Pôle emploi veut privilégier le web pour mieux accompagner les chômeurs

C'est d'après la direction la solution à l'équation «gros besoins vs peu de moyens»...

Confronté à un chômage record, le directeur de Pôle emploi Jean Bassères a expliqué vouloir «aller plus loin dans l'accompagnement dématérialisé», développer de nouveaux services en ligne et les partenariats avec des sites privés de recrutement, vendredi dans un entretien aux Echos.

Jean Bassères, qui a déjà bénéficié de 4.000 renforts en CDI ces deux dernières années, sait, «dans le contexte budgétaire actuel», qu'il ne pourra pas compter sur de nouveaux moyens humains pour faire face à l'explosion du chômage. Après un nouveau bond, Pôle emploi recensait 3,388 millions de demandeurs d'emploi sans activité fin mai en métropole, et plus de 5 millions en incluant ceux exerçant une petite activité.

Il mise donc avant tout sur le redéploiement des agents: «D'ici la fin de l'année, nous aurons réalisé d'importants efforts internes pour consacrer plus de temps au suivi et à l'accompagnement des demandeurs d'emploi, il faut que nous les poursuivions», dit-il.

«Cela correspond aux besoins et aux attentes du public»

Parmi les chantiers ouverts, le patron de Pôle emploi dit vouloir «aller plus loin dans l'accompagnement totalement dématérialisé et 100% internet (chat, mail, téléphone, ndlr) qui est testé avec succès dans sept régions». «Cela correspond aux besoins et aux attentes d'un public de plus en plus nombreux», selon lui. «Nous allons aussi développer de nouveaux services en ligne, comme des outils d'auto-diagnostic ou la possibilité de s'inscrire soi-même à un atelier de coaching, une séance de formation», ajoute-t-il.

Jean Bassères mise aussi sur des partenariats avec des sites privés de recrutement. «Aujourd'hui, sur 200.000 offres disponibles (sur le site de Pôle emploi), un tiers provient des partenariats. C'est une évolution très importante que nous voulons amplifier», insiste-t-il. Le directeur général de l'opérateur public se félicite par ailleurs de la montée en puissance du nouvel «accompagnement renforcé», qui bénéficie à 190.000 chômeurs, suivis par des conseillers spécialisés suivant 70 personnes maximum.

«Nous avons bien conscience qu'un nombre plus important de demandeurs d'emploi devraient pouvoir bénéficier d'un accompagnement intensif. Comme l'a annoncé le ministre du Travail, François Rebsamen, 80.000 chômeurs supplémentaires bénéficieront de cet accompagnement renforcé d'ici la fin de l'année», rappelle-t-il.

avec AFP



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir