« Je suis un farouche partisan de la suppression des contrats aidés » affirme Hervé Chapron, ancien DG adjoint de Pôle Emploi

L’ancien DG adjoint de Pôle Emploi, Hervé Chapron, est venu sur le plateau d’ « On va plus loin » commenter les derniers chiffres du chômage ainsi que la politique de l’emploi du gouvernement, notamment sur les contrats aidés et l’annonce de la restructuration de Pôle Emploi.

Hervé Chapron, ancien DG adjoint de Pôle Emploi, a réagi sur le plateau d’ « On va plus loin » aux derniers chiffres du chômage en France, qui montrent que le nombre de chômeurs a augmenté de 0,6% en août : « Je ne suis pas du tout surpris puisqu’on a changé aucun logiciel » déplore-t-il. Pour le vice-président du CRAPS (Club de Réflexion sur l'Avenir de la Protection Sociale) la réforme la plus importante de ces dernières années est la création de Pôle Emploi. Mais, de son point de vue, elle « a été faite un peu à contresens » : « On a d’abord voulu créer des synergies entre deux organismes, l’indemnisation et l’accompagnement et on a changé aucunement tout le périphérique du nouvel organisme ».

La solution ? : « Faire une réforme en profondeur du marché du travail et de toutes ses annexes : l’assurance chômage et la formation professionnelle » estime Hervé Chapron.

Interrogé sur la politique de l’emploi du gouvernement Philippe, l’ancien DG adjoint de Pôle Emploi, se montre plutôt enthousiaste : « L’élément déterminant avant la loi travail c’est la volonté du gouvernement et de la présidence Macron de mettre fin aux contrats aidés.

Le contrat aidé, c’est considérer que par l’administratif, on va soigner un mal économique. C'est-à-dire qu’on met de la morphine au corps social pour qu’il ne souffre pas ». Et pour appuyer son propos, il rajoute : « Je suis un farouche partisan de la suppression des contrats aidés ».

Commentant la restructuration annoncée de Pôle Emploi par le gouvernement, avec baisse des effectifs à la clé, Hervé Chapron déroule son raisonnement : « Aujourd’hui le problème de pôle emploi en termes d’effectifs est de deux niveaux : (…) la « ligne de commandement (…) est hyper multipliée, il faut raccourcir ça. Et la deuxième difficulté de pôle emploi, c’est que vous avez énormément de personnels et beaucoup trop dans les fonctions support : comptabilité, communication, contrôle de gestion et autre. Et en comparaison beaucoup moins en « front office » c'est-à-dire à l’accueil du public. Or pour passer de l’un à l’autre, (…) il faut l’accord du bénéficiaire ».


Laure-Anne Elkabbach



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir