Il escroquait Pôle emploi depuis la prison

Un détenu de 56 ans a été condamné jeudi à trois ans de prison supplémentaires, dont six mois avec sursis, par le tribunal correctionnel de Nantes. Dirigeant d'entreprise, il éditait de faux bulletins de salaires et de fausses lettres de licenciement depuis l'ordinateur de la salle de formation de la prison. L'homme revendait alors ses « kits » à ses codétenus, qui pouvaient ainsi bénéficier de l'assurance-chômage à leur sortie de détention sans avoir travaillé. Près de 170 000 € avaient ainsi été détournés de Pôle emploi.

 

Six de ses bénéficiaires ont eux écopé de peines allant jusqu'à dix-huit mois de prison ferme. Ils devront également rembourser les sommes indûes. L'audience s'était tenue le 14 février, au lendemain de l'immolation d'un chômeur devant une agence Pôle emploi des quartiers Est. « L'actualité démontre que beaucoup de Français qui ont bel et bien travaillé se retrouvent dans des situations dramatiques », avait rappelé le procureur.

 G.F.



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir