Ils contrôlent que vous cherchez bien du travail

Ils sont un peu plus de 200 en France, 14 dans les Pays-de-la-Loire. Ces agents de Pôle emploi surveillent, conseillent et radient… Parfois.

Bienvenue au service de contrôle de la recherche d’emploi. Dans ces bureaux de la banlieue nantaise, les agents de Pôle emploi ne surveillent pas l’assiduité des chômeurs à leur rendez-vous, ni leurs déclarations mensuelles..mais s’assurent qu’ils cherchent bien du travail.

« Bonjour M. Je suis Chantal.. J’ai besoin de savoir comment vous faites pour rechercher un poste ? Pouvez-vous m’envoyer des justificatifs ? Les agences d’intérim spécialisées vous y êtes allé ? Votre dernier contrat remonte à mai 2015… Peut-être que vous avez besoin qu’on refasse un point ? » . À l’autre bout du fil, un artisan du bâtiment dit souffrir des problèmes de santé. L’échange se poursuit cordialement. L’homme semble disposé à être accompagné plus étroitement, et peut-être à rejoindre un chantier d’insertion. Il sera convoqué par une nouvelle conseillère. S’il s’y rend, pas de sanction.

Il faut des preuves

Personne, dans ces bureaux ne choisit qui sera surveillé. Les contrôles sont aléatoires ou ciblent informatiquement, ceux qui, six mois après une formation n’ont pas de travail, les bénéficiaires d’un suivi intensif, les sans activité depuis un an….. Un algorithme mouline et envoie aux conseillers une liste de chômeurs, indemnisés ou pas.

Dans la plupart des cas, le contrôle se limite à une lecture de dossier. Sinon, la procédure est très encadrée. Envoi d’un questionnaire, obligation de fournir des preuves de sa recherche, trois relances téléphoniques… Avec des délais à chaque fois. Un chômeur peut disposer de plus d’un mois pour prouver qu’il recherche bel et bien du boulot. « Souvent, il suffit de dire contrôle, pour que les gens se remettent à chercher du travail, observe Karine. La radiation, c’est le bout du bout. Quand on a tout essayé ». . Les droits sont suspendus 15 jours. C’est peu comparé aux deux mois de radiation en cas d’absence à une convocation en agence.

14 % de radiations

Premier bilan, après la mise en route de ce service, en 2015, 14 % des 269 000 personnes inspectées ont été sanctionnées. « On n’est pas là pour ça » , insiste Sophie, la chef de service qui voit dans cette mission, la possibilité aussi de tendre la main à ceux qui décrochent. Une femme au RSA, elle vit seule avec ses 4 enfants, elle écrit qu’elle a perdu toute confiance en elle. Cette autre chômeuse de 60 ans, caissière évoque un profond découragement et de lourds problèmes de santé. « Je la mets hors champ » , confie l’agent. Traduction ? La vérification s’arrête, un autre suivi sera mis en place.

Ils sont 14 agents dans les Pays de la Loire, un effectif suffisant selon Sophie. Dans les agences, les conseillers croulent parfois sous le nombre de chômeurs à suivre. Le gouvernement, lui a promis récemment de renforcer et durcir les contrôles.


Marylise COURAUD.





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir