L'assurance-chômage dans le vert, après 10 ans de déficit

INFOGRAPHIE - En déficit depuis 2009, le régime devrait engranger des excédents à hauteur de 1,6 milliard d'euros en 2020, puis 3,6 milliards en 2021.

Heureuse coïncidence. Alors que la gestion du régime d'assurance-chômage par les partenaires sociaux est sérieusement questionnée dans le projet de loi «Avenir professionnel», les comptes de l'Unedic devraient sortir du rouge à partir de 2020. Et ce serait une première depuis 2009! L'assurance-chômage devrait atteindre le «quasi-équilibre» en 2019, puis engranger des excédents de 1,6 milliard d'euros en 2020 et de 3,6 milliards en 2021, selon les nouvelles projections financières pour 2018-2021 de l'organisme, publiées mercredi. On est loin des déficits abyssaux observés ces dernières années, qui dépassaient les 4 milliards d'euros en 2015 et 2016… Quant à la dette, qui reste la bête noire, selon les scénarios de l'Unedic, elle refluerait: elle devrait atteindre un maximum de 35 milliards d'euros en 2019 avant baisser à 29,8 milliards d'euros en 2021. 

>> A LIRE AUSSI - Assurance-chômage: une réforme pour rien?

Cette amélioration des finances de l'assurance-chômage est avant tout conjoncturelle. La croissance économique devrait se maintenir et rester supérieure à 1,5 % jusqu'à 2021. L'Unedic table en outre sur une baisse du taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) à 8,6 % en 2019, 8,1 % en 2020 et 7,7 % en 2021. Résultat des courses: le nombre de chômeurs indemnisés devrait ainsi baisser «de façon nette» de 1,9 % en 2019, de 2,7 % en 2020 et 3 % en 2021 et ainsi diminuer les dépenses d'allocations. Parallèlement, les recettes, constituées de cotisations sociales et de CSG, devraient logiquement augmenter grâce à cette reprise de l'emploi et de la masse salariale.

Renforcement du contrôle des demandeurs d'emploi

L'Unedic insiste également sur l'impact de la convention d'assurance-chômage conclue en mars 2017 entre les partenaires sociaux et en vigueur depuis octobre dernier. Sans cette convention, «en 2021, la dette de l'assurance-chômage aurait été alourdie d'environ 2,7 milliards d'euros», explique le gestionnaire.


La révision des règles européennes sur l'indemnisation des travailleurs transfrontaliers au chômage pourrait faire économiser entre 580 millions et 640 millions d'euros par an


 Il reste que ces bons résultats ne prennent pas en compte les réformes engagées par le gouvernement. Or, avec le projet de loi «Avenir professionnel», l'exécutif a décidé d'ouvrir le droit à l'indemnisation aux démissionnaires et aux indépendants sous strictes conditions et renforce le contrôle des demandeurs d'emploi. L'Unedic estime que ces nouvelles mesures pourraient coûter entre 280 et 570 millions d'euros par an, en régime de croisière. En revanche, la révision des règles européennes sur l'indemnisation des travailleurs transfrontaliers au chômage pourrait faire économiser entre 580 millions et 640 millions d'euros par an. Ces personnes sont aujourd'hui indemnisées par la France, alors qu'elles ont cotisé à l'assurance-chômage dans le pays voisin où elles ont exercé un emploi. La Commission européenne a proposé de changer cette pratique.

Quant à la réduction de l'épineuse dette à moyen terme, l'Unedic insiste sur le fait «qu'un désendettement quasi-total est possible» si la croissance économique se poursuit sur un temps suffisamment long. Et le gestionnaire avertit en outre que «ce désendettement suppose cependant que les ressources de l'assurance-chômage restent corrélées au niveau de la masse salariale». Le message est envoyé au gouvernement qui a décidé de supprimer les cotisations salariales et de diminuer les cotisations patronales, pour les remplacer par de la CSG. Un prélèvement assis sur l'ensemble des revenus, et pas seulement ceux du travail.



Manon Malhère





A LIRE AUSSI :

>> L'assurance chômage « quasiment à l'équilibre » en 2019 | Le Point.fr - Source AFP | 14/06/2018

>> Assurance-chômage : l'Unedic envisage un quasi-équilibre en 2019 | La Tribune.fr | 14/06/2018

>> Assurance-chômage : l’Unédic table sur un quasi-retour à l’équilibre en 2019 | Le Monde.fr | 14/06/2018



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir