Pôle emploi Occitanie plaide pour plus de compétences

Seules quatre régions ont rempli l’ensemble de leurs objectifs, et Pôle emploi Occitanie en fait partie. Jugée sur treize indicateurs, la direction régionale obtient de bons résultats, notamment auprès des demandeurs d’emploi séduits par la personnalisation des services.

« C’est très encourageant, mais avec 570.000 demandeurs d’emploi inscrits dans la région, il n’est pas question de faire de l’auto-satisfaction. La marche reste haute pour parvenir à inverser durablement la courbe du chômage », rappelle le directeur de Pôle emploi Occitanie. Le 19 février dernier, Serge Lemaître dévoilait les résultats de l’enquête menée auprès des bénéficiaires des services de l’opérateur. A savoir les demandeurs d’emploi bien sûr, mais également les entreprises. Or cette année, la direction régionale, évaluée sur treize indicateurs de performance, a rempli l’ensemble de ses objectifs. Seules quatre régions sont dans ce cas.

Parmi les principaux critères, le taux de satisfaction des demandeurs d’emploi. « Il s’agissait du seul indicateur que nous avions pas atteint jusqu’ici et, cette année, c’est non seulement le cas, mais il a fortement progressé en passant de 63,9% en 2016, à 71,9% en 2017 », indique Serge Lemaître. Le résultat de la personnalisation de la relation, qui offre désormais trois modalités de suivi, de la nouvelle organisation des services (accueil en agence, inscription en ligne, etc.), et de la montée en puissance des prestations de Conseil en évolution professionnelle (CEP). « Ces changements, initiés au cours des dernières années, portent aujourd’hui leurs fruits. Ils nous permettent notamment de suivre davantage de personnes en Accompagnement renforcé, 54.530 demandeurs d’emploi l’année dernière, en hausse de près de 30% depuis 2015 », note le directeur de Pôle emploi Occitanie. La direction régionale, qui verse chaque année 3,1 milliards d’euros d’indemnités chômage, obtient également des résultats proches du 100% en matière d’indemnisation. Le taux de satisfaction des bénéficiaires est en effet de 94,5% pour les délais de paiement et de 95,7% pour la qualité de traitement, 74,3% se déclarent enfin assez ou très satisfaits pour les informations qui concernent leurs droits (en hausse de deux points).

Forte croissance des offres non pourvues

Également interrogées, les entreprises témoignent en revanche d’un niveau de satisfaction en léger recul par rapport à 2016. « Il est de 75%, ce qui représente tout de même 5 points de plus que la moyenne nationale, et il s’inscrit dans un contexte de forte augmentation des offres d’emploi (306.000 l’année dernière, en hausse de 16,5%) », tempère Serge Lemaître. La proportion d’offres satisfaites par le placement d’un demandeur d’emploi progresse cependant de 2,5 points (82,5%). Comme le nombre de retours à l’emploi (supérieur à un mois), passé de 376.400 en 2016 à près de 400.000 l’année dernière.

Ce dynamisme du marché de l’emploi s’accompagne d’une recrudescence des tensions observées sur certains métiers, notamment des secteurs des services à la personne, de la santé, de l’industrie, du transport, de l’informatique, « et de nouveau du secteur du bâtiment », souligne le directeur. Les offres d’emploi non pourvues, qui représentent généralement 2% du total des offres, avoisinent aujourd’hui les 4%. « Nous allons ainsi travailler davantage l’approche des offres et des CV par compétences, en complément de celle classique, qui consiste à renseigner le métier. Transférables sur d’autres professions ou secteurs, les compétences nous permettrons d’ouvrir de nouveaux horizons aux personnes en recherche d’emploi, comme aux recruteurs à qui nous pouvons proposer certains profils moyennant une adaptation ou une formation », explique Serge Lemaître. « L’autre réponse, c’est justement la formation, un tiers des demandeurs d’emploi ne possédant aujourd’hui aucune qualification. Nous serons donc pleinement mobilisés dans le Plan d’investissement dans les compétences du gouvernement. »
Ce Pic prévoit de former 1,2 million de demandeurs d’emploi sur la période 2019 - 2022.

Ingrid Lemelle




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir