Pôle Emploi : le conflit se durcit et... occupation de la Direcct

Huit jours de blocage total. À Ajaccio, le dialogue entre le STC et la direction de Pôle Emploi est toujours au point mort. Et la situation se durcit.

Hier, face à la volonté de la direction de Pôle Emploi de ne pas vouloir entamer des négociations, les grévistes STC ont décidé de gravir une marche supplémentaire en occupant les locaux de la Direcct (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi).

On le voit, le mouvement est loin de s’apaiser. Bien au contraire.

Hier dans la matinée les grévistes se sont rendus à l’assemblée de Corse où ils ont pu rencontrer les membres du cabinet du président du conseil Exécutif, Gilles Simeoni. L’après-midi, même démarche auprès du cabinet de Jean-Guy Talamoni.

Dans les deux cas, acceptation de participer à une médiation afin de débloquer la situation.

Enfin, si l’on on pouvait raisonnablement penser qu’à partir d’un certain nombre de jours de grève, la préfecture de région puisse réagir afin d’apaiser les tensions en organisant ainsi une table ronde, comme l’avait plus ou moins suggéré, le directeur de cabinet, en recevant une délégation de salariés grévistes, la semaine dernière, il semble que cette éventualité soit aujourd’hui oubliée selon le STC.

"Nous sommes extrêmement déçus de voir le préfet se désintéresser de ce conflit", explique un membre du syndicat.

Enfin, les grévistes demandent non sans ironie, que le directeur régional Pierre Pelandan et ses adjoints soient "mis à pied". En rappelant que l’inspection du travail considère la procédure enclenchée par la direction de Pôle Emploi à l’encontre des cinq salariés est "illégale".

Ces cinq salariés concernés doivent être convoqués par la direction le 11 juillet prochain.

La question est de savoir si d’une part, les usagers vont tenir jusqu’à cette date butoir, car ne l’oublions pas que l’institution gère les demandes d'inscription et d'indemnisation, l'affiliation des entreprises et les aides à la recherche d'emploi... et d’autre part, si certains grévistes peuvent "financièrement" assumer un mois sans salaire.




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir