Tentative de suicide à Pôle emploi ••• "Faire attention à ne pas généraliser"

Comme dans de nombreuses grandes entreprises, même si les efforts demandés ne sont pas forcément accompagnés des moyens nécessaires, il ne faut pas généraliser la situation de Châtellerault. C'est en tout cas le message de Suzie Petit, déléguée syndicale centrale CFE-CGC.

Personnalisation du suivi, isolement du conseiller

« Nous avons les mêmes problèmes que n'importe quelle structure de 50.000 salariés, avec des disparités selon les régions, explique l'élue. En parallèle, nous sommes en pleine transformation digitale, avec des expérimentations. Certains trouvent ça bien, d'autres plus difficile. »

Pour autant, la sociologue du travail Lynda Lavitry, qui a notamment passé trois ans en immersion aux côtés de conseillers Pôle emploi, distingue trois raisons principales aux difficultés rencontrées actuellement par le personnel.

> La pénurie des offres à proposer tout d'abord, en dehors de certains secteurs en tension (bâtiment, hôtellerie-restauration, transport, services à la personne). Même si, sur ce point, l'élu CFDT et conseiller David Vallaperta nuance: « Aujourd'hui, le site Pôle emploi est devenu une sorte d'agrégateur d'offres et a fait évoluer son service. »

> Une pression au résultat depuis début 2000, suite à la personnalisation des parcours des demandeurs, qui a individualisé la mission des conseillers (habitués jusque-là à travailler à plusieurs sur les dossiers)... Et donc individualisé leur efficacité.
Un conseiller gère aujourd'hui seul, en fonction des difficultés, entre 100 et 400 dossiers. Par ricochet, il peut donc être amené lui-même à presser le demandeur d'accepter les offres qu'il lui propose pour le faire ainsi sortir du fichier.
« On ne lui laisse plus le temps de faire de "bonnes sorties", qui correspondent au profil et qui sont durables, résume la sociologue. Résultat, en dix ans, on est passé de 14% des conseillers qui évoquaient des relations tendues avec le public reçu... à 83%! »

> Une inadéquation recherche/besoins: en 2015, 54% des inscrits à Pôle emploi n'ont pas le bac ou de formation équivalente, et 87% sont employés, ouvriers ou manoeuvres.

« La charge mentale pèse de plus en plus et c'est très difficile pour un conseiller d'expliquer qu'il n'est pas là pour trouver du travail à un chômeur, mais pour le rapprocher au maximum du marché », résume Lynda Lavitry.

« Nous vivons, en interne, un changement culturel du métier de conseiller, souligne l'élu CFDT David Vallaperta. Mais la mise en place de la dématérialisation est compliquée, voire précipitée, les moyens nécessaires à sa mise en oeuvre ne suivent pas assez vite. »

Et la déléguée CFE-CGC Suzie Petit de conclure: « Cette maison est ce qu'elle est, mais on va y arriver, même s'il y aura encore des moments difficiles à passer. »


Caroline Tronche




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir