À Roubaix, Pôle emploi joue à fond la carte du numérique

À l’heure du tout numérique, Pôle emploi essaie de convaincre les demandeurs d’emploi de s’y mettre pour accroître leur chance de trouver un emploi. À l’agence de Roubaix-centre, les plus jeunes d’entre eux ont même leur groupe Facebook dédié !

C’est un groupe Facebook qui comprend une cinquantaine de membres. Créé fin janvier et réservé aux jeunes diplômés à la recherche d’un emploi, il est animé par une conseillère de l’agence de Pôle emploi de Roubaix-centre. Elle y partage des offres d’emploi, des conseils pour rédiger son CV, et de manière globale, tout ce qui peut intéresser cette petite communauté et susciter la discussion entre les abonnés au groupe. « C’est un essai, dans le cadre de notre politique d’accompagnement différencié. L’objectif, c’est de parler différemment à des publics différents », développe Zohra Langlet, la directrice de l’agence.

Et si on ne demande pas à des quinquas d’être en contact avec leur conseillère via Facebook, l’agence mise sur le numérique pour toutes les tranches d’âges. Comme dans beaucoup de services publics, les usagers qui se présentent – l’accueil n’est ouvert que le matin, l’après-midi étant réservé aux rendez-vous – sont invités à se connecter en priorité sur les bornes installées dans le vaste hall. Pour y travailler son CV, consulter les offres d’emploi, effectuer des démarches vis-à-vis de Pôle emploi…

 


« Quelqu’un qui n’est pas à l’aise avec ces outils est un peu comme un illettré d’autrefois. Il faut réduire cette fracture numérique. »


L’agence vise surtout à améliorer ce qu’on appelle l’inclusion numérique. « Aujourd’hui, beaucoup de gens ont un ordinateur, un smartphone, mais ce n’est pas pour ça qu’ils savent s’en servir, relève Zohra Langlet. Quelqu’un qui n’est pas à l’aise avec ces outils est un peu comme un illettré d’autrefois. Il faut réduire cette fracture numérique. »

Cela passe notamment par des ateliers qui se déroulent chaque après-midi à l’agence. Ce jeudi, il y avait par exemple formation smartphone. Téléphone en main, le conseiller de Pôle emploi explique à six personnes comment l’utiliser pour sa recherche d’emploi et notamment comment dompter l’« emploi store », où sont hébergés 295 sites et applications utiles. Sur grand écran, s’affichent les captures d’écran montrant pas à pas comment s’y prendre.

Et puis il y a les ateliers destinés à construire son CV en ligne et à le modifier en permanence. « Il faut qu’il soit remis à jour régulièrement pour que ce soit pertinent, souligne Zohra Langlet. Le CV en ligne, c’est incontournable aujourd’hui. » Aux dernières nouvelles, 43,6 % des demandeurs d’emploi inscrits à l’agence de Roubaix-centre l’ont adopté. Il reste donc encore un peu de travail pour convertir tous les autres au numérique !


«La filière numérique roubaisienne est une vraie opportunité»

Trois questions à Zohra Langlet, directrice de l’agence de Pôle emploi de Roubaix-centre.

 Blanchemaille, OVH, Showroomprivé, il y a une vraie filière numérique à Roubaix. Est-ce que les emplois qu’elle crée peuvent profiter à des Roubaisiens ?

 Bien sûr ! C’est une vraie opportunité pour nous. Il est faux de penser que ces métiers ne peuvent profiter qu’aux autres ou qu’ils seraient inaccessibles aux Roubaisiens. Bien au contraire ! On a placé des Roubaisiens dans la fondation Showroomprive, d’autres à Blanchemaille ou OVH.

 Est-ce difficile d’y parvenir ?

 Contrairement à ce qu’on peut penser, ces entreprises ont intérêt à recruter localement. Tout ce qu’elles veulent, c’est avoir du personnel opérationnel. Et c’est souvent mieux d’avoir des salariés du cru, plus accessibles. En plus, ils ne sont évidemment pas réfractaires à l’idée de travailler à Roubaix.

 Comment faites-vous ?

 D’abord, on a acheté des formations de développeurs pour nos demandeurs d’emploi, et on va continuer à le faire. Il y a ensuite des contacts de qualité avec ces entreprises. Il y a par exemple des réunions régulières, à l’agence de Roubaix Les Prés, entre OVH et des personnes inscrites chez nous. On a aussi un lien particulier avec Blanchemaille. Exemple avec Sale Supply, qui vient de s’y installer : cette entreprise a recruté cinq personnes dont deux Roubaisiens. Il y a encore trois postes de téléconseillers à pourvoir et nous allons bien sûr présenter des candidats.

 


Les chiffres de l’emploi à Roubaix

12 000

 Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Roubaix à la fin du mois de février. Un an auparavant, ils étaient 11 600. Soit une hausse de 3,4 %.

 7 200

 Le nombre de chômeurs de longue durée (plus de douze mois) à Roubaix. Contrairement au nombre global de demandeurs d’emploi, ce chiffre est en baisse de 10 % sur un an.

 2 030

 Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Roubaix qui ont bénéficié d’une formation au premier trimestre 2017.

 557

 Le nombre de chômeurs roubaisiens qui ont retrouvé un emploi durable au mois de mars. Un chiffre en nette hausse par rapport à mars 2016, et qui confirme la tendance de ce début d’année.

 27 %

 Dans les offres d’emploi disponibles à Roubaix, le pourcentage qui concerne le commerce, premier secteur d’activité qui recrute. Viennent ensuite les services à la personne (22 %), la communication (11 %) et l’industrie (10 %).


Bruno Renoul



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir