BUSINESS FRANCE, PÔLE EMPLOI… Les folles rémunérations des pontes des opérateurs publics

Dans certaines de ces structures travaillant pour l’Etat, les 10 personnes les mieux payées touchent, en moyenne, davantage qu’Emmanuel Macron et ses 181.685 euros bruts annuels.

Qui a dit que bosser dans le public ne payait pas ? Au sein des opérateurs de l’Etat, ces structures assurant une activité de service public, contrôlées par l’Etat et financées majoritairement par ce dernier, les personnes les mieux payées affichent parfois des rémunérations à faire pâlir plus d’un salarié lambda, voire même un cadre sup’. Au sein des 20 entités affichant les plus grosses rémunérations, que nous détaillons dans un tableau plus bas, les 10 plus gros salaires ont perçu, en moyenne en 2017, 168.045 euros brut chacun, selon notre décompte, basé sur un rapport annexé au Projet de loi de finances 2019. En effet, depuis 2015, ces organismes rattachés à l’Etat sont obligés d’y faire figurer ces éléments.

Quel organisme gâte le plus ses meilleurs éléments ? Business France, l’institution chargée de faire rayonner l’économie française à l’étranger, anciennement chapeautée par l’actuelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud. En moyenne, les 10 personnes y affichant les plus grosses rémunérations ont touché 237.700 euros brut en 2017. Soit plus qu’Emmanuel Macron ou son Premier ministre Edouard Philippe, qui ont tous deux gagné 15.140 euros brut par mois, soit 181.685 euros annuels au cours de cette même année, selon un rapport parlementaire de 2017. Au total, les rémunérations moyennes du top 10 dépassent celles du chef de l’Etat dans 7 de ces structures, dont le Centre national d’études spatiales (CNES), le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), ou encore l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). D’autres institutions connues figurent parmi le top 20. On retrouve par exemple la Société du Grand Paris, en charge de superviser ce projet de modernisation du réseau de transport de la capitale, Pôle emploi, les Agences régionales de santé d’Ile-de-France et de l’océan Indien, Météo France, le CNRS...

Qui sont ces personnes les mieux payées des opérateurs de l’Etat ? Difficile de le savoir, puisque rien n’oblige ces organismes à les nommer. Certains d’entre eux fournissent tout de même quelques détails. Dans le rapport annexé au budget 2019, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), chargée de superviser le réseau d’établissements scolaires tricolores hors de nos frontières, précise par exemple qu’il s’agit de personnels affectés aux Emirats arabes unis, en Chine, en Russie, en Inde, en Argentine et au Niger, occupant entre autres des fonctions de proviseur, coordonnateur délégué de zone ou encore inspecteur de l’éducation nationale. Business France précise aussi qu’il s’agit de personnes affectées à l’étranger, recevant à ce titre des indemnités de résidence. L’Institut Mines-Télécom, qui regroupe des écoles d’ingénieurs et de management, nous a, elle, indiqué qu’il s’agissait des rémunérations des directeurs de ses 8 écoles, ainsi que celles du directeur général de l’organisme et de son adjoint.

Ce document permet aussi de retracer les évolutions de ces rémunérations. Au sein du top 20, elles ont progressé, en moyenne, de 3,8% entre 2016 et 2017, avec des variations allant de -4,8 à +54,5%. Reste que ces chiffres ne sont pas forcément très parlants en eux-mêmes. Au-delà d’éventuelles revalorisations salariales, ces variations peuvent aussi être dues à des départs et arrivées. Par exemple, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) nous a précisé que la hausse de 8,3% enregistrée en 2017 s’expliquait par les indemnités de départ en retraite versées à deux de ses salariés. Idem pour l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), où la hausse atteint 7,3%. L’Inserm, qui est le seul à afficher une hausse à deux chiffres (+54,5%), explique de son côté cet emballement par le “montant des primes d'intéressement versées”.

Les opérateurs de l'Etat où les 10 plus gros salaires sont les plus élevés



Note 1 : pour l'IMT, le montant 2016 diffère de celui du rapport car il est calculé à fonction identique. Ce chiffre nous a été communiqué par l'organisme.
Note 2 : pour Pôle emploi, le chiffre 2016, non détaillé dans le rapport, nous a été communiqué par l'institution

Source : Rapport annexé au Projet de loi de finances 2019, relatif aux opérateurs de l'Etat


THOMAS LE BARS






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir