Rapport CAP 2022: A quoi ressemblera Pôle emploi dans quelques années?

TRAVAIL Matignon n’écarte pas la possibilité de réduire les effectifs…


- Le gouvernement ne voulait pas dévoiler le rapport CAP 2022 sur la réforme de l’action publique.

- 20 Minutes a pu consulter ce rapport dévoilé par Le Figaro.

- Plusieurs préconisation du rapport visant Pôle emploi ont été reprises par le gouvernement.

Depuis que le rapport « comité action publique 2022 » (CAP 2022) a été révélé par Le Figaro en début de semaine, l’exécutif s’en tient à la même ligne, définie depuis des mois : les propositions de ce document préconisant de réduire la dépense publique de 30 milliards d’euros d’ici la fin du quinquennat n’engagent pas le gouvernement. Pourtant, certains ministères se sont largement inspirés des recommandations de ce comité d’expert pour leur plan de « modernisation ».

C’est le cas du ministère du Travail, particulièrement en ce qui concerne l’avenir de Pôle emploi. Mercredi, Matignon a en effet dévoilé son plan pour « simplifier le fonctionnement du service public de l’emploi ». Et lorsqu’on compare les annonces du gouvernement avec le contenu du rapport, dont le contenu a été mis en ligne ce vendredi par le syndicat Solidaires Finances Publiques, les similitudes sautent aux yeux.

Le deuxième sujet, explosif, est celui du nombre d’agents. Le rapport préconise de « redimensionner Pôle emploi afin que ses effectifs varient en fonction du cycle économique ». Autrement dit, il faudrait « limiter les recrutements en prévision de la baisse attendue du taux de chômage [Emmanuel Macron vise 7 % en 2022] et (…) recourir plus fortement à des contrats à durée déterminée ».

Les syndicats déjà échaudés

Encore une fois, ces conclusions sont partiellement reprises par l’exécutif, puisque Matignon a confirmé mercredi que la modulation des effectifs était un axe de réforme. Petite nuance : le recours accru aux CDD n’a pas les faveurs de Muriel Pénicaud : « ce n’est pas une recette miracle » a-t-elle expliqué mercredi sur RTL.

En face, les syndicats se préparent déjà à la bataille. Depuis des mois, ils s’inquiètent de la possible suppression de 4.000 postes. Pour la CFDT, il s’agit d’une approche « uniquement comptable et financière » de la situation. En outre, le syndicat estime que ces chiffres – qui n’ont pas été confirmés pour l’instant - « sont totalement déconnectés de la réalité de la charge de travail vécue par les agents Pôle emploi ». La négociation de la future convention entre l’État, l’Unédic, et Pôle emploi, prévue en septembre, s’annonce déjà très tendue.

Si le gouvernement suit donc la voie tracée par CAP 2022 sur plusieurs points, certains arbitrages vont toutefois dans le sens contraire. Ainsi, les experts plaidaient pour une mise en concurrence du marché de l’accompagnement, notamment en ce qui concerne la « garantie jeune ». L’idée a finalement été écartée par Matignon.

Plus de CDD à Pôle emploi ?

Le rapport CAP 2022 propose de « renforcer la coordination (…) du service public de l’emploi » ? Matignon ne dit pas autre chose, estimant qu’il y a un « émiettement » du service. Pôle emploi n’est en effet pas la seule instance à aider les chômeurs : les missions locales ou les « maisons de l’emploi » viennent en complément. Pour les auteurs du document, ces nombreuses instances « nui [sent] à la lisibilité et à l’efficacité des dispositifs d’insertion professionnelle ».


Nicolas Raffin


A LIRE AUSSI : 

>> Effectifs de Pôle emploi: CFDT et FO inquiets | L'Express | 20/07/2018


 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir