Les conseillers Pôle emploi dépassés par les dossiers

  • Imprimer

LAON (02). Après la sortie de chiffres sur le traitement des dossiers au sein du Pôle emploi, il y a quelques mois, cela semble ne pas avoir changé.

Hervé Muzart, conseiller général UMP, s’en était ému lors d’une séance du conseil général fin septembre dernier. Les conditions de traitement des dossiers des demandeurs d’emploi dans l’Aisne sont catastrophiques. À l’époque le directeur général de Pôle emploi était intervenu pour indiquer que des ajustements allaient être mis en place afin de régler les déséquilibres entre régions. Il faut savoir que la Picardie est en tête, et la région la moins bien dotée en conseillers pôle emploi, puisque l’on recense 150 dossiers par agent.

50 % de plus

Au sein même de la région, il existe aussi de fortes disparités et les agences de l’Aisne sont celles qui sont le plus touchées.

Il existe trois types de suivi des demandeurs d’emploi. Il y a les suivis renforcés, guidés et suivis. « Ces situations difficiles le sont tant pour les agents de pôle emploi que pour les demandeurs d’emplois eux-mêmes. Les données fournies témoignent des lacunes du système dans nos agences », avait constaté Hervé Muzart.

En moyenne au niveau national les portefeuilles renforcés sont à 45, les guidés à 105 et les suivis à 182. À Saint-Quentin ces chiffres atteignent 47, 180 et 300. À Laon cela arrive à 36, 170 et 247. « Ce sont des portefeuilles de plus de 50 % supérieurs à la moyenne observée en France. Ces chiffres reflètent l’évolution du chômage. »

Une centaine de postes de conseillers devaient être créés dans la Région avec priorité aux zones urbaines sensibles. Sollicités, les représentants de pôle emploi n’ayant pas souhaité s’exprimer sur le sujet, il n’est pas possible de savoir si ces agents ont été affectés ou pas.

Ce qui est certain c’est que le taux de chômage dans l’Aisne atteint aujourd’hui des records, le nombre de chômeurs de longue durée a augmenté et leur prise en charge est devenue plus complexe. Les agents laonnois doivent faire avec, les chômeurs aussi.

Samuel Pargneaux