Jean Bassères revient devant la commission parlementaire

Dans la poursuite de ces auditions la commission animée par la rapportrice Monique Iborra, dans une démarche peu partagée avec ses collègues de la commission, dont l’absence est remarquable (seule Isabelle Le Calennec, député UMP d’Ille et Vilaine était présente), a reçu à nouveau, après le ministre (voir Retour des auditions de la commission parlementaire), le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères (voir Pôle emploi : regards croisés sur les auditions de l’ancien et de l’actuel directeur général)

A partir de la vidéo de cette audition on retient que l’essentiel des 2000 postes en CDI attribués en 2012 a été utilisée à la transformation de postes existant en CDD en CDI, ce qui signifie que ce premier programme a été plus une mesure (utile) d’amélioration du statut des personnels qu’un renforcement de la capacité d’accompagnement des demandeurs d’emploi. Nous notons également que 400 des postes de la nouvelle vague des emplois créés en CDI en 2013 seront déployés dans les ZUS, ce qui va poser la question de la localisation des agences et antennes.

L’essentiel est dans l’affirmation de sa détermination à sortir d’une forme de taylorisme qui avait caractérisé l’organisation mise en place lors de la fusion, et on peut se féliciter de l’affirmation d’une responsabilisation des agents et des agences, qui devraient être dotés de réelles marges de manoeuvre. S’il faut acter la volonté de réduire les postes de direction dédoublés dans les agences, en attendant les opportunités, pour l’essentiel des départs à la retraite, on peut toutefois s’interroger sur le maintien d’une importante hiérarchie hors agences, dans des délégations territoriales et régionales, dont on doit craindre qu’elle ne soit contradictoire avec cette volonté de responsabilisation des acteurs sur le terrain.

Notons également une conception purement quantitative fondant le recours à l’intervention des opérateurs privés, Jean Bassères affirmant qu’il n’y a pas de savoir-faire spécifique des opérateurs privés, position qui a le mérite de la clarté et répond sans équivoque, par la négative, à la demande de certains opérateurs de voir reconnaitre une spécificité dans le mode d’intervention.

Essayant de suivre l’ensemble des auditions de cette commission, je ne peux que regretter que toutes ne fassent pas l’objet d’une vidéo accessible : par exemple l’audition des associations de demandeurs d’emploi mentionnée par Monique Iborra, ne semble pas faire l’objet d’un forme de mise à dipostion de ceux qui s’y intéressent

Nous avons dans cette intervention, pour une fois un chiffre fondé sur une analyse des offres et non sur des affirmations dont nul ne sait comment elles sont construites : il y aurait, sur les offres déposées à Pôle emploi 126 000 offres d’emploi non pourvues fautes de candidats. Cela méritera un examen approfondi afin de ne plus continuer dans le débat public à lancer des chiffres dont il semble qu’ils aient plus un aspect polémaique qu’un côté opérationnel.

Quant aux Maisons de l’Emploi, nous notons que Jean Bassères a le même analyse que celle que nous avons formulée dans le compte-rendu de l’audition de Michel SapinIsabelle Le Calennec, députée UMP d’Ille et Vilaine, fait, comme à l’accoutumée, l’éloge de la Maison de l’Emploi de Vitré, présentée comme un modèle (sans mesurer à quel point l’organisation très intégrée de Vitré est une exception dans le paysage)

@ Michel Abhervé pour Alternatives Economiques

Michel Abhervé

Professeur associé à l'université de Paris Est Marne la Vallée, il y enseigne l'économie sociale et les politiques publiques dans une licence professionnelle « Management des organisations de l'économie sociale ». Il a mis en place la possibilité de suivre cette formation en apprentissage. Il intervient également dans le Master rénové «Management de l'insertion dans l'économie sociale et solidaire » et contribue à l'animation du site ressources pour l'économie sociale www.univ-mlv.fr/ecosoc.

Michel Abhervé a exercé des responsabilités politiques en étant pendant plus de 20 ans élu à Evry et au conseil régional d'Île-de-France. Il a en particulier suivi des dossiers concernant l'insertion, la formation professionnelle, assuré la présidence de l'Union nationale des missions locales, et vient de suivre pour les employeurs de l'économie sociale le Grenelle de l'insertion, à travers un blog

>> Le blog de Michel Abhervé (Alternatives Economiques)


A LIRE AUSSI :

>> VIDÉOS : Assemblée Nationale | Commissions / jeudi 25 avril 2013 | audition Jean Bassères



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir