Altercation à Pôle Emploi : «L’affaire est close mais elle n’est pas oubliée»

Le Puy-en-Velay. Quatre jours après l’altercation qui s’est déroulée à l’agence Pôle Emploi, Laurent Wauquiez est allé à la rencontre des agents «parce qu’on ne peut pas laisser passer».

« Pays de France, pays de m… ». Comme en écho aux faits qui se sont déroulés jeudi 5 septembre à l’agence Pôle emploi du Puy-en-Velay, lundi après-midi une usagère claquait la porte en prononçant cette invective.

Il y a cinq jours, un allocataire de Pôle emploi avait fait « valser » deux ordinateurs dans ces locaux et avait insulté les agents avant de s’en prendre physiquement aux policiers venus l’interpeller.

C’est pourtant pour lutter contre ce type d’incivilités que le député-maire du Puy, Laurent Wauquiez, s’était déplacé lundi dans les locaux de l’agence ponote à la rencontre des agents et leur apporter son soutien.

Il expliquait que leur travail n’est pas facile : « Ils servent d’amortisseurs, il faut avoir du respect pour eux et pour les services publics en général. Je ne veux pas que ce genre de comportement se renouvelle dans notre département qui est jusqu’à présent préservé ».

Christophe Baudet, directeur territorial de Pôle emploi en Haute-Loire, indiquait pour sa part que « les agents deviennent l’incarnation du fait que l’on ne trouve pas d’emploi ».

Selon lui, même si le fait que « l’agresseur » est un SDF en difficulté sociale « ne justifie rien », son geste n’est pas anodin. C’est pourquoi, immédiatement après les faits, il a suivi les procédures internes et rassemblé les agents ponots pour échanger autour de cet incident. Mais il n’a nul été besoin d’un soutien psychologique comme c’est prévu dans ce type d’affaires. Christophe Baudet indiquait hier que désormais « l’affaire est close, mais elle n’est pas oubliée. » Une plainte a été déposée et « l’agresseur » est convoqué devant le tribunal de grande instance du Puy-en-Velay, en janvier prochain.

James Taffoirin



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir