Pôle emploi paré à partir à la chasse aux offres

L'opérateur public vient delancer une nouvelle offre de services, plus personnalisée, aux entreprises. Il y a du retard à combler.

Le Pôle emploi nouveau se met bien en ordre de bataille. C'est en tout cas le constat dressé dans le premier bilan intermédiaire de la convention tripartite Etat-Unédic-Pôle emploi de 2012 dévoilé hier par son comité de suivi, composé de représentants de l'Etat et des partenaires sociaux. Il permet de mesurer la montée en puissance, entamée en septembre, d'une vaste réorganisation de l'opérateur, dans sa gestion tant des demandeurs d'emploi que des entreprises utilisatrices.

Premier constat : la machine a tenu bon ces dix-huit derniers mois en dépit de l'afflux des inscriptions. Par redéploiement et grâce aux 2.000 embauches de 2012 - s'y sont depuis ajoutées 2.000 autres au printemps -, le temps consacré au suivi et à l'accompagnement des chômeurs a augmenté de plus de 10 % en 2012, 76 % des nouveaux inscrits ont été reçus dans les dix jours. Surtout, le remplacement du suivi mensuel généralisé par un suivi différencié selon les besoins des chômeurs est désormais déployé dans la quasi-totalité des agences. Il faudra attendre la rentrée pour un état des lieux plus précis, mais le rapport note que « les régions signalent déjà sur le terrain une perception positive ».

Restaurer la confiance

Une nouvelle étape a été franchie en juin avec le lancement de la nouvelle offre de services aux entreprises. Objectif, là aussi : diversifier et personnaliser l'offre pour couvrir la diversité des besoins, entre « entreprises sans ressources RH, dans un secteur en tension, devant recruter "en masse" et dans des délais serrés », etc. Des conseillers dédiés aux relations avec les entreprises viennent d'être installés. Leur mission : s'appuyer sur des analyses affinées de l'offre et de la demande par bassins d'emploi pour mieux faire courroie de transmission.
Il s'agit aussi de restaurer la confiance des entreprises en Pôle emploi pour ramener dans son giron des offres qui lui échappent trop souvent. Le rapport pointe que, en 2012, le taux de satisfaction des entreprises n'a été que de 58 %, en léger rebond sur un an mais en recul de 6 points par rapport à 2010 et 2009. Des services spécifiques aux TPE - « gisement d'emplois important » - sont également en cours d'expérimentation.

Cette stratégie complète le plan du gouvernement pour mieux pourvoir les 200.000 à 300.000 emplois vacants (selon ses estimations) et il espère en toucher les premiers fruits dès la rentrée. L'effort passe aussi par Internet, avec une offre de services « 100 % en ligne » et un accès direct à des profils de candidats grâce à la banque de CV en cours de développement. Depuis une semaine, Pôle emploi.fr diffuse aussi les offres de 8 sites partenaires, dont Keljob, Regionsjob et Jobijoba.

Par Derek Perrotte



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir