«Certains jours, on ne sait pas quoi dire aux gens qu’on a convoqués»

REPORTAGE (Libération du 24/10/2013)

Surmenage, stress, absentéisme… A Laon, Quimper ou Rennes, des agents de Pôle Emploi racontent la dégradation de leurs conditions de travail.

«En ce moment, ce sont les demandeurs d’emploi qui nous souhaitent bon courage.» Sabrina, conseillère au Pôle Emploi à Laon (Aisne), aime son métier, mais déteste la façon dont elle est obligée de l’exercer aujourd’hui : elle fait de «l’abattage». Et voit dans l’adresse des chômeurs une «inversion symptomatique» des rôles : «On fait ce qu’on peut pour eux. Mais on n’y arrive pas, on n’y arrive plus.» Même sentiment à Quimper (Finistère), où Myriam, qui elle aussi «adore» son boulot, avoue son impuissance : «Il y a des jours, on ne sait pas ...

Édition abonnés Libération



Libération_...
Libération_24102023_1 Libération_24102023_1
Libération_...
Libération_24102023_2 Libération_24102023_2
Libération_...
Libération_24102023_3 Libération_24102023_3




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir