La baisse du chômage en août amplifiée par un bug informatique ?

Pour la première fois depuis avril 2011, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi a chuté en août. 50 000 de moins pour la seule catégorie A.Ce reflux s'explique notamment par une explosion des "cessations d'inscriptions pour défaut d'actualisation" dont une partie serait due à un bug informatique.

La bonne nouvelle : en août, pour la première fois depuis avril 2011, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi a chuté. 50 000 de moins pour la seule catégorie A (personnes n'ayant pas du tout travaillé au cours du mois) en métropole. La mauvaise nouvelle : cela ne signifie pas que cela ne va pas augmenter en octobre, selon les mots du Ministre du Travail, Michel Sapin qui refuse d'affirmer que c'est le signe d'une inversion de la courbe du chômage.

Un nombre important de radiations est trop important pour refléter la réalité

On peut, cependant, se poser des questions sur cette baisse du nombre d'inscrit. Ce reflux d'une ampleur inégalée depuis près de 13 ans s'explique notamment par une explosion des "cessations d'inscriptions pour défaut d'actualisation" soit près de 77 500 personnes de plus qu'en juillet (+ 38,8%) qui ont disparu des listes faute d'avoir informé Pôle emploi de l'évolution de leur situation.

"Il ne peut s’agir que d’un bug informatique"

Selon Sud-Ouest, il pourrait s'agir d'un bug informatique. Pour Éric Heyer, le directeur adjoint de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) ce nombre important de radiations est trop important pour refléter la réalité : "Il ne peut s’agir que d’un bug informatique". Un bug qui aurait affecté un serveur de Pôle Emploi fin août (voit tweets ci-dessous), empêchant les demandeurs d'emploi de réactualiser leur dossier. Ce qui entraîne leur radiation automatique.



Une hypothèse que le SNU-Pôle Emploi d'Aquitaine juge "plus que probable" en reconnaissant que "la panne du mois d'août peut avoir eu une incidence sur les radiations".

Embellie estivale

Toujours selon nos confrères, le service statistique du ministère du Travail, par communiqué, a admis en creux que "les statistiques peuvent être affectées par une hausse d’une ampleur inhabituelle des sorties enregistrées pour cessations d’inscription pour défaut d’actualisation en août 2013".

Pour Eric Heyer, la baisse du chômage en août est une "baisse artificielle". Baisse du chômage artificielle ou pas ? Telle est la question. Réponse le mois prochain où l'on risque, si l'hypothèse des radiations involontaires est avérée d'assister à un afflux de"radiés involontaires d'août" dans les statistiques. Ce qui aurait pour effet, après l'embellie estivale, de tirer les chiffres du chômage vers le bas.




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir