Des sages-femmes en noir à Pôle Emploi

Une quarantaine de sages-femmes libérales et hospitalières se sont présentées jeudi devant une agence de Pôle emploi dans le centre de Paris pour s'inscrire symboliquement au chômage, afin de "faire reconnaître leur profession", a constaté une journaliste.

Vêtues de noir, elles ont distribué des cartes de visite sur lesquelles était écrit "profession sage-femme", représentant un cercueil flanqué d'un "RIP" (Repose en paix, en anglais). "Les sages-femmes ne veulent être ni pharmaciens, ni médecins, ni dentistes. En ville, comme à l'hôpital, les sages-femmes veulent être reconnues comme profession médicale", pouvait-on lire sur une pancarte.

"Le caractère médical de notre profession n'a pas été reconnu et nous pensons que nous allons disparaître. Notre profession est au chômage, il n'y a plus de postes dans les maternités. Les sages-femmes, faute d'avoir des postes, s'installent comme libérales. Or, ce n'est pas viable", a expliqué Tereza Dutriaux, sage-femme dans le Val-de-Marne.

Le ton est monté avec des salariés de Pôle emploi qui leur ont dit d'appeler le 3949 pour s'inscrire. "Personne ne nous entend", criaient des sages-femmes. La création d'un statut médical pour les sages-femmes à l'hôpital, annoncée début mars par la ministre de la Santé Marisol Touraine, n'a pas suffit à apaiser le collectif à l'origine d'un mouvement de grève entamé en octobre pour réclamer plus de visibilité. Réunissant des syndicats et associations de sages-femmes, il avait annoncé dimanche une semaine "noire", dont jeudi serait le point d'orgue.



Avec AFP



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir