Pierre Gattaz (Medef) : "Contrôler les chômeurs, c’est les accompagner"

Pierre Gattaz, le président du Medef, était l'invité de Jean Leymarie, mercredi soir, pour évoquer le contrôle et l'accompagnement des chômeurs par Pôle emploi.

Pôle emploi a rendu public, mercredi 22 novembre, un premier bilan du contrôle des chômeurs selon les modalités mises en place depuis novembre 2015. Sur les 269 000 contrôles effectués, 14% ont donné lieu à des sanctions, selon Pôle emploi, qui estime que la majorité des demandeurs d'emploi contrôlés sont "redynamisés". Invité de l'Interview éco de franceinfo ce mercredi, Pierre Gattaz, le président du Medef, a estimé que le contrôle des chômeurs était "avant tout un accompagnement".

franceinfo : Emmanuel Macron veut contrôler davantage les chômeurs, vous aussi. Dans certains cas vous avez proposé des contrôles quotidiens. Pourquoi vous méfiez-vous des chômeurs ?

Pierre Gattaz : Le contrôle ne veut pas dire sanction. C'est un accompagnement avant tout. C'est d'aider des gens qui sont au chômage et veulent retrouver du travail et de sanctionner quand il n'y a pas les efforts nécessaires. Le contrôle, c'est la mesure. On mesure tout dans notre monde. Il faut prendre la notion de contrôle comme un vrai accompagnement. C'est notre travail collectif d'aider des gens qui ont parfois un problème de logement, qui doivent faire 50 kilomètres pour trouver un travail et l'épouse ou l'époux qui ne peut pas suivre.

Quand on vous propose un emploi qui est à 50 ou 100 kilomètres de chez vous, est-ce une offre raisonnable d'emploi ?

On a un vrai problème de chômage en France et il faut aider les chômeurs, notamment qui sont en longue durée. On peut se dire que c'est un périmètre qui est accessible. Mais après il faut aussi faire des efforts, organiser le fait que la famille doit déménager si les emplois sont dans une autre région. C'est là que le problème est à régler collectivement. La région a une responsabilité, les élus ont une responsabilité, les chefs d'entreprise ont une responsabilité. Tout le monde doit s'y mettre. Aujourd'hui, la bonne nouvelle, c'est que les chefs d'entreprise français ont retrouvé la confiance. Les réformes se mettent en place, la croissance est revenue. On a un moment un peu historique. Le problème, c'est qu'on cherche et on ne trouve pas les talents, les compétences. Donc il faut vraiment faire que la demande des chefs d'entreprise se rapproche de l'offre, des jeunes, des moins jeunes, des chômeurs. On s'aperçoit qu'il peut y avoir des tas de raisons pour lesquelles on ne trouve pas : mobilité, déplacement. C'est là que les pouvoirs publics ont un rôle aussi d'aider des familles à déménager, à trouver un logement plus facilement. Cela vaut le coup de se battre, parce que la conjoncture est bonne pour que la France pour faire baisser son chômage.

Le Medef va-t-il négocier sur la formation professionnelle et la grande réforme que veut le gouvernement ?

Oui. C'est une réforme absolument essentielle. Quand on mène une obligation comme ceci, on a presque une obligation de résultat. Si on n'aboutit pas à quelque chose de solide, de révolutionnaire, le gouvernement reprendra la main. Je suis ravi que dans le programme qui a été annoncé pour cadrer cette négociation, l'entreprise soit au cœur de la réforme. C'est nous qui embauchons, c'est nous qui voyons les métiers, c'est nous qui voyons les métiers de demain.



Jean Leymarie



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir