Elle juge sa formation «bidon» et attaque Pôle emploi

Deux chômeurs longue durée ont réclamé des dommages et intérêts à Pôle emploi devant le tribunal administratif de Montreuil. Ils estiment avoir été orientés, courant 2016, vers une formation de cuisinier de piètre qualité.

Le visage fatigué et les traits tirés. Khedidja Mezidi apparaît usée à quelques minutes de l’audience ce mercredi en début d’après-midi au tribunal administratif de Montreuil. Cette habitante de Neuilly-sur-Marne ainsi qu’un autre demandeur d’emploi parisien réclament 50 000 € de dommages et intérêts chacun à Pôle emploi.

La raison, une formation de cuisinier agréée et financée par l’établissement public, à laquelle Khedidja a participé de juin 2016 à février 2017 à Paris et Créteil (Val-de-Marne), et qu’elle juge « bidon ». « On passait notre temps à recopier des recettes de cuisine », fustige la mère de famille. « J’y ai perdu mon moral et ma santé. »

« Le contenu pédagogique dispensé par l’organisme ISP s’est avéré catastrophique, avec des intervenants formés aux métiers de serveur et non de cuisinier », appuie Me Emilie Videcoq, l’avocate des deux requérants. Elle estime que Pôle emploi « aurait dû contrôler au préalable la qualité de la formation, en s’assurant du CV des formateurs et en assurant un suivi du contenu pédagogique ».

Mais aussi mieux informer les candidats. « Mes clients pensaient qu’il s’agissait d’un équivalent CAP, comme le prétendait la plaquette d’informations, or il ne s’agissait que d’un titre professionnel », poursuit Me Emilie Videcoq.

« Impossible de vérifier des milliers de sites de formations »

Le rapporteur du tribunal administratif de Montreuil estime pour sa part que Pôle emploi n’est pas en faute. Il avance notamment qu’il n’y avait aucun indice « d’une telle défaillance avant le début de la formation », en juin 2016, en rappelant que les premières plaintes des demandeurs d’emploi remontent à septembre 2016.

« Dès qu’il y a eu identification des difficultés, Pôle emploi est intervenu », appuie Me Hervé Letellier, l’avocat de l’établissement public. On s’est déplacé, il y a eu un contrôle, suivi d’une mise en demeure envoyée à l’organisme ISP au mois de novembre », ajoute-t-il.

Celle-ci portait notamment sur la mise en conformité des locaux. Et il précise qu’il est impossible « de vérifier des milliers de sites de formation pour chaque candidat ». Depuis, Pôle emploi n’envoie plus de demandeurs d’emploi à ISP.

La décision du tribunal sera rendue dans deux semaines. Khedidja Mezidi a depuis octobre repris une formation de cuisinier, dispensée cette fois-ci par l’Afpa. A cause du cumul de petits boulots le week-end, elle ne sait pas si elle parviendra à décrocher son diplôme au mois de juillet. « Je suis au bord de l’épuisement, j’ai du mal à suivre… ». Elle souhaiterait travailler ensuite dans la cantine d’une collectivité ou d’une entreprise. « Mais je préfère ne pas me projeter », soupire-t-elle.





A LIRE AUSSI :

>> Deux chômeurs attaquent Pôle emploi en justice pour une formation jugée bidon | Capital.fr | 03/05/2018

>> Formation "bidon" : elle réclame 50 000 euros à Pôle Emploi | Le Dauphiné Libéré | 03/05/2018



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir