Pôle emploi expliqué par Peter et Dilbert

Si j’écris moins qu’il ya quelque temps sur Pôle emploi, c’est certes parce que d’autre sujets ont pris de l’importance dans ce ce blog, le projet de loi ESS, la réforme territoriale… C’est aussi par lasssitude d’une situation qui n’évolue guère avec un discours managérial qui laisse croire que tout va mieux pendant que nombre de salariés ne croient plus en leur métier, et se contentent, un peu mécaniquement, d’accomplir les tâches parcellisées que l’organisation leur affecte, ayant assez largement renoncé à en comprendre le sens

Cela ne m’empêche pas de continuer à lire beaucoup sur le sujet, à prendre conniassance des informations que certains ont l’amabilté de me faire parvenir, en cherchant à comprendre comment on a pu en arriver à une situation aussi attristante ou, au lieu de ce qui avait promis au moment de la fusion, “le meilleur des deux” selon l’expression de Christine Lagarde, on est plutôt en présence du moins bon des deux.

Dans ces lectures diverses, inégales et souvent très partielles, je retiens un très opportun texte publié par La citrouille sur L’art managérial qui est introduit par une interrogation qui rejoint pleinement les miennes “Comment est-il possible que des gens a priori intelligents, que ces gens qui nous dirigent aient pu créer une telle organisation bêtifiante qu’est devenu Pôle emploi ?”.

Utilisant les personnages de Peter et Dilbert, et leurs principes de management, nous avons une grille de lecture partiale bien sur mais loin d’être inopérante

Pour ce qui concerne l’application du principe de Peter, que nous rappelons « dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence » avec le corollaire qu’« Avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité » elle est double

Pour la hiérarchie assédicienne il s’agissait d’occuper un maximum de postes d’encadrement dans la nouvelle institution PE. Mais par ce procédé purement politicien, ce sont des dizaines de personnes techniquement compétentes sur l’assurance chômage qui se sont retrouvées avoir atteint leur niveau d’incompétence en étant nommées à des postes d’encadrants (responsable d’équipe - REP - en général). Le mal a été décuplé par le fait que ces nouveaux encadrants ont du évoluer non seulement à des postes pour lesquels ils n’étaient a priori pas destinés ou sinon, peu ou pas formés, mais également dans un environnement totalement instable avec la mise en place de la mixité des métiers de l’Indemnisation et du Placement. C’est comme ça qu’on passe d’expert de la production à impétrant du management : très désagréable

Côté ANPE aussi ce principe s’est vérifié. Les évolutions des épreuves orales du concours d’administrateur (Directeur d’agence) nous ont fait embaucher des cadres au parcours professionnel séduisant, mais surtout bardés de diplômes sur-valorisés (ingénieurs par exemple) et un peu trop à l’aise dans l’exercice convenu de l’entretien d’embauche. Cela a été à l’origine de sacré erreurs de recrutement car inadaptées au poste de directeur d’agence

Quant au principe de Dilbert résumé ainsi « Les gens les plus incompétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégâts : ceux de managers. », il serait appliqué au niveau supérieur

Cette grille de lecture n’explique pas tout, et surtout ne peut résumer l’ensemble d’une institution qui comporte aussi des managers compétents et motivés, mais elle fournit quelques pistes de compréhension. Elle donne en tous cas envie de continuer à comprendre les raisons de la situation actuelle. Merci à La citrouille

@ Michel Abhervé pour Alternatives Economiques

Michel Abhervé

Professeur associé à l'université de Paris Est Marne la Vallée, il y enseigne l'économie sociale et les politiques publiques dans une licence professionnelle « Management des organisations de l'économie sociale ». Il a mis en place la possibilité de suivre cette formation en apprentissage. Il intervient également dans le Master rénové «Management de l'insertion dans l'économie sociale et solidaire » et contribue à l'animation du site ressources pour l'économie sociale www.univ-mlv.fr/ecosoc.

Michel Abhervé a exercé des responsabilités politiques en étant pendant plus de 20 ans élu à Evry et au conseil régional d'Île-de-France. Il a en particulier suivi des dossiers concernant l'insertion, la formation professionnelle, assuré la présidence de l'Union nationale des missions locales, et vient de suivre pour les employeurs de l'économie sociale le Grenelle de l'insertion, à travers un blog

>> Le blog de Michel Abhervé (Alternatives Economiques)





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir