Les Mureaux : la mystérieuse mise à pied de la directrice de Pôle emploi

Nora Rousselin est suspendue six semaines sans salaire. Cette sanction fait beaucoup parler dans cette ville fortement touchée par le chômage.

C’est dans un courrier remis en main propre par son directeur territorial délégué, que Nora Rousselin, directrice du Pôle emploi des Mureaux, a découvert la mauvaise surprise : un mois et demi de mise à pied.

La responsable de cette agence où exercent une soixantaine de personnes fait l’objet d’une procédure assez rarement vue dans le milieu.

La méthode, aussi, étonne : elle a eu l’obligation de quitter immédiatement les locaux de son agence. Elle a juste eu le temps de saluer ses collègues et n’a plus le droit d’y remettre les pieds. Elle est convoquée à un entretien préalable ce jeudi 9 mai.

Une association lance une pétition de soutien

Cette décision n’est pas passée inaperçue aux Mureaux, une ville populaire où le taux de chômage flirte avec les 20 % et dépasse 50 % dans certains quartiers.

Très rapidement, PTCE Vivre Les Mureaux, une association locale, a lancé une pétition en ligne pour soutenir Nora Rousselin. Elle compte pour l’heure 188 signatures. « C’est une injustice de traiter quelqu’un de la sorte, on ne sait même pas ce qu’on lui reproche. Nora est une femme investie dans son travail et c’est malheureux de se séparer d’une personne comme elle », témoigne Anne-Denise Daho, sa présidente.

L’association ne devrait pas se limiter à ce type d’initiative. « En fonction du déroulement du rendez-vous du 9 mai, nous verrons si nous mènerons d’autres actions plus conséquentes », annonce Anne-Denise Daho.

« La procédure se déroule conformément à la convention collective et au droit du travail », selon Pôle emploi

Nora Rousselin n’a pas souhaité s’exprimer. Et Pôle emploi refuse d’en dire plus. Mais selon une source syndicale, cinq membres de son équipe se sont plaints de son management en rédigeant des courriers officiels (lire ci-dessous).

« La procédure se déroule conformément à la convention collective et au droit du travail, indique la direction de Pôle emploi. À ce stade et dans l’attente de l’entretien disciplinaire planifié, aucune décision n’est prise. Afin de respecter la confidentialité et les droits de la défense, il ne peut être fait état des raisons qui ont conduit l’établissement à enclencher cette procédure disciplinaire. » Pôle emploi insiste : les actions engagées sur le territoire sont maintenues.

AÏSSA DJEHICHE, DÉLÉGUÉ FO : « C’EST LA PREMIÈRE FOIS QUE JE VOIS ÇA »

Délégué Force ouvrière, Aïssa Djehiche a accepté de défendre la directrice de l’agence Pôle emploi des Mureaux. Il ne cache pas son étonnement. « Quand on étudie le dossier, on s’aperçoit que les accusations ne reposent sur aucun fait objectif mais sur le ressenti de cinq collaborateurs directs de son équipe managériale, explique ce syndicaliste. Tous ont rédigé un Cerfa pour témoigner, comme s’il y avait eu concertation préalable. Ils lui reprochent d’être… sévère. La réaction de la direction semble disproportionnée. Dans ma carrière, les seules mises à pied que j’ai vues l’ont été à la suite d’accusations de harcèlement sexuel ou fraude. C’est la première fois que je vois ça. C’est comme si elle dérangeait quelqu’un. »


Adline Pelmard (avec M.G.)