Les confiseurs et pôle emploi


Il faut bien se rendre à l'évidence : cette année, la sacro-sainte trêve des confiseurs n'aura pas lieu car, pulvérisée par les chiffres de pôle emploi, elle a immédiatement fait place à des commentaires négatifs des observateurs politiques voire aux quolibets des néo-cons cons flingueurs.

En ce qui concerne ces derniers (les Copés & co), je crois qu'ils feraient mieux de rester discrets voire de se faire oublier puisqu'ils sont co-responsables de cette situation préoccupante, qui est la conséquence de l'agonie de notre économie.

Dans un article au ton juste et mesuré, intitulé "Hollande a perdu son pari", Laurent Mauduit explique trés bien pourquoi nous en sommes arrivés là : "Si l'économie est rongée par l'anémie, c'est effectivement l'onde de choc de la politique d'austérité conduite par le gouvernement qui agit comme un corset, et qui freine toute possibilté de reprise."

Je me permettrai d'ajouter ceci : la technocratisation de la politique détruit le sens de l'action politique car elle réduit la gouvernance à un saint-simonisme étriqué ("Substituer au gouvernement des hommes l'administration des choses").

On ne fait pas rêver avec des courbes, fussent-elles gracieuses, ni même avec des chiffres !

On ne dirige pas un pays fragilisé par des décennies d'impéritie politique et par les coups de boutoir du libéralisme européen à la manière d'un auditeur de la Cour des Comptes. La politique n'est pas seulement la recherche de compromis subtils ou de synthèses élégantes.

La réussite d'une politique est basée sur la confiance, le sentiment éprouvé par tout un peuple que les beaux jours reviendront...

On peut éradiquer progressivement le chômage. Il faut prendre le problème par le bon bout, c'est à dire abandonner la politique d'austérité et refaire démarrer l'économie française par une planification intelligente...

C'est ainsi que se jouera le destin de notre démocratie sociale.

VINGTRAS



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir