Malgré les bugs, les chiffres du chômage de Pôle emploi sont fiables

Ils sont regardés chaque fin de mois de très près par les politiques, les journalistes et l'opinion publique. Pourtant, ils connaissent régulièrement des anomalies qui jettent un doute sur leur authenticité. Les chiffres du chômage de Pôle emploi sont pourtant fiables, assure l'Autorité de la statistique publique (ASP), dans une décision rendue publique vendredi 11 avril.

>> Lire : Les chiffres du chômage enchaînent les bugs

Le gendarme des statistiques a en effet décidé d'accorder son label — un gage de qualité — aux chiffres mensuels du nombre de demandeurs d'emploi. Ce label garantit que Pôle emploi et les services statistiques du ministère du travail respectent le Code des bonnes pratiques de la statistique européenne, qui contient des exigences d'indépendance et de rigueur de la production statistique. L'ASP écarte notamment tout risque de manipulation politique de ces chiffres. En 2011, lors d'un premier examen, l'Insee avait refusé de décerner ce label en pointant « le manque de transparence » des calculs de Pôle emploi.

« BUG SFR »

Mais un rapport réalisé cet automne par l'inspection générale des finances, celle des affaires sociales et celle de l'Insee, qui a servi de base aux travaux de l'ASP, pointe les « progrès considérables » des méthodes de travail de Pôle emploi. « Il n'y a désormais plus de réserves à apporter », écrivent les rapporteurs, même s'ils ont dû faire face pendant leur enquête au « bug SFR » de septembre 2013. Un échec non détecté dans l'envoi de 170 000 SMS de relance envoyés au chômeurs pour qu'ils pensent à s'actualiser avait alors fait artificiellement le chômage.

>> Lire : La "perte" de 170 000 SMS explique les chiffres du chômage pour août

Sur ce bug, les experts pointent la responsabilité de la direction des services informatiques de l'organisme, qui a mis plusieurs jours à détecter le problème faute de savoir lire les données envoyées automatiquement par SFR. Ils estiment par ailleurs qu'il aurait été plus prudent de reporter la publication des chiffres de quelques jours, en attendant d'avoir identifié le problème.

Mais sinon, il y a eu « une grande réactivité de la direction des statistiques de Pôle emploi dans l'appréciation de la difficulté », se félicitent-ils. Le « plan d'action » décidé en octobre par SFR et Pôle emploi afin d'éviter qu'un tel bug se reproduise est également jugé satisfaisant, même si les auteurs recommandent la mise en place d'un comité de crise en cas de soucis.

LE MINISTRE INFORMÉ 24 HEURES AVANT

Pour le reste, l'ASP recommande à Pôle emploi et à la Dares (le service statistique du ministère du travail) quelques améliorations techniques dans ces pratiques. Elle estime notamment que l'accent est trop mis sur les variations mensuelles, pas toujours significatives. « Une variation mensuelle du nombre de chômeurs inférieure à 30 000 devrait être regardée avec prudence », ont calculé les inspecteurs, en se basant sur les inévitables changements de pratiques administratives d'un mois sur l'autre. Sur le fond, ils estiment en effet les anomalies inévitables. Pour les contourner, ils recommandent à la Dares de communiquer davantage sur des variations trimestrielles, plus significatives.

Les auteurs assurent également que les modalités de communication des chiffres au pouvoir politique sont correctes. Officiellement, le ministre du travail et de l'emploi est informé 24 heures avant la publication des chiffres, ce qui est conforme aux bonnes pratiques. En réalité, le pouvoir est toutefois régulièrement informé bien avant, comme le montrent parfois certaines déclarations officieuses de membres de l'exécutif auprès du Monde. Le directeur de Pôle emploi, placé sous la tutelle du ministère du travail, est informé des chiffres trois jours ouvrés avant la publication.

Si cette labellisation devrait logiquement satisfaire Pôle emploi, l'ASP n'a toutefois pas rendu public une partie sensible du rapport sur les liens entre les chiffres du chômage de Pôle emploi, et ceux de l'Insee, calculés tous les trois mois selon une définition et une méthode différentes. Ces chiffres divergent de plus en plus depuis un an. Or les trois inspections n'ont pas réussi à s'entendre sur la nécessité ou non de rapprocher la production de ces deux chiffres.

>> Lire : Comment expliquer les différences de chiffres du chômage ?


@ Jean-Baptiste Chastand pour Le Monde

PI ChastandJean-Baptiste Chastand

Journaliste au Monde depuis 2009, je m'occupe des questions d'emploi et de social au sein du service politique depuis septembre 2011. Auparavant, je travaillais sur les desks du site Internet. Passé du "web" au "bimédia", du HTML au PLFSS, je n'en garde pas moins un attachement pour tout ce qui se rapproche de près ou de loin du journalisme en ligne.

>> Le blog de Jean-Baptiste Chastand (Le Monde) | En quête d'emploi



A LIRE AUSSI :

>> Chômage: les chiffres de Pôle emploi, jugés fiables, obtiennent le label "statistique publique" | L'Express - L'Entreprise | 11/04/2014


 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir