | 28/07/2014



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir