Pôle emploi veut récupérer 114.000 euros versés à un faux chômeur

La justice a finalement autorisé l'organisme a ponctionner les sommes sur les comptes de son fils et de sa femme.

Le modus operandi de cet homme originaire de Saint-Malo en Ille-et-Vilaine était bien huilé. Afin de berner Pôle Emploi entre 1999 et 2003 et d'ainsi recevoir ses allocations chômage, ce dernier s'était, souligne Ouest-France, fait passer pour un faux demandeur d'emploi alors qu'il occupait un poste de conseil en communication.

Cependant, la manœuvre a été repérée en 2008, alors que sa société venait d'être mise en liquidation judiciaire. Depuis, l'agence pour l'emploi tente par tous les moyens de récupérer les 114.000 euros versés durant la période de la fraude.

Comptes familiaux saisis

Lors de son enquête, la justice s'est aperçue que le fraudeur avait réalisé une donation à hauteur de 145.000 euros pour son fils, et de 76.000 euros pour sa femme. Dès lors, le tribunal de grande instance en charge du dossier a assuré que ces sommes ne seraient pas opposées à Pôle emploi et que l'organisme aurait le droit de prélever les montants sur ces deux comptes.

C'est en 2015 que les comptes ont été saisis. Malgré les contestations de la famille du fraudeur, la justice leur a donné tort, et la cour de cassation a rejeté leur ultime recours ce 31 janvier. La peine devrait être finalement appliquée dans les semaines à venir.


Hugo Septier