Chômage : Pôle emploi «partage» la responsabilité du bug avec SFR

Il assume. Le directeur de Pôle emploi, Jean Bassères, évoque ce mardi une «responsabilité partagée» avec SFR dans la panne informatique ayant amplifié la baisse du nombre de chômeurs en août.

«Nous sommes naturellement responsables», a-t-il déclaré au micro de RMC et BFM-TV, en soulignant que Pôle emploi avait «la responsabilité partagée (avec SFR, ndlr) de s'assurer qu'une campagne de SMS se déroule bien», tout en attribuant la responsabilité «technique» du bug à l'opérateur téléphonique.

Lundi, dans un communiqué, Pôle emploi et la Dares ont expliqué qu'une panne informatique chez l'opérateur SFR avait empêché de nombreux demandeurs d'emplois d'actualiser leur situation. Selon Jean Bassères, «environ 170 000» inscrits à Pôle emploi n'ont pas reçu de rappels par SMS ou message vocal à cause du bug. Il y aurait ainsi eu, en août, entre 22 000 et 29 000 demandeurs d'emplois de catégorie A en moins, et non 50 000. En tenant compte des personnes en activité réduite, la baisse est évaluée entre «22 000 et 31 000» personnes, contre 62 700 annoncés la semaine dernière.

Pôle emploi a présenté ses excuses lundi, assurant que l'incident n'aurait «pas de conséquences pour eux notamment quant à leur indemnisation.» Un porte-parole a pourtant pour sa part reconnu que «6 000 à 7 000 demandeurs d'emploi ont vu leur allocation versée avec un léger décalage» en raison du bug.

Malgré ce dysfonctionnement informatique, la courbe du chômage s'est bel et bien inversée pour la première fois en France depuis plus de deux ans.

LeParisien.fr avec AFP

A LIRE AUSSI :

>> VIDEO. Chiffres du chômage: ce qu'il faut savoir sur le bug | L'Expansion | publié le 01/10/2013

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir