Face à une "période de tension", le directeur de Pôle emploi appelle à la "vigilance"

PARIS, 15 mars 2013
Confronté à une série d'actes suicidaires de chômeurs, Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi, appelle les agents à faire preuve d'une grande "vigilance", mais plaide aussi pour une simplification des règles d'indemnisation.

Question: Les menaces de suicide ont-elles augmenté depuis l'immolation d'un chômeur à Nantes, le 13 février'

Réponse: Nous sommes confrontés à une période de tension pour les demandeurs d'emploi et les agents, il faut qu'on soit vigilants face à tous les cas difficiles. Dans une cinquantaine de cas, nous avons été amenés à faire appel à des forces de police, en agence ou au domicile du demandeur d'emploi. C'est ce qui s'est passé en Charente, où les agents ont jugé la menace sérieuse (une femme a été interpellée et brièvement internée en hôpital psychiatrique, ndlr). Il y a aussi des menaces et des agressions verbales contre les agents. Le vrai message est :"soyons tous responsables". Nous avons mis en place des cellules de crise et des actions avec nos partenaires (forces de sécurité, pompiers, CAF, conseils généraux). Les agents sont aussi sensibilisés à solliciter un maximum d'entretiens avec les demandeurs d'emploi.

Q: Les associations de chômeurs dénoncent des règles d'indemnisation peu compréhensibles et trop compliquées, les agents sont-ils suffisamment formés'

R: La réglementation est compliquée, car le marché du travail est compliqué. Mais il y a des voies de simplification. C'est la responsabilité de l'Unédic. De notre côté, un effort de formation est mené : chaque agent chargé de l'indemnisation suit une formation de 42 jours. Nous observons que les objectifs de qualité n'ont pas diminué par rapport aux Assedic (organisme chargé de l'indemnisation avant la fusion avec l'ANPE en 2009, ndlr). Les délais d'indemnisation sont satisfaisants et la qualité de service honorable.

Q: Que répondez-vous aux revendications des associations sur les radiations, le remboursement des indus '

R: Concernant les radiations, le rapport du médiateur a montré qu'il n'y avait pas de "politique du chiffre". Nous travaillons désormais sur trois points: harmoniser les motifs d'absence légitimes aux entretiens, être plus explicite sur la nature des relations dématérialisées (mails, SMS) avec les demandeurs d'emploi et mettre en place une délégation de signature pour garder le caractère exceptionnel de ces radiations. Sur les indus (ces allocations versées par erreur aux demandeurs d'emploi, ndlr), c'est inhérent à un système d'indemnisation, qui est lié à ce que vous avez fait le mois précédent. Le point essentiel reste de traiter le mieux possible les situations personnelles, car le remboursement peut mettre dans une situation difficile.

-- Propos recueillis par Sarah BRETHES -

Par AFP



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir