Pôle emploi et MyJobCompany testent le recrutement sans CV

Soucieux de se moderniser avec sa très récente direction de l'Innovation, Pôle emploi a mis en place un projet avec la start-up MyJobCompany : processus de recrutement sans CV, au moyen d'une plateforme internet où les demandeurs doivent remplir un questionnaire.

«Pôle emploi doit prendre en marche de la révolution numérique», répète à plusieurs reprises Maryse Dagnicourt-Nissant, directrice régionale de Pôle emploi en Aquitaine. Et dans la région qu'elle représente, cette volonté semble bel et bien s'être imposée. Depuis le début du mois de février, et pour une durée de 9 mois, Pôle emploi lance une expérimentation avec la start-up française MyJobCompany sur le recrutement sans CV, dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées. «Le CV, c'est bien, mais il n'y a pas que ça! On voit des candidats intéressants, mais très souvent, il y a quelque chose qui cloche», analyse Boris Sirbey, co-fondateur de MyJobCompany.

Le principe de l'opération? Les demandeurs d'emplois passent par une plateforme web - le site sanscv.fr - et remplissent un questionnaire conçu à la fois par les conseillers de Pôle emploi et les recruteurs avant la création et publication de l'offre. L'objectif de ce formulaire: identifier le parcours et les compétences des demandeurs d'emploi et comparer cela au poste vacant concerné. Ainsi, à l'issue de ce questionnaire, il obtient une note de «correspondance» qui concordera - ou non - avec le poste recherché. Cet outil propose d'équiper les recruteurs afin de lui permettre de recevoir tout le monde et d'embaucher ainsi des profils atypiques», explique Boris Sirbey.

Une volonté de se moderniser chez Pôle emploi

«C'est Pôle emploi qui est venu nous démarcher en 2012 pour ce projet», se rappelle Boris Sirbey. «À l'époque, nous pensions que nous allions avoir à faire à un sytème très complexe, et des décisions en interne assez lentes à valider et à exécuter. C'est finalement tout le contraire qui s'est passé: la direction de l'innovation de Pôle emploi s'est adapté au rythme start-up»! Même constat chez Pôle emploi, où l'on a bien conscience qu'il faut recruter «autrement». «Ce n'est d'ailleurs pas par hasard si cette expérience se concrétise dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, où il y a une vraie volonté de se familiariser avec de nouveaux outils et de se moderniser», souligne Maryse Dagnicourt-Nissant. Côté recruteurs, déjà 250 entreprises ont accepté de se prêter au jeu.

Ce nouveau moyen de recrutement se veut être un véritable outil contre la discrimination à l'embauche: l'âge, le physique, le lieu d'habitation, le handicap n'entrent pas dans les critères. Seules la motivation, les compétences et les habiletés sont prises en compte et subsistent. Pour les recruteurs, c'est un gain de temps énorme: cela permet d'éviter de passer par l'étape «épluchage de CV» et de passer directement à l'essentiel. Au bout de ces 9 mois de test, l'efficacité de ce processus sera évalué, pour éventuellement être perénnisé et dispatché sur l'ensemble du territoire français. «L'élément essentiel qui déterminera la réussite est la question de savoir si ce processus va permettre de recruter de nouveaux profils, et diversifier ainsi les embauches», conclut Maryse Dagnicourt-Nissant.


Quentin Périnel






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir