Assurance-chômage: le patronat suggère un plan d'économies drastique

Restriction de l'accès à l'indemnisation, mensualisation, versement étalé... Selon l'Unedic, les suggestions des trois organisations patronales généreraient 1,9 milliard d'euros d'économies, soit 600 millions de plus que le montant exigé par le gouvernement.

Alors que le gouvernement réclame 1,3 milliard d’économies à l’assurance-chômage, charge aux partenaires sociaux de trouver comment satisfaire cette exigence. Le patronat ne s’est d’ailleurs pas fait prié pour proposer ses solutions, allant même plus loin que les demandes de l’exécutif. Les Echos indiquent en effet ce mardi que les propositions du trio patronal (Medef-CPME-U2P) ont été chiffrées par l’Unedic. Elles permettraient d’économiser 1,9 milliards d’euros par an.

La principale -et sans doute la plus explosive- consisterait à aligner le rythme de versement des indemnités sur celui de l’acquisition des droits. En clair: verser le même montant, mais parfois sur une durée plus longue. Cela concerne en premier lieu les salariés qui alternent les périodes d’emploi et de chômage. Un plafond équivalent à 23 jours d’indemnités par mois (soit un peu plus de deux tiers d’un mois complet) serait mis en place pour assurer un revenu minimum aux bénéficiaires. L’économie serait substantielle, puisqu’elle atteindrait 950 millions d’euros par an selon l’Unedic. Problème: les syndicats ne l’entendent pas de cette oreille, toutes tendances confondues.

Réduire l'accès à l'indemnisation

Deuxième proposition mise sur la table par le patronat: restreindre les conditions d’accès à une indemnisation. Actuellement, il faut avoir travaillé 4 mois sur 28 (36 pour les seniors) durant la période précédant le chômage. Le patronat aimerait réduire cette période à 12 mois (24 pour les séniors). L’économie réalisée serait de 400 millions d’euros par an.

Enfin, la mensualisation des indemnisations pourrait rapporter 350 millions d’euros annuels en plus à l’assurance-chômage. Il s’agirait de baser l’indemnisation sur 30 jours -une sorte de forfait- au lieu de multiplier l’indemnité journalière par le nombre de jours, comme c'es le cas aujourd’hui. Les cinq jours "économisés" seraient reportés en fin de droits. Mais beaucoup de chômeurs retrouvent un emploi bien avant.


Y.D.


A LIRE AUSSI :

>> Assurance chômage : Les propositions d'économie du patronat dépassent (largement) les propositions du gouvernement