"Non, l'objectif n’est pas de vous faire sortir des statistiques" : comment les agents de Pôle emploi contrôlent les chômeurs

Deux ans après sa généralisation, le contrôle des chômeurs mené par Pôle emploi sera chiffré mercredi. Au-delà des radiations, l'organisme défend le bénéfice apporté aux demandeurs d'emploi, avec des situations examinées au cas par cas.

Emmanuel Macron s'est engagé à renforcer le contrôle des demandeurs d'emploi expliquant viser "les multirécidivistes du refus". Pourtant, depuis deux ans Pôle emploi a mis en place un dispositif national de contrôle dont le bilan sera détaillé mercredi 22 novembre. La réalité sur le terrain, évaluée par franceinfo à Nancy, montre que malgré un contrôle standardisé, chaque situation est examinée au cas par cas.

La preuve de la recherche d'emploi exigée

Pour un contrôle aléatoire, Sandra compose un numéro de téléphone et se présente à son interlocuteur. "Je suis au service du contrôle de la recherche d’emploi à Pôle emploi", déclare-t-elle. Au bout du fil, un chômeur de 55 ans, qui n'a pas travaillé depuis sept ans, est prié de détailler sa situation. Il affirme qu'il a postulé à un emploi deux jours auparavant, mais il dit ne pas se souvenir du nom de l’entreprise. La contrôleuse insiste.


"C’était il y a deux jours, vous devriez l’avoir en mémoire. Comment avez-vous envoyé votre candidature ? Par mail ? Vous devez avoir une trace. Il me faut des justificatifs."
Sandra, contrôleuse chez Pôle emploi à Nancy


Pendant une demi-heure, Sandra reprend point par point tout ce que le chômeur a déclaré : candidatures spontanées, inscription en agences d'intérim, visite de salon. Elle rappele la philosophie du contrôle lorsque le demandeur d’emploi exprime son inquiétude. "Non, l'objectif n’est pas de vous faire sortir des statistiques de l’emploi, lui assure-t-elle. On tient compte de votre situation personnelle, des freins dont vous m’avez parlé." La contrôleuse a noté que le chômeur n’a pas travaillé depuis un certain temps et qu’il n’a pas de véhicule. Elle tient compte aussi de l’état du marché du travail.


"Le but, ce n’est pas la sanction. Si on en vient à vous radier, à vous envoyer dans un premier temps un avertissement, c’est parce que l’on considère que vous ne répondez pas aux obligations".
Sandra


Après cet appel, le demandeur d'emploi contrôlé dispose de plusieurs jours pour envoyer les justificatifs réclamés. Sinon, il se sera radié pendant de Pôle emploi pendant deux semaines.

Une méthode générale, mais une appréciation personnelle

En théorie, tous les chômeurs contrôlés sont traités de la même façon. Pôle emploi a standardisé sa méthode pour qu'elle soit appliquée de façon équitable sur l'ensemble du territoire. Mais les agents, souvent confrontés à des situations humaines difficiles, conservent une marge d'appréciation, confie Fanny, contrôleuse sur la plateforme de Nancy. Elle donne l’exemple d’un demandeur d’emploi, en situation de séparation conjugale, qui n’avait plus de logement, ni de ressources financières. "Aujourd’hui, il a retrouvé un logement et repris un emploi", précise-t-elle.


"L’objectif n’est pas la sanction dans ce genre de cas. On peut entendre que chacun ait des difficultés à résoudre à un moment donné."
Fanny, agent de Pôle emploi Nancy


Depuis deux ans, 270 000 chômeurs ont été contrôlés en France, à l’occasion de contrôles aléatoires, après un signalement de leur conseiller ou après avoir suivi une formation qui n'a pas eu de débouché.

Un repérage des freins à l'emploi

Alors qu’il ne répondait pas aux propositions de travail de Pôle emploi par internet, Emile, boulanger au chômage à Thionville, a bénéficié d’une aide et non pas d'une sanction. Il n'avait pas parlé à son conseiller de son inexpérience. C'est sa contrôleuse qui a découvert le pot aux roses.


"J’étais gêné parce que je n’osais pas dire que je ne savais pas me servir d’un ordinateur. J’ai eu une formation d’une journée."
Emile, récemment embauché


Les enfants d'Emile l’ont ensuite aidé à faire des recherches d’emploi. Il a postulé à des offres, décroché un essai et signé un contrat à durée indéterminé en juillet dernier. Deux ans après la généralisation des contrôles, le nombre de chômeurs sanctionnés est faible, déclare la directrice des plateformes Grand Est de Pôle emploi, Laurence Lefèvre-Corcy, préférant mettre en avant une démarche bienveillante, dit-elle, qui permet de remettre le demandeur d’emploi en mouvement.


"Au final, il n’y a que 14% de radiations, ce qui est assez peu. En revanche, on a vu l’effet de redynamisation du demandeur d’emploi, parfois découragé."
Laurence Lefèvre-Corcy, responsable des contrôles dans le Grand-Est


Emmanuel Macron veut aller plus loin dans le domaine des contrôles des demandeurs d'emploi en multipliant par cinq le nombre d'agents dédiés à cette mission. En contrepartie, les indépendants et les démissionnaires accéderaient au régime d'assurance chômage.

 

Sarah Lemoine






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir