Pole Emploi : Pourquoi tant de chomeurs radiés en fin d’année 2013 ?

Tous les journaux français ne se sont pas privés de faire la une sur ce sujet. Que cachent toutes ces radiations supplémentaires ? La promesse d’inverser la courbe du chômage pourrait-elle être une réponse ?

Les principaux titres des médias sur le sujet :

- Les radiations en forte hausse en Juillet 2013. Plus 54.000 personnes. Le Figaro du 06/08/2013.
- Radiations à Pôle Emploi ; La note qui fait mal. Le Point du 06/10/2013.
- Les vrais chiffres du chômage en Novembre 2013.
- Pôle Emploi songe à durcir sa politique de radiations. La Tribune du 06/11/2013.
- 16.600 radiations en plus que le mois précédents.
- Des radiations expéditives qui embellissent les statistiques. La Charente Libre du 08/11/2013.
- Radiations à Pôle emploi en cas d’absence : La note qui fâche. TF1 du 08/11/2013.
- Radiations pour absence de à convocation. Et si on arrêtait de dire n’importe quoi ? Médiapart 08/11/2013.
- Vrai chiffres du chômage en Novembre 2013 : 7.100 chômeurs de +, malgré 302.500 radiations. Agoravox de Novembre.
- Chômeurs : Ils sortent des statistiques mais restent toujours des demandeurs d’emploi.

Et conséquence de ces radiations supplémentaires:

-Baisse des bénéficiaires de l’assurance chômage de 9,2% sur un an, suite à déjà une hausse de 7 % en 2012.
-Hausse à 45 % du nombre de chômeurs ne percevant plus les allocations chômage.
-Le nombre de demandeurs d’emploi qui perçoivent des allocations de solidarité ont augmenté de 10,5 %
-Analyse : Transfert des listes vers les non indemnisés et allocataires de solidarité

En détaillant le rapport complet de la DARES de 20 pages, il est constaté que les causes de radiations et nombre de radiés sont des :

- Défauts d’actualisation : 208.200 soit 42,6 % des sorties des listes.
- Radiations administratives : 43.200 soit 8,8 % des sorties
- Autres cas : 51.100 soit 10,5 % des sorties
- TOTAL : 302.500 radiations
- + Les stages non comptabilisés : 42.000 soit 8,6 % des sorties

A noter que les reprises d’emploi déclarées ne représentent que 22,2 % des sorties des listes de pôle emploi, soit 108.500 personnes.
Pour compléter, nous pouvons parler de la désinformation constante sur le nombre réel de demandeurs d’emploi, ou pouvant prendre un emploi.
A l’origine, il n’y avait qu’une catégorie de chômeurs. Au fil des années suite à la complexité des lois, contrats, formations, il en a été créé 7 autres, soit 8 au total. En février 2009, comme cela devenait difficilement gérable, elles ont été ramenées à 5 catégories. Sachant que l’état ne communique généralement que la catégorie A.

Cette inflation de catégories a permis longtemps de dissimuler le véritable niveau de chômage.
Avec les nouveaux moyens de communication, on recommence à voir apparaître dans les communiqués de l’état et surtout par les médias, le véritable nombre de personnes en attente d’emploi.
Une étude récente complète détaillée sortie en Novembre 2013, nous a annoncé le chiffre énorme de 9,5 millions de demandeurs d’emploi et de travailleurs pauvres occasionnels en France.

Ces non comptabilisés par Pôle Emploi, sont souvent appelés les INVISIBLES des statistiques
Exemple : Sur les 1.409.100 bénéficiaires du RSA, sur 2.290.000 foyers, seuls 880.900 sont inscrits à Pôle Emploi. Les autres non comptabilisés passent par les Maisons de l’Emploi, les Plies, les Missions Locales, etc…
Vous avez aussi tous les contrats aidés (dont les premiers CUI = Contrats Unique d’insertion, puis les CUI-CE, CUI-CAE, CAV, CAE, CES, CEC…) qui contribuent à créer des emplois que l’on peut appeler de fictifs, ou non durables, en grande partie dans les administrations, avec des rémunérations souvent faibles, qui débouchent très rarement sur des emplois permanents. Pire à la sortie, ces jeunes ont encore plus de difficultés à trouver un nouvel emploi qu’après leur sortie de scolarisation.

L’emploi est véritablement dans l’impasse, et tout les moyens sont bons pour dissimuler au commun des mortels, le véritable désastre économique dans laquelle se trouve notre « cher » France. Depuis plus de 30 années tous les Gouvernements semblent impuissant pour résoudre ce problème de l’emploi. Ils n’ont opté que pour des solutions ne pouvant déboucher que sur un fiasco.
Le véritable problème vient de l’appauvrissement économique de la France et l’augmentation constante de toutes les ponctions effectuées sur les entreprises et les citoyens : 57 % du PIB.
Seule solution valable, augmenter la richesse par le bas, le PIB, le nombre d’heures travaillées. Seul le pouvoir en place en a les moyens, puisque l’économie, les entreprises compte tenue de la pression fiscale n’en ont plus les possibilités.

Ne pas oublier que nous vivons 7 heures ½ de plus chaque jour et que c’est la véritable cause de nos déficits et dettes puisque cela n’a jamais été pris en compte, au contraire puisqu’’il a été fait l’inverse en 1982 et 2000.

www.livres-daniel-moinier.com



 Daniel Moinier


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir