Formations "bidons" : deux chômeurs vont déposer un recours contre Pôle emploi

Les deux demandeurs d'emploi décrivent des "conditions matérielles ahurissantes" de formation et estiment avoir été sanctionnés pour les avoir dénoncées au moment des faits.

Deux demandeurs d'emploi, soutenus par la CGT-Chômeurs qui dénonce des "formations bidons", vont déposer un recours mardi contre Pôle emploi à la suite de leur exclusion d'un stage, après en avoir dénoncé les conditions et le contenu.

Des "conditions matérielles ahurissantes". Les deux plaignants souhaitaient suivre un cursus en cuisine et avaient été envoyés en juin 2016 auprès de l'organisme ISP par Pôle emploi, "de manière très précipitée", a expliqué leur avocate, Me Emilie Videcoq. "Conditions matérielles ahurissantes", "locaux quasiment insalubres", intervenant "formé pour dispenser des cours à des serveurs" et non à des cuisiniers : plusieurs stagiaires avaient dénoncé publiquement à l'automne leurs conditions de stage.

50.000 euros pour le préjudice financier et moral. "Pôle emploi, en tant qu'organisme financeur, a des obligations de contrôles préalables concernant la qualité du contenu de la formation", a fait valoir Me Videcoq qui demande 50.000 euros pour chacun de ses clients, au titre du préjudice financier et moral subi. À l'époque des faits, l'un a été exclu de la formation et l'autre n'a pas été convoqué à l'examen. Des sanctions pour avoir protesté, selon eux.

Des demandeurs d'emploi en majorité satisfaits par les formations. "L'inspection du travail a été saisie et plus aucun demandeur d'emploi n'a été envoyé au sein de cet organisme", a réagi Pôle emploi qui précise que, selon une enquête réalisée en mars 2017, 87,3% des demandeurs d'emploi ayant bénéficié d'une formation en ont été satisfaits ou très satisfaits.

Un rassemblement de soutien mardi. La CGT-Chômeurs appelle à un rassemblement de soutien mardi à 10 heures devant la direction générale de Pôle emploi à Paris. Selon elle, le plan "500.000 formations", lancé en 2016, a été "mis en place en dépit du bon sens" et a pour seul objectif de "dégonfler les chiffres du chômage". Si le recours n'aboutit pas, l'action se poursuivra devant le tribunal administratif a prévenu Me Videcoq.





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir